Oppressions sociales, résistances et émancipation en éducation.

Autrice: Irène Pereira

1. Nous appellerons éducation libertaire des conceptions de l’éducation qui ont cherché à faire reposer l’éducation des individus sur la plus grande autonomie. On peut distinguer :

– les écoles libertaires qui peuvent aller de L’Abbaye de Thèlème aux écoles démocratiques en passant par les écoles de maîtres camarade de Hambourg, l’école de Summerhill ou encore la pédagogie autogestionnaire de Fonvieille par exemple

– les formes de unschooling appuyées sur La société sans écoles d’Ivan Illich.

– les pratiques d’autoformation.

2. Ces formes d’éducation et de formation peuvent avoir pour objectif de s’opposer aux conceptions directives de l’éducation et de la formation le plus souvent orientées par l’État ou l’Église qui sont jugées :

– violentes lorsqu’elles pratiquent la pédagogie noire

– autoritaires lorsque c’est l’État qui décide du curriculum

– magistrocenté lorsque c’est l’enseignant qui prend les décisions en classes

3. Néanmoins, les projets libertaires d’éducation ont souvent une vision beaucoup trop restrictive de ce qu’est l’éducation et la formation en considérant qu’il s’agit d’un processus conscient et orienté touchant les enfants et les jeunes. De ce fait, développer une éducation émancipatrice, ce serait développer une éducation qui prenne le contre-pied de l’éducation directive mise en œuvre par les parents, l’école étatique ou religieuse.

On constate un sous-investissement de la critique des effets des demandes des entreprises sur l’orientation de curricula scolaires.

4. Néanmoins, ce projet d’éducation libertaire fait preuve d’une certaine « naïveté » dans sa conception de l’éducation. En effet, il reste en grande partie aveugle à plusieurs processus :

– les effets de la socialisation en lien avec les différentes inégalités sociales : classes sociales, genre, racisation, validisme…

– les effets de l’idéologie (décrits par Paulo Freire dans Pédagogie des opprimés à partir du concept de « mytification »).

– les effets de la culture matérielle : mode de production capitaliste, modes de consommation, technologie.

Pour reprendre Spinoza, les hommes se croient libres car ils ignorent les causes qui les déterminent. De ce fait, les recherches en éducation ont souvent tendance à ne pas assez explorer les déterminations qui pèsent sur les personnes, et à se centrer de manière trop immédiate sur les pratiques éducatives qui se veulent émancipatrices : unschooling, écoles alternatives, pédagogies alternatives, éducation populaire, formation professionnelle émancipante…

Par ailleurs, le risque qui pèse sur les recherches en sciences de l’éducation est de perdre leur regard critique sous l’effet des commanditaires financiers ou de l’influence des acteurs sociaux éducatifs. Ce risque menace d’autant plus quand le ou la chercheuse en sciences de l’éducation évalue le dispositif éducatif qu’il ou elle a conçu et expérimenté. Il est dès lors nécessaire de se doter d’outils d’objectivation critique.

5. Or les changements effectués au niveau de l’éducation directive n’agissent pas sur toutes ces formes d’éducation informelle. De ce fait une éducation réellement libératrice est une éducation qui tente d’agir sur ces différentes dimensions de l’existence qui peuvent produire une aliénation sociale.

6. Si la sociologie de l’éducation a centré sa réflexion sur la socialisation et les cultural studies sur l’idéologie, on peut noter un sous-investissement de l’analyse de la place des contraintes liées à la culture matérielle technocapitaliste sur les processus éducatifs. Ces éléments de culture matérielle sont à comprendre dans une perspective sociotechnique qui les analysent à travers les rapports sociaux de pouvoir qu’ils matérialisent.

7. La sociologie des usages et les cultural studies ont insisté sur les pratiques de résistance. Mais s’il existe de pratiques de subversion et de résistance pour autant elles ne conduisent pas à remettre en question le cadre général. C’est ce que souligne G. Pruvost dans l’opposition qu’elle effectue entre De Certeau et Lefebvre.

8. La recherche en sciences de l’éducation se pose donc la question des conditions de possibilité d’une éducation émancipatrice. Trop souvent le regard qui est porté sur les pratiques d’éducation émancipatrice ne fait pas suffisamment apparaître les contraintes qui pèsent sur les individus au risque de penser l’émancipation éducative de manière trop « naïve ».

9. A l’inverse, tout le paradoxe sociologique, c’est que l’éducation peut produire des parcours d’émancipation alors même que les conditions sociologiques semblent nier la possibilité de tels parcours parlant alors de « miracles sociologiques ».

10. D’un côté, les recherches sur la formation existentielle ou l’éducation nouvelle semblent mettre l’accent sur les processus d’émancipation en ayant un aveuglement naif aux contraintes sociales, de l’autre côté, la sociologie de la reproduction marque un aveuglement aux parcours d’émancipation individuels et/ou collectifs. C’est que dans la réalité, il n’existe pas d’émancipation totale, mais des degrés d’émancipation.

11. La recherche en éducation après avoir analysé les contraintes sociales peut mettre en lumière comment ces contraintes ne sont jamais totales qu’elles sont toujours confrontées à des dimensions qui leurs résistent, même si ces résistances ne sont pas en mesure de transformer le système social dans son ensemble.

12. On a 3 types d’apprentissages :

– l’apprentissage informel et inconscient (hétéronomie)

– l’hétéroformation dirigée (hétéronomie)

– l’autoformation autodirigée (autonomie)

En réalité, l’idéal d’autonomie libéral-libertaire fait l’impasse sur toute la dimension relevant de l’apprentissage informel et inconscient qui représente en réalité la grande partie des apprentissages.

Cette centration sur l’individu et son autonomie est le point commun entre l’éducation libertaire et l’idéologie libérale. [ Judith Suissa pour sa part distingue l’éducation libertaire de l’éducation anarchiste].

Néanmoins, cette importance accordée à l’hétéroformation scolaire tient au fait que l’école est devenue dans l’idéologie libérale méritocratique le centre de distribution des places sociales.

Bien qu’en réalité, cette distribution sociale soit déterminée en grande partie par la socialisation primaire et la place que chaque famille occupe dans l’espace social.

13. Au sens large, la recherche en sciences de l’éducation critique a pour objet les dimensions d’oppressions et d’émancipation dans la formation de l’être humain. Elle étudie la manière dont les processus d’apprentissage sont pris dans des rapports sociaux de pouvoir.

Mais les formes d’oppressions sociales sont pluriels et leur identification soulève des difficultés. De même ce qui relève de l’émancipation est aussi problématique à identifier. Quant aux résistances, elles sont souvent ambivalentes dans leurs effets.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
pedaradicale (1 juin 2023). Oppressions sociales, résistances et émancipation en éducation. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sscj


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search