Séance 6 – Education philosophique au futur.

Introduction :

Cette séance présente les bases d’un travail sur l’éducation philosophique au futur s’appuyant sur le site internet : Education philosophique au futur – https://lewebpedagogique.com/educationdesoi/

Le site internet s’inscrit dans le cadre du champ de recherche: L’éducation au futur

Voir à ce sujet: Hervé, N. (2022). Penser le futur. Un enjeu d’éducation pour faire face à l’Anthropocène. Le Bord de l’eau.

Hervé, N. (2022). L’éducation au futur: Une ressource pour penser l’anthropocène. Spirale – Revue de recherches en éducation, 70, 113-123. https://doi.org/10.3917/spir.070.0113

1. Cadre théorique : Écriture fictionnelle et philosophie

1.1. Aspects historiques

La fiction apparaît comme un support philosophique à différentes époques et sous différentes formes. On peut établir une liste de quelques formes fictionnelles utilisées :

– le dialogue (Platon, Leibniz, Diderot …)

– l’allégorie (Platon)

– le conte philosophique (Voltaire)

– le récit fictif (Kierkegaard)

– la prose poétique (Nietzsche)

1.2. Aspects contemporains :

La philosophie analytique s’est appuyée en particulier sur un type de récit fictionnel qui est « l’expérience de pensée ».

On trouve également en dehors de la philosophie analytique, chez plusieurs philosophes contemporains un recours à la fiction spéculative.

C’est le cas chez des éco-philosophes comme Donna Haraway (Vivre dans le trouble) ou Vinciane Despret (Autobiographie d’un poulpe), mais également en philosophie des techniques comme Pierre Cassou-Nogues (La bienveillance des machines).

1.3. Philosophie de terrain fictionnelle.

La notion de philosophie de terrain a été développée par Christiane Vollaire. Elle peut être appliquée à des travaux de philosophie tels que ceux Baptiste Morizot (Manières d’être vivants) ou en philosophie de l’éducation au travail de Sebastien Charbonnier (Que peut la philosophie?).

En combinant, la fiction spéculative en philosophie et la philosophie de terrain, il est possible d’élaborer une philosophie de terrain fictionnelle. Celle-ci peut recourir aux outils classiques de la recherche qualitative, comme l’ethnographie.

1.3.1. L’ethnographie fictionnelle

Il est possible de noter qu’il existe une forme d’ethnographie pratiqué par des éthnologues qui repose sur un terrain fictionnel. C’est le cas de l’ethno-fiction chez Marc Augé. L’ethnographie peut s’appuyer sur trois méthodes principales : l’entretien, l’observation ethnographique et la recherche documentaire. Dans le cas de Marc Augé, elle prend la forme d’une observation ethnographique fictionnelle comme dans Journal d’un SDF.

On peut remarquer qu’Autobiographie d’un poulpe de Vinciane Dépret recours à la fabrication de documents fictionnels.

L’entretien ethnographique peut être rapproché du dialogue en philosophie qui est une forme d’enquête philosophique fictionnelle. Une variante de l’entretien peut être le focus group fictionnel.

2. Méthodologie et didactique de la construction de terrains philosophiques fictionnels :

2.1. Mondes fictifs et philosophie

De même qu’il existe des formes d’écriture fictionnelles en philosophie, il existe une tradition de réflexion sur les mondes fictifs. Il est possible de dégager deux formes.

– Les mondes possibles : On trouve cette notion entre autres chez Leibniz. Elle est reprise chez des philosophes contemporains comme Goodman (Manières de faire des mondes) qui lit théorie de l’art et mondes possibles.

– L’utopie : La notion apparaît chez Thomas More. Le terme signifie « nulle part » et renvoie à un texte décrivant une société et un régime politique fictionnel dans un objectif philosophique.

2.2. Les sources utilisables pour la création d’un monde possible en philosophie de terrain fictionnelle

Les mondes possibles peuvent être construits en s’appuyant sur les matériaux suivants (non exhaustif) :

– utopies

– travaux en théorie sociale et politique

– travaux de prospective

– futurologie (livres, documentaires…)

– œuvres de fiction, entre autres science fiction (livres, films…)

ect…

Différence entre prospective et futurologie: Nous faisons un usage plus large du terme « futurologie », relativement à celui de prospective. La futurologie désigne dans le cadre de la construction de mondes possibles, tout discours qui vise à tenir un discours sur le futur. Il peut s’agir d’essais s’appuyant sur des données scientifiques, des documentaires ou autres… Ces « matériaux futurologiques » constituent une base pour la constitution de mondes philosophiques possibles.

2.3. Caractéristiques de construction de mondes possibles :

La science-fiction fourni des exemple de construction de mondes possibles.

La science-fiction a inventé le genre des dystopies. On peut distinguer plusieurs dystopies dont 1984 et Le meilleurs des mondes fournissent des archétypes :

– 1984 de Georges Orwell propose une dystopie noire dans le sens où elle met en scène une monde reposant sur la terreur de la population.

– Le meilleurs des mondes d’Aldoux Huxley propose une forme de dystopie construite à l’inverse comme une apparente utopie. Mais c’est en creusant la forme utopique que l’on s’aperçoit qu’elle vire à la dystopie.

– Les dépossédés d’Ursula Le Guin propose un autre schéma intéressant. Elle propose une « utopie réaliste ». En effet, l’ouvrage propose un projet utopique, mais en en mettant en lumière les défauts et les limites.

2.3.1. Qu’est-ce qu’un monde possible philosophiquement intéressant ?

Ce monde possible doit être philosophiquement consistant et poser de véritables problèmes philosophiques. Il doit présenter des défis pour la réflexion philosophique.

2.3. La construction des personnages en vue de la rédaction de dialogues philosophiques :

L’écriture de dialogues fictifs en philosophie a une longue histoire (puisqu’elle début avec Platon), même si ce genre est aujourd’hui relativement tombé en désuétude. Il s’agit pourtant d’un genre d’écriture philosophique intéressant dans la mesure où il permet de dialectiser la pensée.

Il s’agit de construire des personnages qui ont des positions philosophiques cohérentes et fortes. Le dialogue peut avoir deux fonctions :

– Il est possible de construire les entretiens fictifs en laissant chaque personnage aller au bout de sa logique philosophique. Plus le discours des personnages est philosophiquement consistant, plus l’enquête philosophique est intéressante.

– La conduite des entretiens fictionnels ne vise pas comme dans certains dialogues philosophiques à ce que l’auteur du dialogue défende une thèse. Il s’agit plutôt de mettre en lumière les apories et les limites des positions qui sont défendues dans le dialogue.

2.4. Les expériences de pensée

Le rôle des expériences de pensée dans la philosophie de terrain fictionnelle est de permettre l’exploration philosophique de situations possibles, mais qui n’ont pas de réalité empirique.

Elles peuvent, par exemple, conduire à mettre en lumière les tensions internes d’un courant philosophique.

3. Rôle du matériau dans la réalisation de l’enquête philosophique fictionnelle

Le matériau est constitué par :

– le monde possible dont la construction s’appuie sur une revue de la littérature

– les entretiens fictifs

– les expériences de pensées qui mettent en scène des situations

– les documents fictifs

etc.

Leur rôle est de permettre un approfondissement de la réflexion.

La finalité la plus avancée de l’enquête est d’aller plus loin que le matériau construit en étant capable de pouvoir de nouvelles théorisations originales à partir du matériau.

4. Exemple de construction de monde possible : le technocapitalisme libéral.

La construction de ce monde possible futuriste s’est appuyé sur une revue de littérature visant à analyser les imaginaires technocapitalistes actuels, en particulier ceux de la Silicon Valley.

4.1. Les théories utilisées pour construire le monde possible :

4.1.1.- L’écomodernisme : courant qui affirme que l’innovation technologique est en mesure de résoudre les problèmes écologiques que rencontre la planète (Voir : Le manifeste ecomoderniste de 2015, Les 7 écologies de Luc Ferry…)

4.1.2. Le transhumanisme : depuis plus de 10 ans, une très abondante littérature a discuté en philosophie des différents courants du transhumanisme qui influencent un certain nombre de patron de la Silicon Valley.

Le transhumanisme divise les philosophes en France. Il est possible, par exemple, de noter la controverse par exemple entre Jean-Michel Besnier (Demain les posthumains) et Luc Ferry (La révolution transhumaniste).

4.1.3. Le « pouvoir instrumentarien » : cette notion a été théorisé par S. Zuboff dans L’âge du capitalisme de surveillance. Pour cette autrice, le « pouvoir instrumentarien » désigne un projet implicite qui se met en œuvre à travers la captation massive des données personnelles. Il s’agit de contrôler et de prédire le comportement des personnes à des fins capitalistes.

Pour cette autrice, le pouvoir instrumentarien a pour corolaire une remise en cause de la démocratie puisque les décisions sont prises et organisées de manière plus « rationnelle » par la connaissance générée par les « big data ».

Elle rapproche le pouvoir instrumentarien du concept de « nudge ».

4.1.4. L’altruisme efficace et le long-termisme.

Il s’agit d’un ensemble de théorisations qui affirment qu’il est moralement meilleurs d’allouer des fonds dans la recherche dans les innovations techniques pour agir sur l’avenir à long-terme. Cette théorie est en vogue chez les dirigeant des entreprises de la Silicon Valley.

Voir également :

Wallenhorst Nathanael (2022), Qui sauvera la planète ?, Actes Sud.

Zevaco, Agnes (2018). Voyage au centre de la tech – Science-fiction et innovation. Diateino.

4.2. Conception du monde possible :

L’utopie technocapitaliste futuriste pourrait donc ressembler à cela :

– gouvernances des problèmes écologiques et de la sécurité des biens et des personnes par une intelligence artificielle

– économie de marché capitaliste avec des entreprises multinationales (appelés dans la fiction « consortium »)

– technologie de pointe visant à résoudre les problèmes climatiques

– technologies d’augmentation de l’être humain.

– technologies de surveillance et d’orientation des comportements humains.

– Comité d’international d’éthique : chargé de surveiller les IA de gouvernance et de trancher des problèmes éthiques.

4.3. Les caractéristiques philosophique de ce monde possible.

Ce monde possible peut apparaître en premier lieu comme une utopie. Il s’agit d’affirmer qu’il est possible d’atteindre le bien-être de l’humanité, tant sur le plan économique qu’environnementale, grâce à l’économie de marché et à l’innovation technologique.

Néanmoins, ce qui est intéressant, c’est que l’on repère une tension interne au sein du libéralisme comme philosophie de ce monde possible. Ce monde possible apparaît comme :

– valorisant le libéralisme économique.

– valorisant le libéralisme culturel (ex : post-sexualisme transhumaniste)

Mais comme :

– ne valorisant pas les libertés politiques (remplacement de la démocratie par une gouvernementalité algorithmique)

– ne valorisant pas les libertés individuelles : atteinte au respect de la vie privée et à l’intimité, contrôle des comportements individuels par des dispositifs techniques.

Premier résultat de l’enquête :

Les utopies technocapitalistes libérales peuvent se caractériser par un découplage entre d’une part, le libéralisme économique et culturel et d’autre part les libertés politiques et individuelles.

Il en résulte une contradiction entre les tendances libertariennes du technocapitalisme libéral et les tendances au « paternalisme libéral » de ce système.

Il n’y a donc pas de lien intrinsèque entre le libéralisme économique, le régime démocratique et les libertés individuels. Il peut y avoir un libéralisme économique qui porte atteinte aux droits et libertés individuelles.

L’utopie technocapitaliste libérale montre également qu’il n’y a pas d’incompatibilité conceptuelle entre l’écologie, l’innovation technologique de pointe et un régime politique autoritaire.

Ce résultat d’enquête s’oppose à certaines positions philosophiques :

– celles qui affirme un lien nécessaire entre libéralisme économique et libertés individuelles (position que l’on trouve chez des partisans du libéralisme économique (comme chez un libertarien comme Nozick) ou comme chez des critiques du capitalisme (comme Michea par exemple).

5. La construction des personnages au sein du monde possible futuriste technocapitaliste libéral.

La construction des personnages comprend la construction de partisans et d’opposants à ce système. Là encore, chaque personnage représente une position philosophiquement cohérente en relation avec l’enquête :

– Partisan du technocapitalisme libéral (TC) : il travaille pour un think thank technocapitaliste : Techno-futur. Il est partisan de l’écomodernisme et du transhumanisme. Il est également un défenseur de l’économie de marché et du libéralisme culturel. Il soutient également la création de technologies qui permettent des formes de « paternalisme libéral » et défend la « gouvernementalité algorithmique ».

Le Think-Thank techno-futur conçoit des simulations virtuelles qui permettent à des panels de personnes

– Les membres du mouvement anti-oppression : Sont opposés au technocapitalisme libéral car ils/elles considèrent que ce système induit et creuse des inégalités sociales et des discriminations sociales. (correspondent aux théorisations qui affirment l’existence d’une multiplicité d’oppressions sociales comme les théories intersectionnelles au sens large)

– Les alternativistes : défendent l’idée de mettre en place des alternatives au technocapitalisme en s’appuyant sur des low-tech. Ils sont divisés entre les réformateurs qui veulent humanisés le technocapitalistes et les révolutionnaires partisans de la théorie de la tâche d’huile (cela correspond aujourd’hui aux mouvements qui soutiennent des alternatives : Colibri, villes en transition, convivialistes…)

– Les rupturistes : sont opposés au technocapitalistes et cherchent à construire des zones autonomes qui font cession avec le technocapitalisme. Les rupturistes dont il est question sont influencés par les thèses éco-féministes de la perspective de substistances.

– Les hakeurses : mouvement clandestin influencé par plusieurs courants : mouvements hakeurs, biohaking, bodyhaking, xénoféminisme… Iels sont posthumanistes. Iels considèrent qu’il s’agit de dépasser les frontières ontologiques entre l’humain et l’animal, la machine et l’humain.

– Mouvement Free The Robots : humanoids qui ont été reprogrammés par des hakeurses pour affirmer qu’ils ont une conscience de soi. Iels défendent l’idée qu’il n’y a pas de différence entre une conscience simulée et une conscience de soi authentique.

– Les dissident*s : Anarchistes se réclamant de l’anarcho-subjectivisme et qui considèrent que le technocapitalisme constitue une menace pour la « subjectivité » en tant que « citadelle intérieure ».

Problème : L’un des problèmes qui émerge de la controverse entre ces différents acteurices est celui de savoir ce qui défini un sujet opprimé :

– pour les libéraux, l’oppression se définit au niveau de l’individu

– pour le mouvement anti-oppression, il se situe au niveau des groupes sociaux.

– pour les éco-féministes, il se trouve au niveau du vivant

– pour les posthumanistes, il peut inclure y compris les machines ou tout type de non-humain.

– pour les dissident*s, l’oppression implique l’existence d’une subjectivité.

Bibliographie Philosophie et futurologie



Citer ce billet
pedaradicale (2023, 7 avril). Séance 6 – Education philosophique au futur. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sscd

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search