Education populaire et travail curriculaire.

Autrice : Irène Pereira

Cet article se donne pour objectif d’aborder l’éducation populaire à partir de la notion de travail curriculaire. Il s’agit entre autres de montrer la place que la philosophie de l’éducation peut avoir dans ce travail curriculaire.

1) La notion d’éducation populaire.

La notion d’éducation populaire est en réalité assez vague (Besse et al., 2016). Elle peut renvoyer à des réalités différentes qui vont d’une éducation populaire institutionnalisée à une « éducation populaire radicale » (Mathieu Depoil) en passant par une éducation populaire politique (Morvan, 2011). L’éducation populaire institutionnalisée renvoie à des administrations ou des associations qui ont reçu l’agrément jeunesse et éducation populaire. L’éducation populaire radicale, au sens que lui donne Mathieu Depoil, désigne les collectifs investis dans les luttes sociales (par exemple des syndicats de luttes ou des collectifs d’écologie radicale)

2) Éducation populaire politique et éducation populaire conscientisante

La notion d’éducation populaire politique désigne un champ d’activités professionnelles indépendant qui développe des formations à destination aussi bien de l’éducation populaire institutionnalisée que de l’éducation populaire politique.

L’éducation populaire conscientisante désigne, au sein de l’éducation populaire politique, les formes d’éducation populaire plus spécifiquement inspirées par l’oeuvre de Paulo Freire (Favreau, 1991).

3) Le travail de l’éducation populaire

Christian Maurel a défini l’éducation populaire comme un « travail de la culture » (Maurel, 2003, p.1) : « «le travail de la culture dans la transformation sociale et politique ». L’auteur ajoute : «  Peu nombreux sont ceux qui se réclament ouvertement de cette hypothèse et des modes d’action qui en éclairent la pertinence Trop dangereux sans doute. Qui prendra le risque de négocier un financement public pour un projet visant à la transformation sociale et politique et à la mise en discussion – forcément conflictuelle – des politiques publiques » .

Nous proposons pour notre part de prendre en compte les conditions du travail curriculaire (Borgès & Lessard, 2008) dans l’éducation populaire. Dans le contexte de l’éducation de l’éducation non-formelle, nous appelons travail curriculaire, l’ensemble des pratiques qui visent à produire un système curriculaire (Barthes, s. d.): curriculum possible, curriculum formalisé, curriculum réalisé, curriculum perçu, curriculum informel… Ce curriculum peut être totalement ou en partie prescrit ou auto-prescrit, ou encore co-produit. La notion de curriculum désigne le ou les programmes de formation qui sont développés et qui comprennent : les pratiques pédagogiques, les contenus, les finalités praxéologiques (Maurel, 2003), les postures éthiques professionnelles…

Il faut tenir compte du fait que ce travail curriculaire ne peut pas être le même selon qu’il se déroule dans le cadre de l’éducation populaire institutionnalisée ou celui de l’éducation populaire radicale. La prise en compte de cette différence de contexte est ce que nous appelons l’analyse matérialiste du travail curriculaire.

4) Philosophie et éducation populaire conscientisante

Comme nous l’avons rappelé, l’éducation populaire conscientisante prend appui sur la praxis éducative développée par Paulo Freire. Ce dernier, docteur en philosophie de l’éducation, s’appuie dans Pédagogie des opprimés sur les œuvres de philosophes pour penser son travail d’éducateur populaire.

Dans le cadre de ce travail curriculaire, la philosophie – et plus spécifiquement une « philosophie didacticienne » -, peut avoir pour objectif de proposer des « balises curriculaires » pour des « curricula possibles » (Slimani et al., 2022).

Il faut ici distinguer le curriculum possible tel qu’il peut être proposé à partir d’une approche philosophique, du curriculum formalisé tel qu’il peut être développé dans un contexte précis d’éducation populaire, et enfin du curriculum réalisé.

En éducation populaire, le curriculum réalisé est normalement un curriculum co-produit. Il fait intervenir l’expérience des personnes socialement opprimées, leur curriculum quotidien (de Oliveira, s. d.), mais également le curriculum informel militant. Ce sont des apprentissages réalisés dans le cadre de l’éducation populaire radicale.

Ce travail philosophique peut s’inscrire dans une démarche plus large de travail curriculaire dans le cadre d’une recherche-action-formation (Paillé, 1994). Dans ce cas, il s’agit de construire un système curriculaire complet du curriculum possible au curriculum perçu.

5) Curricula possibles de l’éducation populaire et balises curriculaires

Une approche par une philosophie didacticienne (Verdeau, 2013) vise à proposer à partir de discussions de la littérature philosophique critique (théorie critique, philosophie politique critique, philosophie sociale, études critiques) des balises curriculaires qui peuvent appuyer le travail curriculaire des éducateurs et éducatrices populaires.

A titre d’exemple, nous reproduisons ci-dessous des exemples de travail curriculaires réalisés à partir de deux auteurs de la pédagogie critique.

Le premier se sont des balises curriculaires à partir de Pédagogie des opprimés de Paulo Freire (1968) :

Le deuxième est une matrice de l’écopédagogie à partir d’Ecopedagogy de Greg Misiazsek (2020) :

Bibliographie: 

Barthes, A. (2022). Méthodologies d’analyse des systèmes curriculaires. Traité de méthodologie de la recherche en sciences de l’éducation et de la formation.

Besse, L., Chateigner, F., & Ihaddadene, F. (2016). L’éducation populaire. Savoirs, 42(3), 11‑49. https://doi.org/10.3917/savo.042.0011

Borgès, C., & Lessard, C. (2008). Pratique enseignante et « travail curriculaire » dans le contexte de la réforme du secondaire au Québec. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, 41(4), 29‑57. https://doi.org/10.3917/lsdle.414.0029

de Oliveira, I. B. (s. d.). Políticaspráticas Educacionais Cotidianas. [En ligne]

Favreau, L. (1991). Pratiques d’organisation communautaire en Amérique latine : Les mutations en cours. Nouvelles pratiques sociales, 4(1), 81‑96.

Maurel, C. (2003). Le travail de la culture [En ligne]

Morvan, A. (2011). Pour une éducation populaire politique : À partir d’une recherche-action en Bretagne [These de doctorat, Paris 8]. https://www.theses.fr/2011PA083546

Paillé, P. (1994). Pour une méthodologie de la complexité en éducation : Le cas d’une recherche-action-formation. Canadian Journal of Education / Revue canadienne de l’éducation, 19(3), 215‑230. https://doi.org/10.2307/1495128

Slimani, M., Barthes, A., & Lange, J.-M. (2022). La problématisation critique des questions environnementales et de développement. Balises curriculaires pour une éducation possible au temps de l’anthropocène. Spirale – Revue de recherches en éducation, 70(2), 53‑65. https://doi.org/10.3917/spir.070.0053

Verdeau, P. (2013). La Philosophie didacticienne. De la philosophie de l’éducation à la didactique de la philosophie (p. 366 p). Mélibée.



Citer ce billet
pedaradicale (2024, 14 mars). Education populaire et travail curriculaire. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0uc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search