Conscientisation par la sociologie des inégalités sociales dans la rédaction d’un mémoire professionnel

Rédigé par Irène Pereira

– Un exemple en éducation critique aux médias numériques –

Le cas sur lequel je vais m’appuyer pour aborder la question de la conscientisation par l’enseignement de la sociologie en ESPE a pour cadre une unité d’approfondissement et de recherche (UAR) à l’ESPE de Creteil, plus particulièrement sur le site de Livry-Gargan dans le département du 93. Il s’agit d’un enseignement dans lequel les étudiants de M2 Mention Master MEEF Premier degré préparent un mémoire professionnel de 50 pages. L’UAR que je coordonne s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’appel à projet e-fran, intitulé Parcours connectés. L’UAR en question est plus spécifiquement consacrée à l’éducation critique aux médias numériques.

Dans le cadre de ce texte, je vais présenter le cadre théorique sociologique sur lequel je m’appuie dans le cadre de cet enseignement. Puis, je développerai les attendus de formation demandés aux étudiants. Enfin, les difficultés que les étudiants rencontrent dans la réalisation de ces demandes.

I- Le cadre théorique de l’UAR Education critique aux médias numériques.

Le cadre théorique adopté dans l’UAR se situe dans le domaine de ce que les anglo-saxons appellent les études critiques en éducation. Il s’agit d’un champ de recherche qui combine la sociologie, la philosophie et la pédagogie.

La spécificité de l’approche qui est développée dans l’UAR, par rapport aux approches anglo-saxonnes, c’est qu’il s’agit d’adapter ce cadre théorique au contexte français en particulier en faisant appel également aux ressources de la sociologie critique française.

Les courants de recherche sur lesquels s’appuient le travail mené dans le cadre de cet UAR sont :

– La théorie critique en éducation : Développée dans le sillage de la théorie critique de l’Ecole de Francfort et du brésilien Paulo Freire à partir des années 1980 aux Etats-Unis, la théorie critique en éducation comprend des sociologues comme Michael Apple ou Stanley Aronowitz, des chercheurs en études culturelles comme Henry Giroux ou Peter McLaren. Plus spécifiquement dans le domaine de l’éducation critique aux médias, on peut citer les figures de Douglas Kellner et Jeff Share.

– La sociocritique du numérique en éducation : Il s’agit d’un courant émergeant de l’étude du numérique en éducation autour de Simon Collin et du réseau de la plateforme Numerica. Ce courant de recherche appréhende les usages du numérique par les élèves en les mettant en relation avec les conditions sociales et leurs profils sociologique, selon des variables de sexe, de classe sociale, ou ethno-raciale.

– La sociologie critique de l’équipe ESCOL développé entre autres par Jean-Yves Rochex, Elisabeth Bautier ou encore Stéphane Bonnery qui se donne pour tâche d’étudier sociologiquement les pratiques pédagogiques dans la salle de classe afin entre autres de mettre en évidence les malentendus socio-cognitifs que ces pratiques peuvent générer.

II- L’organisation de la formation

La formation est organisée autour de quatre moments :

1) Au premier semestre : (les étudiants doivent rédiger une première version de la première moitié du mémoire)

a) il est demandé aux étudiants de rédiger une petite monographie sur leur établissement d’enseignement , ils peuvent pour cela:

→ présenter le profil social de la ville dans laquelle ils exercent en s’appuyant sur les données de l’INSEE

→ présenter le quartier en s’appuyant sur des données relatives à la politiques de la ville

→ présenter l’établissement et la classe dans laquelle ils enseignent en s’appuyant entre autres sur les fiches administratives (par exemple le quotient familial pour la cantine)

→ recueillir des observations ethnographiques concernant le comportement des élèves, leur habillement et leurs discussions en lien avec les pratiques numériques.

→ mener des entretiens avec le chef d’établissement, des collègues..

b) il leur est demander de passer un questionnaire à leurs élèves concernant leurs pratiques culturelles hors l’école et en particulier leurs pratiques culturelles numériques.

Ils ont à disposition un modèle de questionnaire, qu’ils peuvent adapter à leurs élèves en fonction de l’âge, ou faire passer aux parents lorsque les élèves sont trop jeunes.

– Ce premier travail a plusieurs objectifs :

→ initier les étudiants à plusieurs méthodes sociologiques, leur donner un premier contact avec certaines méthodes de la sociologie : utilisation de bases de données statistiques, questionnaire, ethnographie…

→ les amener à faire le lien entre leur terrain d’enseignement et des résultats par ailleurs déjà développés par la sociologie : taux d’équipement des élèves, fracture numérique culturelle, temps passé devant les écrans…

→ mettre en lien les données recueillies et les thématiques d’éducation aux médias numériques qu’ils développeront avec leurs élèves

2) Au second semestre :

a) il est demandé aux étudiants de construire une séquence d’éducation critique aux médias numériques :

→ en faisant le lien avec les données préalablement extraites de l’enquête de la première partie  pour le choix de la thématique. Par exemple : sur-exposition aux écrans, stéréotypes de genre et médias, usages inadaptés à leur âge des médias numériques…

→ de définir un cadre théorique pour leur séquence en s’appuyant sur une petite revue de la littérature sur le sujet de la séquence.

→ d’élaborer leur séquence d’éducation critique aux médias numériques.

b) il leur est enfin demandé de réaliser cette séquence et d’analyser les séances (qui ont par exemple été filmées) de manière à mettre en lumière les raisons des difficultés des élèves par l’observation des séances.

III- Les difficultés rencontrées par les étudiants et les remédiations qui ont été proposés

1- Les difficultés méthodologiques dans la rédaction :

a) Les défauts dans la présentation des données :

– L’étudiant ne sait pas quoi mettre dans son ethnographie : le recueil de données est pauvre.

– Les données chiffrées ne sont pas mises en perspectives : les étudiants n’indiquent pas de comparatifs qui permettent de donner du sens aux données :

→ ils ne comparent pas les données INSEE de leur ville avec celles du département, ou les données nationales

→ ils ne comparent pas les données sur les pratiques numériques recueillies sur leurs élèves avec les études nationales réalisées avec des enfants du même âge.

– Les données manquent de précision : les données ethnographiques ne comportent pas de citations précises, le lieu, le jour et les acteurs en présence ne sont pas caractérisés.

b) Les remédiations proposées :

– Un guide en ligne sur une page internet a été rédigé leur indiquant les données qu’ils devaient recueillir et les questions qu’ils doivent se poser pour « faire parler » les données.

Un exemple : La mise en perspective des données.

Nous avons insisté pendant les cours en présentiel, sur l’importance de mette en perspective les données chiffrées recueillies en les comparant par exemple avec des données chiffrées nationales et/ou départementales. Nous avons en particulier pris l’exemple des données de l’INSEE.

Les étudiants se sont montrés attentifs à bien effectuer les comparaisons pour les données de l’INSEE. Mais en revanche, ils n’ont pas mis en perspectives les données chiffrées recueillies sur les pratiques culturelles. Interrogés à ce sujet, ils indiquent que comme l’enseignante a particulièrement insisté sur l’exemple de l’INSEE, ils l’ont fait, mais pas pour les autres données.

Cet exemple montre qu’ici les étudiants appliquent une consigne méthodologique, mais sans bien en saisir la portée générale, à savoir que toute donnée chiffrée a besoin d’être comparée à d’autres pour pouvoir acquérir du sens et que les chiffres en soi ne font pas sens.

2) Le choix des thématiques des mémoires

Le cadre théorique choisi dans cette UAR sur l’éducation critique aux médias numériques, influencé en particulier par les études critiques en éducation, invite plus particulièrement à sensibiliser les étudiants aux thématiques liées à la reproduction des stéréotypes sociaux et discriminatoires dans les médias et à l’homologie entre ces stéréotypes et les discriminations et inégalités sociales que l’on retrouve à l’école. Il s’agit non pas de leur montrer que les médias influencent les comportements du monde scolaire, mais que ces stéréotypes et ces discriminations ont un caractère structurel social et que de fait, on va les retrouver dans les médias, à l’école ou dans le monde du travail.

Néanmoins, nous constatons une difficulté des étudiants à s’emparer de l’ensemble de ces thématiques.

Lorsque les étudiants abordent les thématiques de discriminations ou d’inégalités sociales dans les représentations des médias numériques, c’est quasiment systématiquement sous l’angle uniquement du genre, entendu comme inégalités filles/garçons.

Les autres thématiques telles que la représentation des minorités visibles dans les médias ou encore la représentation des classes sociales sont des sujets dont les étudiants ont beaucoup de difficultés à s’emparer et à oser aborder.

Un exemple :

– Un seul étudiant a par exemple osé aborder pour l’instant dans son mémoire la question de la représentation des classes sociales. C’est un étudiant présenté par l’ensemble des formateurs comme ayant un bon niveau académique et ayant obtenu un très bon classement au concours.

Néanmoins durant la direction de mémoire, il montrait de l’inquiétude à aborder la question de la représentation des classes sociales avec des élèves de l’école primaire. Il a semblé davantage rassuré lorsqu’il s’est aperçu que plusieurs albums jeunesses abordaient cette thématique.

Interrogé sur cette thématique, les étudiants nous disent que les élèves leur paraissent trop jeunes pour pouvoir aborder avec eux ces thématiques. Cela alors que plusieurs travaux sociologiques montrent que les enfants ont très tôt un sens des hiérarchies sociales et des classements sociaux (Ligner Wilfried et Julie Pagis, L’enfance de l’ordre (2017), Court Martine, Sociologie des enfants (2017))

3) La difficulté à mobiliser un cadre théorique sociologique pour analyser les données

Mais plus que la mise en perspective comparative des données, ce qui pose problème aux étudiants c’est la capacité à mettre en lien les données de terrain avec la littérature sociologique et un cadre théorique d’interprétation. Cette difficulté a déjà été relevée par exemple par Catherine Delarue-Breton et Catherine Dolignier (Delarue-Breton, C. & Dolignier, C. (2016). Posture « seconde » et évolution des croyances des enseignants en formation initiale : le rôle de la recherche. In B. Marin & D. Berger (dir.), Recherches en éducation, recherches sur la professionnalisation : consensus et dissensus. Le Printemps de la recherche en ESPE 2015 (pp. 194-204). Paris : Réseau national des ESPE. )

Nous avons pu constater que la trajectoire d’études antérieures des étudiants constituait un indicateur de leur capacité à mobiliser un cadre théorique dans l’analyse des données sociologiques. Il est possible de dire que si cette trajectoire d’étude ne garantie pas que cela soit le cas, elle semble néanmoins en constituer la condition de possibilité.

Deux exemples  de mobilisation pertinente d’un cadre théorique:

– Ancienne journaliste en reconversion professionnelle, ayant rédigé antérieurement deux mémoires en sociologie politique et en science politique, l’étudiante mobilise dans sa première partie une littérature sociologique conséquente pour justifier dans sa première partie l’usage du terme « ghetto » appliqué à l’école dans laquelle elle travaille. Dans la seconde partie du mémoire, elle convoque une littérature en sociologie des médias et le concept « d’essentialisme stratégique » appliqué aux médias pour construire une séquence d’éducation aux médias mettant en œuvre une « performance ».

– Issue d’un milieu populaire et d’une famille immigrés d’Afrique du Nord, ayant grandi dans une banlieue populaire, l’étudiante est une ancienne étudiante en lettre, titulaire d’un Master II, et passionnée de poésie. Elle mobilise dans son mémoire une littérature issue de l’école de Francfort pour analyser l’emprise des industries culturelles et en particulier de la télévision sur ses élèves.

Conclusion :

Il est possible de distinguer deux niveaux de difficulté chez les étudiants dans leur rapport à l’enseignement sociologique :

– le premier niveau est technique : la sociologie, comme toutes les disciplines, nécessite la maîtrise d’une certaine technicité qui peut être atteinte par les étudiants moyennant un guidage explicite de la part de l’enseignant

– en revanche, la portée critique de l’enseignement sociologique est celle qui semble la plus difficile à développer chez les étudiants. En effet, elle est fortement dépendante d’un rapport au savoir plus général qui dépasse le simple enseignement de la sociologie et qui se caractérise en particulier par une socialisation anticipatrice à la lecture de textes théoriques et par la capacité à pouvoir développer une réflexion sous forme conceptuelle. Cette dimension critique est également difficile à faire saisir aux étudiants car elle est reliée à tout un univers de sens théorique que les étudiants ne maîtrisent pas nécessairement faute d’une culture générale antérieure qui leur permet de saisir les enjeux des controverses entre différentes théories sociologiques par exemple.

Annexe: Page Internet avec les documents concernant l’UAR “Education critique aux médias numériques”


Vous aimerez aussi...