Réflexions sur les sciences de l’éducation et la formation

Autrice: Irène Pereira

(histoire, anthropologie, philosophie, psychologie, sociologie, didactique).

1. Les sciences de l’éducation et de la formation abordent l’éducation à travers un regard pluridisciplinaire. Elles s’interessent à l’ensemble des processus qui conduisent à l’éducation ou à la formation de l’être humain. Ces processus peuvent être inconscients et passifs, comme conscients et intentionnels.

1.2. Les deux notions éducation et formation ont pour point commun étymologiquement d’insister sur la situation de sujétion de celui ou de celle qui est éduqué ou formé. En effet, « éduquer » renvoie étymologiquement à l’acte d’élever (des animaux, des plantes). La notion de formation renvoie au fait de donner une forme particulière, de façonner. En soi, l’éducation et la formation ne sont pas à l’origine ce qui nous fait advenir en tant que « sujet » émancipé. Penser que l’éducation ou la formation puissent être émancipatrice est un idéal de la modernité qui a mis en avant l’émancipation du sujet individuel. On peut au contraire penser qu’à l’origine l’éducation et la formation ont pour objectif de modeler l’individu en fonction de son milieu socio-culturel. Cette idée reste d’ailleurs présente chez Durkheim.

1.3. La notion d’éducation va le plus souvent être utilisée avec des enfants, tandis que la formation va être davantage employée avec des adultes. C’est d’ailleurs une des ambiguïtés de l’éducation populaire qui peut signifier : éduquer le peuple ou les classes populaires comme si elles étaient des enfants.

2. Les sciences de l’éducation ne sont pas centrées sur l’enfance ou sur l’école ou même sur les institutions de formation. L’éducation est un processus anthropologique qui se poursuit à tous les âges de sa vie (éducation tout au long de la vie) et qui constitue pour une grande partie un processus d’apprentissages informels.

3. Les sciences de l’éducation comprennent les phénomènes de socialisation, mais ne s’y limitent pas. Elles incluent donc un regard sociologique, mais sans s’y limiter.

3.1. On peut néanmoins se demander si les sciences de l’éducation lorsqu’elles abordent la manière dont les individus sont formés par le social s’occupent uniquement de socialisation.

3.2. L’hétéroformation désigne la formation par les parents, les enseignants, les éducateurs ou les formateurs. Il est possible de se demander si l’hétéroformation sociale se confond avec la socialisation. Existe-t-il des pratiques d’éducation informelle qui ne relèvent pas de la socialisation, mais plutôt de l’hétéroformation sociale ?

3.2.1. L’hétéroformation sociale ne se réduit pas à l’hétéroformation dirigée qui relève d’une intervention éducative intentionnelle et méthodique exercée sur un ou des individus. Elle inclut les apprentissages informels liés à la civilisation matérielle.

3.3. Quelle différence entre la socialisation et l’hétéroformation sociale ? La socialisation est liée à l’effet d’un groupe social, des médias ou des institutions sociales sur les individus membres d’une société. L’hétéroformation sociale inclut la socialisation, mais également d’autres phénomènes comme l’effet des dispositifs techniques sur les individus, de la production capitaliste, des modes de consommation…. L’hétéroformation sociale désigne l’ensemble des réalités sociales qui peuvent exercer une contrainte formative sur le sujet.

3.4. De ce fait, sans nier l’importance des recherches sur la socialisation de classes, de genre ou de racisation, l’analyse de l’hétéroformation sociale consiste à se placer au niveau d’une théorie sociale qui peut être selon les auteurs/trices : l’anthropocène, l’hypermodernité, le technocapitalisme…

3.4. La notion d’hétéroformation sociale suppose de produire une théorie sociale pour pouvoir rendre compte des processus par lesquels le sujet subie des contraintes formatives.

4. Les sciences de l’éducation incluent également l’écoformation qui porte sur la relation dialectique entre l’être humain et son milieu écologique. Elle vient, entre autres, interroger l’idée que la finalité de l’existence humaine serait l’émancipation du sujet des contraintes naturelles.

5. Les sciences de l’éducation s’intéressent ainsi à la manière dont l’éducation est une source d’émancipation à travers l’autoformation et la socioformation. En tant qu’elle porte sur les processus d’émancipation, elle relève d’une dimension philosophique.

6. La spécificité des sciences de l’éducation consiste dans l’analyse de la dialectique entre contrainte formative exercée sur l’individu et processus d’émancipation relativement à ces contraintes formatives pour advenir en tant que sujets émancipés.

6.1. Il y a néanmoins une tendance des sciences de l’éducation à se centrer sur les processus d’émancipation en sous-estimant l’analyse des effets des processus de socialisation et plus généralement d’hétéroformation sociale.

7. Le manque principal des sciences de l’éducation provient du fait que les pratiques et actions sont analysées en manquant d’une théorie sociale. C’est ce que les études critiques en éducation peuvent fournir en proposant différentes théories sociales : théorie critique francfortienne, pensée décoloniale, théories féministes intersectionnelles, théories foucaldiennes…

7.1. Il est possible de constater que dans d’autres champs interdisciplinaires comme l’Info-com ou les sciences politiques, les études critiques occupent une place de plus en plus importante, alors que les sciences de l’éducation en France restent relativement étrangères à ce mouvement.

7.2. Aux USA, les études critiques en éducation et la pédagogie critique constituent un vaste champ de recherche.

8. Les apports disciplinaires :

a) La philosophie apporte une réflexion sur les finalités, et plus spécifiquement sur l’émancipation.

b) L’anthropologie permet de donner une plus grande extension aux notions d’éducation et de formation de l’être humain.

c) La sociologie permet d’apporter une dimension critique liée à la prise en compte des rapports sociaux de pouvoir.

d) L’histoire permet de prendre en compte la diachronie dans la constitution des processus sociaux.

e) La psychologie critique et la psychologie sociale permettent de penser l’articulation du social et de l’individuel.

f) Les didactiques permettent de focaliser sur les méthodes mises en œuvre dans les apprentissages : didactiques disciplinaires, didactiques professionnelles…

9. L’éducation et la formation sont prises dans une tension entre une grande partie des processus éducatifs et formatifs qui sont passifs et inconscients, et l’idée que l’éducation et la formation peut être orientée de manière consciente et active (politique éducative, méthodes pédagogiques et didactiques), ou même qu’elle puisse être un processus par lequel l’individu accède à l’émancipation.



Citer ce billet
pedaradicale (2023, 1 juin). Réflexions sur les sciences de l’éducation et la formation. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssck

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search