Typologie des apprentissages à partir d’une philosophie critique en éducation : reproduction sociale et émancipation sociale

Autrice : Irène Pereira

D’un côté, les approches critiques en éducation essayent de dépasser l’analyse de l’éducation formelle et de l’éducation informelle, comme apprentissage quotidien, pour tenter de parvenir à déterminer un curriculum caché qui est à l’œuvre dans la reproduction sociale. De l’autre côté, elles cherchent à participer à la production de processus éducatifs émancipateurs

Mots clefs : pédagogies de la réification, reproduction sociale, transmission, paradigme social dominant, curriculum caché, pédagogies émancipatrices, curriculum informel émancipateur, pratiques sociales, travail curriculaire.

I. Processus d’apprentissages et réification :

Apprentissages

formalisés (1)

Apprentissages de la vie quotidienne (2) Curriculum caché

(3)

Education parentale active (scolarisation de l’éducation familliale)

– Enseignement formel

– Education non-formelle

Formels et conscients

Curriculum informel =

– apprentissages de la vie

quotidienne

– médias (discours manifeste)

Informels pré-conscients

Curriculum caché = suppose un dévoilement sociologique (comme dans le « curriculum caché » de genre)-

– il y a aussi une part de curriculum caché dans les médias (pas au sens complotiste) : mais qui suppose un dévoilement scientifique (ex : statistiques sur la diversité) (Voir : Douglas Kellner et Jeff Share)

Informels inconscients

Les théories critiques en éducation font l’hypothèse qu’une grande part des apprentissages relèvent d’un curriculum caché lié à une pédagogie de la réification (Freire, 1968, Segato 2019).

Le curriculum caché, dans une société structurée par des rapports sociaux, est toujours un curriculum aliénant car il correspond au « paradigme social dominant » (Fotopoulos, 2012)

On peut ainsi distinguer plusieurs cas :

(1) Les apprentissages formalisés :

– Le modèle par excellence des apprentissages formalisés, c’est le curriculum réel dans l’éducation formelle qui s’appuie sur des curricula formels.

– Ce modèle s’est exporté à l’éducation non-formelle dans les stages de formation professionnelle par exemple.

– Ce modèle s’est exporté également au sein de l’éducation familiale. On parle ainsi de pédagogisation du temps de loisir.

On parle plus largement de scolarisation de la société (Berthelot, 1994) qui correspond à une « colonisation du monde vécu » (Habermas) par la forme scolaire.

Ce modèle vise à développer et mettre en œuvre des compétences scolaires.

(2). Les apprentissages informels de la vie quotidienne

Les apprentissages informels de la vie quotidienne (Brougère et Ulman, 2015) comprennent les apprentissages fortuits et les apprentissages autodirigés.

Ils correspondent à ce que l’on appelle habituellement l’éducation informelle.

Ces apprentissages peuvent être conscients ou pré-conscients.

Ils peuvent être accessibles dans le cadre d’un entretien biographique ou d’un entretien d’explicitation par exemple. Même s’ils ne sont pas directement conscients, ils peuvent être rendus conscients dans la relation d’enquête.

(3) Le curriculum caché

Au sein des travaux sur les apprentissages informels, le curriculum caché (Barthes, 2017) a été relativement négligé par les chercheurs et chercheuses travaillant sur l’éducation informelle.

La notion de curriculum caché a été utilisée pour désigner des apprentissages informels dans le cadre scolaire (ex : curriculum caché de genre)

La notion de curriculum caché a été aussi utilisée dans l’éducation critique aux médias (Kellner et Share, 2019).

Chez Paulo Freire, on peut considérer que la “mytification” est un synonyme de curriculum caché.

La thèse que nous avançons sur ce point est double :

a) Dans une société reposant sur une pédagogie de la réification, le curriculum caché représente la grande part des apprentissages informels.

b) L’une des deux principales visées des études critiques en éducation est de « dévoiler » ces curricula cachés.

Par dévoilement, il ne s’agit pas d’avoir une lecture « complotiste » du curriculum caché. Le curriculum caché peut être dévoilé, comme c’est le cas dans la sociologie critique, par une objectivation quantitative.

On peut prendre à cet égard l’exemple des travaux sur le « curriculum caché de genre » avec le comptage des interactions filles/garçons dans la salle de classe.

On peut également prendre l’exemple des analogies qu’effectue Michel Foucault dans Surveiller et punir, entre la discipline scolaire et la discipline de l’usine.

Le curriculum caché participe de la reproduction sociale des rapports sociaux. Envisager l’éducation comme transmission, c’est lui donner un rôle dans la reproduction sociale.

II. Pédagogies de l’émancipation et curriculum informel émancipateur.

Si on se situe du côté du versant de l’émancipation (et non de la reproduction sociale), on peut distinguer deux types de processus d’apprentissages émancipateurs :

– les pédagogies émancipatrices

– les curricula informels émancipateurs.

On peut qualifier les pédagogies d’émancipatrices quand elles sont des « pratiques sociales » (Kergoat, 2011) et ne se limitent pas à être des « relations sociales ».

Les pédagogies alternatives se situent au niveau des relations sociales (Kergoat, 2011), tandis que les pédagogies émancipatrices visent à agir sur les rapports sociaux.

On peut mettre en rapport cette distinction avec celle que fait Henry Giroux entre une « pédagogie des relations cordiales » et une « pédagogie radicale ».

On peut distinguer deux approches méthodologiques des « pédagogies émancipatrices » :

– L’approche par la philosophie normative : elle consiste à proposer une certaine conception des pédagogies émancipatrices en produisant une utopie éducative « radicale » (Carabédian, 2016).

– L’approche peut s’effectuer par une enquête empirique sur les pratiques sociales pédagogiques mises en œuvre dans des contextes éducatifs.

Il peut s’agir également d’un curriculum informel. On peut penser par exemple aux apprentissages militants effectués sur le tas.

Néanmoins, quand l’approche est empirique, il est nécessaire de garder à l’esprit deux contraintes pouvant peser sur les apprentissages émancipateurs :

– les conditions du travail curriculaire : le travail curriculaire peut se dérouler dans une institution qui fait peser des contraintes sur le travail curriculaire.

– le curriculum caché : dans une société qui est structurée par des rapports sociaux de pouvoir, il y a toujours une reproduction des « rapports sociaux ». Nous ne sommes pas dans une utopie radicale.

Bibliographie :

Barthes, A. (2017). Curriculum caché. Dictionnaire critique des enjeux et concepts des «éducations à, L’Harmattan , 360-368.

Berthelot, J. M. (1994). Société postindustrielle et scolarisation. L’éducation prisonnière de la forme scolaire, 195-206.

Brougère, G., & Ulmann, A. L. (2015). Apprendre de la vie quotidienne. PUF.

Carabédian, A. (2016). Circonstances Spéciales ou l’utopie radicale. Tumultes, (2), 123-144.

Kellner, D., & Share, J. (2019). The critical media literacy guide: Engaging media and transforming education. In The Critical Media Literacy Guide. Brill.

Segato, R. L. (2019). Pedagogías de la crueldad: El mandato de la masculinidad (Fragmentos). Revista de la Universidad de México, (9), 27-31.



Citer ce billet
pedaradicale (2024, 26 mars). Typologie des apprentissages à partir d’une philosophie critique en éducation : reproduction sociale et émancipation sociale. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3wn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search