Pour une théorie sociale critique et justice socio-environnementale de l’éducation

Autrice: Irène Pereira

– une approche en sciences de l’éducation –

Quel rapport entre l’éducation et le social ?

Nombre de travaux en sciences de l’éducation se centrent uniquement sur l’école et donc sur l’éducation formelle. L’éducation se trouve ainsi pensée en particulier à partir d’une institution : l’école.

Mais l’éducation est en réalité un processus plus vaste qui se poursuit tout au long de l’existence et est présent dans toutes les interactions sociales. La sociologie tend à recouvrir la notion d’éducation sous le terme de socialisation. L’anthropologie se montre quant à elle ouverte aux différents processus d’éducation informelle. Les sciences de l’éducation en tant que champ pluridisciplinaire ont besoin d’une conceptualisation large de l’éducation.

L’approche critique est quant à elle sensible aux dimensions de rapports de pouvoir présents dans la société et abordés sous l’angle d’une éducation. Plusieurs travaux sur l’éducation, plutôt à l’étranger en études critiques en éducation, ont pris en compte cette dimension critique de l’éducation comme processus de rapport sociaux de pouvoir :

– les curricula cachés dans les médias (Share et Kellner)

– la pédagogie publique (Henry Giroux)

– la pédagogie de la cruauté (Rita Segado)

L’autre versant d’une théorie sociale de l’éducation prend en compte les apprentissages et les savoirs des opprimés :

– savoirs militants

– formations militantes et formation des militants

– savoirs liés à l’expérience d’oppression

Les caractéristiques de la conceptualisation de l’éducation à partir d’une théorie sociale critique :

– l’éducation est un processus socio-anthropologique : cela signifie que l’éducation va être présente dans toutes les situations sociales. Il est donc possible d’aborder n’importe quelle dimension sociale à partir d’une approche en éducation à partir de notions telles que : éducation informelle, curricula cachés, pédagogie, savoirs…

– l’éducation, sous l’angle d’une approche critique, est analysée à partir des rapports sociaux de pouvoir qui la traverse.

– l’éducation comprend également une dimension normative : elle est porteuse d’idéaux de transformation individuelle et collectif. On parle ainsi d’émancipation éducative.

Qu’est-ce que la théorie sociale ?

Le philosophe Emmanuel Renault écrit à propos de la théorie sociale : « ce terme de théorie sociale, qui s’inscrit de différentes manières dans l’histoire de la sociologie et dans celle de la philosophie de la deuxième moitié du xxe siècle, est porteur d’enjeux sociologiques et philosophiques distincts. » (Renault, E. (2018). Théorie sociologique, théorie sociale, philosophie sociale : une cartographie critique. Sociologie, 9, 43-59.)

Plus largement, il est possible de considérer que la théorie sociale constitue un champ de recherche à la croisée de la philosophie sociale et des sciences sociales.

La théorie sociale en éducation apparaît donc comme une approche multiréférentielle à la frontière entre les sciences sociales et la philosophie.

Comment se situe la théorie sociale par rapport à la philosophie sociale et à la sociologie ?

Le sociologue Bernard Lahire affirme que la sociologie théorique peut entreprendre un travail de synthèse à partir d’enquêtes déjà réalisées. Il considère que ce travail se distingue de la philosophie sociale qui ne s’appuie pas, selon lui, sur des travaux empiriques (Lahire, B. (2006). Nécessité théorique et obligations empiriques. Revue du MAUSS, no<(sup> 27), 444-452.)

Il est en effet possible de se méfier d’une théorisation de la société qui ne repose pas sur une prise en compte des travaux empiriques en sociologie comme c’est le cas chez dans des formes d’essayisme social qui prétendent élaborer des analyses de la société sans références aux travaux de la sociologie empirique quantitative. On peut penser aux travaux d’auteurs comme Gilles Lipovetsky ou Zygmunt Bauman, par exemple qui ne s’appuient pas sur les acquis des grandes enquêtes sociologiques quantitatives qui mettent en lumière les variables lourdes encore à l’oeuvre dans le social.

Néanmoins, la philosophie sociale peut également s’appuyer sur la lecture de travaux empiriques comme le montre les ouvrages d’Emmanuel Renault sur la souffrance sociale ou sur l’exploitation du travail.

Il est donc possible de considérer que la théorie sociale constitue un champ de recherche qui s’appuie sur des enquêtes empiriques déjà réalisées et sur de la conceptualisation théorique. On peut donc admettre qu’entre de la théorisation sociologique et de la philosophie sociale empiriquement ancrée, la frontière peut être tenue par certains aspects.

Quelle place pour la dimension normative en théorie sociale ?

Que ce soit la philosophie politique ou la philosophie sociale, elles se distinguent des sciences sociales (sciences politiques ou sociologie) par leur dimension normative.

En ce sens, il est possible de considérer que la théorie sociale, dans son versant philosophique plutôt que sciences sociales, intègre une dimension normative.

Sans en reprendre forcément les caractéristiques théoriques, la théorie sociale s’inscrit dans la continuité du projet de décloisonnement des sciences sociales et de la philosophie portée par l’Ecole de Francfort. La théorie critique s’est en effet appuyé sur des enquêtes empiriques par exemple celle sur la personnalité autoritaire en psychologie sociale.

Quelle articulation entre théorie sociale, philosophie sociale et philosophie politique critique ?

La philosophie sociale s’est constituée de manière critique par rapport à la philosophie politique. Ainsi dans Le manifeste pour une philosophie sociale, Franck Fishbach rappelle comment la philosophie sociale s’est constituée à partir de la prise en compte du social, ce qui n’est pas le cas de la philosophie politique normative généralement centrée sur la question des règles justes.

Néanmoins, il est possible de souligner l’existence de la philosophie politique critique qui selon Miguel Abensour se donne pour objectif d’articuler paradigme de la domination et paradigme de la philosophie politique (Abensour, M. (2001). Pour une philosophie politique critique ?. Tumultes, 17-18, 207-258).

Il est donc possible d’essayer de dégager des traits d’une théorie sociale critique :

– elle prend en compte le social (et pas seulement les institutions politiques)

– elle aborde le social comme traversé par des rapports sociaux de pouvoir (ou de domination)

– elle prend appui sur des études empiriques (de première main ou de 2e main)

– elle inclut une dimension normative

– elle prend en compte la dimension politique

La théorie sociale critique en éducation :

– l’éducation est considéré comme une des porte d’entrée du social et pas seulement un domaine limité de l’activité sociale

– la théorie critique en éducation aborde le social comme traversé de rapports sociaux de pouvoir

à partir de l’étude de recherche empiriques en sciences sociales

– la théorie sociale critique en éducation inclut une dimension de philosophie critique en éducation.

– la théorie sociale critique en éducation n’a pas qu’une visée descriptive et interprétative, mais également normative.

Pourquoi la justice socio-environnementale en théorie sociale critique  ?

La sociologie a des difficultés pour prendre en compte la question environnementale à partir de l’adage : expliquer le social par le social. C’est une difficulté plus large des sciences sociales qui pré-supposent le plus souvent une ligne de rupture avec le biologique.

Il existe néanmoins actuellement des travaux qui tentent de penser la question environnementale en l’articulant aux sciences sociales. Une des tentatives récentes en ce sens est l’objectif d’une science sociale du vivant proposé par Bernard Lahire.

En éducation, il est possible de penser au travail de N. Wallenhorst, prenant appui sur la notion d’anthropocène et de limites planétaires, sur une théorie critique et un projet social utopique de nature convivialiste, avec le projet d’une éducation au temps de l’anthropocène.

Néanmoins , l’idée est ici que pour aborder les questions environnementale en éducation qu’il est nécessaire de partir d’une théorie sociale critique orientée vers les enjeux de justice socio-environnementale. En effet, la manière d’aborder les enjeux environnementaux pour une théorie sociale critique ne peut pas être détachée des questions d’inégalités sociales, d’inégalités nord/sud et de genre.



Citer ce billet
pedaradicale (2023, 9 décembre). Pour une théorie sociale critique et justice socio-environnementale de l’éducation. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sscn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search