Expérimenter les cercles de culture : un exemple en formation des enseignant-e-s

Rédigé par Irène Pereira

Dans les années 1960, Paulo Freire expérimente une forme éducative dialogique dans les cercles de culture. Mais comment mettre en œuvre un cercle de culture ?

CONSIDERATIONS PRELIMINAIRES :

Le cercle de culture : un dispositif avec certaines contraintes matérielles 

Chaque pratique pédagogique à sa disposition spatiale, par exemple : les rangées de l’enseignement simultané, les îlots du socio-constructivisme… et le « cercle » dans la pédagogie critique.

Le cercle implique une disposition spatiale où tout le monde est à égalité : tout le monde est à égal distance du centre. Le cercle symbolise l’égale dignité de chaque participant-e dans le dialogue.

Dans le cercle, chacun voit tout le monde et donc chacun peut s’adresser à tout le monde.

Néanmoins, la limite du cercle, c’est qu’il s’agit d’un dispositif qui convient bien à un groupe entre 10 et 25 personnes. Plus il y a de personnes, plus le cercle demande de l’espace pour se disposer.

En outre, si les chaises ne sont pas équipées de tablettes mobiles, il n’est pas aisé de prendre des notes durant la discussion si on veut se souvenir de point intéressants.

La dialectique entre savoirs d’expériences et savoirs théoriques :

Néanmoins l’égalité dans la disposition au sein du cercle ne doit pas faire oublier que la « conscientisation » suppose une dialectique entre des savoirs d’expérience et des savoirs théoriques en vue du développement d’une conscience sociale critique.

Il n’y a donc pas d’horizontalité du « cercle de culture » : c’est ce que Paulo Freire appelle la « directivité de l’enseignement ». L’animateur/trice du cercle de culture à une visée qui est le développement de la conscience sociale critique par la confrontation des savoirs d’expérience des participant-e-s avec les savoirs théoriques de l’animateur/trice.

Les interventions de l’animateur/trice :

– Caractéristique de l’animateur/trice : Doit avoir une bonne maîtrise théorique du sujet de discussion abordé. Ses interventions visent moins à trancher la discussion qu’à aider les participant-e-s à aller plus loin dans la réflexion soit par la problématisation du propos, soit par l’apport de connaissances.

– La thème de la discussion : elle peut être proposée par l’animateur/trice ou par les participantes.

– La problématisation (par exemple philosophique) : L’animateur/trice à pour rôle de problématiser les propos des participantes pour les inciter à aller plus loin dans leur argumentation, à approfondir le propos. Il/elle les interroge en particulier sur les implications philosophiques de leur propos.

– L’animation de la discussion : l’animateur/trice intervient lorsque la discussion devient confuse par exemple lorsque plusieurs thématiques se mélangent pour mieux organiser le propos en proposant de les discuter séparément. Il/elle peut également proposer des synthèses des différents moments de la discussion pour facilité la prise de note par les participant-e-s.

– Les connaissances théoriques : L’animateur/trice peut intervenir pour apporter des connaissances théoriques qui sont pertinentes pour faire avancer la discussion : lorsque les participant-e-s semblent ne pas connaître certaines données factuelles ou certains travaux de recherche… Il ou elle peut suggérer des ressources théoriques qui permettront également aux participant-e-s d’approfondir la thématique de la discussion par la suite.

Difficultés de l’animation de la discussion :

– L’équilibre entre savoirs d’expérience et savoirs théoriques : L’animateur/trice ne doit pas intervenir excessivement car sinon le risque est d’empêcher qu’une discussion se développent du côté des participant-e-s. Mais il/elle ne doit pas être trop en retrait car sinon il risque d’y avoir aucun apport théorique de la part de l’animateur/trice.

– La répartition de la parole entre tous les participant-e-s : l’animateur/trice doit essayer de favoriser une prise de parole de l’ensemble des participant-e-s. Il/elle peut être confronté à plusieurs difficultés :

→ certain-e-s prennent plus la parole que d’autres, en particulier les hommes. L’animateur/trice peut le faire remarquer au groupe et dire explicitement que la priorité est donnée dans les prises de parole à celles/ceux qui ont le moins parlé

→ certain-e-s personnes ne prennent pas du tout la parole : il est souhaitable de commencer par un « tour » du cercle où chacun-e prend la parole sur le sujet. Ensuite, il est possible lors d’un point important dans le discussion de refaire un tour du cercle en demandant à chacun personnellement son avis sur la question. Enfin, il est possible de terminer la discussion par un tour du cercle où chacun-e est invitée à donner son bilan de la discussion.

EXEMPLE D’EXPERIMENTATION :

Contexte : formation initiale des enseignant-e-s

Nombre de participant-e-s : 12 enseignant-e-s stagiaires.

Disposition en cercle assis sur des chaises

Objectif de la discussion de la part de la formatrice : Conscientisation des enseignant-e-s stagiaire sur le lien entre inégalités sociales et inégalités scolaires.

Déroulement de la discussion :

Le tour de cercle initial : La formatrice propose un tour de cercle où chacun-e présente son école et fait état de la principale difficulté qu’il ou elle rencontre dans sa pratique d’enseignement.

La problématisation de la discussion : La formatrice après avoir écouté les différentes prises de parole propose la thématique de la différentiation qui est celle qui est la plus ressortie dans les difficultés des enseignant-e-s. Elle pose une question : Comment vous y prenez-vous pour différentier ?

Interventions à visée formative de la formatrice :

– La problématisation de la discussion :

→ La formatrice par des questions incite les étudiant-e-s à proposer plusieurs types de différentiations mettant en œuvre des valeurs différentes : augmentation de la performance scolaire, coopération, épanouissement personnel…

→ La formatrice oriente la réflexion les enseignant-e-s sur un problème philosophique concernant l’articulation entre différentiation pédagogique et le principe d’égalité (qui constitue une des valeurs de la République). Elle propose en particulier le dilemme suivant : Faut-il différentier de manière à faire progresser tous les élèves au risque d’augmenter les inégalités scolaires ou faut-il se concentrer en priorité sur les élèves les plus en difficulté ?

→ elle fait remarquer aux étudiant-e-s qu’une grande partie de leur discussion s’est concentrée sur la différentiation pour les élèves qui sont au-dessus des exigences scolaires au détriment des élèves qui sont en difficulté scolaire. Elle les invite également à concentrer leur réflexion sur la thématique de la difficulté scolaire.

– Les apports sociologiques :

→ L’enseignante demandent aux étudiant-e-s de préciser lorsqu’ils parlent d’un élève et de son niveau scolaire, le milieu social dont il est issu pour les sensibiliser à la corrélation forte en France entre milieu social et réussite scolaire

→ La formatrice fournit des apports théoriques sur des éléments qui ne semblent pas connus des étudiant-e-s : sur les recherches concernant la différentiation pédagogique, sur les parents de milieux populaires et l’école…

→ elle fait état aussi de certaines des recommandations issues de la recherche.

– La régulation de la prise de parole :

→ elle fait remarquer au groupe que se sont surtout les deux hommes présents qui prennent le plus la parole et essaie de favoriser l’intervention des autres personnes.

→ elle effectue un tour de cercle en cours de discussion sur une question centrale de la discussion pour veiller à ce que tout le monde ait pris la parole au moins une fois au cours de la discussion.


Vous aimerez aussi...