Lexique de pédagogie critique des apprentissages informels

Autrice: Irène Pereira

L’éducation constitue-t-elle uniquement un sous domaine de l’oppression ? Ou l’éducation peut-elle nous aider à penser les rapports sociaux de pouvoir de manière originale ? L’éducation, en tout cas sous sa forme informelle, occupe tous les moments de notre existence. De ce fait, peut-elle nous donner un éclairage spécifique sur les formes de domination ?

– Petit lexique de l’éducation :

Education : désigne un ensemble de processus par lesquels un individu acquiert des savoirs qui peuvent être théoriques ou pratiques. Ces savoirs peuvent être acquis de manière consciente et volontaire, ou de manière inconsciente et involontaire. L’éducation agit sur l’esprit et le corps des personnes.

Formation : c’est l’action de se former. La notion de formation renvoie à celle de forme, à l’idée de de se couler dans une forme. Ce qui peut aller vers l’idée de « formatage ».

Socialisation : processus social d’intériorisation des valeurs, des normes et des rôles sociaux. On distingue habituellement la socialisation primaire (dans la famille) et la socialisation secondaire (par exemple les pairs). La socialisation peut être un processus volontaire ou un processus latent.

Michel Castra, « Socialisation », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 97-98.)

Education informelle ou apprentissages informels : « L’apprentissage informel découle des activités de la vie quotidienne liées au travail, à la famille ou aux loisirs. Il n’est ni organisé ni structuré (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources). L’apprentissage informel possède la plupart du temps un caractère non intentionnel de la part de l’apprenant. » (Apprentissage formel, informel, non-formel, des notions difficiles à utiliser… pourquoi  ?, Par Sylvie Ann Hart, Publié dans le Bulletin de l’OCE : Juin 2013 | Vol. 4 | N°2).

Brougère, G., & Bézille, H. (2007). De l’usage de la notion d’informel dans le champ de l’éducation. Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, (158), 117-160.

Brougère, G. (2016). De l’apprentissage diffus ou informel à l’éducation diffuse ou informelle. Le Télémaque, (1), 51-63.

Brougère, Gilles, et Anne-Lise Ulmann. Apprendre de la vie quotidienne. Presses Universitaires de France, 2009

NB : Il est donc possible de constater que la notion sociologique de socialisation et la notion issue des sciences de l’éducation d’apprentissage informel semblent se recouper et qu’on a du mal à pouvoir les distinguer clairement.

Education non-formelle : est un apprentissage qui n’a pas lieu dans un contexte formel, mais qui suppose une intentionnalité de la part de la personne qui le met en œuvre. On peut rapproché cette notion d’apprentissage d’autodirigé, d’autodidaxie, d’autoformation.

Education formelle : est un apprentissage structuré qui a lieu dans le cadre d’une institution d’enseignement (ex : l’école) qui souvent prend pour modèle la « forme scolaire ».

NB : Il faut remarquer que des apprentissages informels peuvent avoir lieu dans un contexte d’éducation formelle. C’est ce que pointe la notion de curriculum caché.

Curriculum caché : il s’agit de l’ensemble des savoirs que l’élève apprend dans la forme scolaire sans qu’ils figurent dans le curriculum formel (ou prescrit)

Curriculum réel : c’est le programme que réalise réellement l’enseignant-e et l’institution scolaire.

Curriculum formel ou prescrit : c’est le programme que tel qu’il est fixé dans les textes institutionnels.

Philippe Perrenoud, « Curriculum : la formel, le réel et le caché » (1993) . URL : https://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php_main/php_1993/1993_21.html

Savoirs: Les savoirs, aquis lors des apprentissages informels, peuvent recouvrir des connaissances, des savoir-être et des savoir-faire.

– Lexique d’éducation oppressive :

Adultisme : Idée qu’il existerait un rapport social de pouvoir entre adultes et enfants qui pourraient être pensé sur le modèle du sexisme ou du racisme. Il faut néanmoins noté qu’il est possible de penser un rapport de domination sans qu’il soit pensé comme de même nature que le sexisme et le racisme qui concerne des adultes entre eux. En outre, l’adultisme laisse de côté la dimension structurelle du patriarcat.

Rennes, Juliette. « Conceptualiser l’âgisme à partir du sexisme et du racisme. Le caractère heuristique d’un cadre d’analyse commun et ses limites », Revue française de science politique, vol. 70, no. 6, 2020, pp. 725-745.

Entretien avec Juliette Rennes, « Un bel âge pour la révolte ? Âgisme et mobilisations féministes », Pour, vol. 242, no. 1, 2022, pp. 51-59.

AEI (Appareil idéologique d’État) : Chez le philosophe marxiste Althusser, l’école – tout comme l’Église ou l’armée- sont des institutions qui ont une fonction dans la diffusion de l’idéologie des classes dominantes.

Althusser, Louis. « Idéologie et appareils idéologiques d’État. (Notes pour une recherche) », , Sur la reproduction. sous la direction de Althusser Louis. Presses Universitaires de France, 2011, pp. 263-306.

Apprentissage de la domination : Cette expression renvoie au sous-titre d’un ouvrage de Mathias Millet et Jean-Claude Croizet. Les auteurs y analysent les pratiques enseignantes relativement aux enfants de milieux populaires. L’orientation théorique de l’ouvrage est en partie influencée par Bourdieu et Bernstein : violence symbolique, pédagogie invisible…

Millet, M., & Croizet, J. C. (2016). L’école des incapables?. La maternelle, un apprentissage de la domination. Dispute (La).

Apprentissages de l’oppression: Dans la continuité de Nicole-Claude Mathieu, on peut préférer l’expression “d’apprentissages de l’oppression” à celle “d’apprentissage de la domination”. En effet, la notion de “domination” suppose chez les dominées, un consentement à la domination que Nicole-Claude Mathieu récuse. Un de ses arguments tient au fait que les opprimées et les oppresseurs n’ont pas la même conscience de l’oppression, car ils et elles n’ont pas la même position dans les rapports sociaux d’oppression, et donc qu’ils et elles n’ont pas le même savoir sur l’oppression. La connaissance des mécanisme de l’oppression supposerait donc d’avoir accès aux deux perspectives sur la réalité sociale.

Nicole-Claude Mathieu, “Quand céder n’est pas consentir” , L’anatomie politique, catégorisations et idéologies du sexe
Éditions Côté-femmes, 1991.

Curriculum caché oppressif : curriculum caché par lequel sont véhiculés des messages cachés oppressifs, ce qui veut dire relatifs à la légitimation et à la reproduction des rapports sociaux de pouvoir.

Martine Vinson et Souha Elandoulsi« Curriculum et construction différentielle des savoirs selon le genre en EPS  »Questions Vives [En ligne], n° 22 | 2014.

Clémentine Masson et Gabrielle Richard, « Le rôle du curriculum caché dans la transmission de l’hétérosexualité comme norme à l’école primaire », Genre Éducation Formation [En ligne], 5 | 2021

Dispositif éducatif: Au sens de Foucault, le dispositif désigne: « un ensemble résolument hétérogène comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit, voila les éléments du dispositif. (…) C’est ça le dispositif : des stratégies de rapports de force supportant des types de savoir, et supportés par eux”.

Merri, Maryvonne, et al. « La subjectivité au crible des dispositifs éducatifs contemporains. » Éthique en éducation et en formation, numéro 12, été 2022, p. 5–11.

Ecole caserne : La notion d’école caserne, liée à la pédagogie institutionnelle, consiste à montrer comment l’école peut-être pensée sur le modèle de l’armée : discipline, ordre… Cette notion constitue une critique de la forme scolaire traditionnelle.

Bénévent, Raymond, et Claude Mouchet. « Chapitre 8. Chronique de l’école-caserne : des concepts critiques pour une analyse institutionnelle », , L’école, le désir et la loi. Fernand Oury et la pédagogie institutionnelle, sous la direction de Bénévent Raymond, Mouchet Claude. Champ social, 2014, pp. 291-324.

Education autoritaire : L’idée d’éducation autoritaire apparaît plutôt dans la littérature éducative anarchiste ou dans les pédagogies libertaires. Elle consiste essentiellement dans une critique du rapport vertical d’autorité entre maître et élèves ou entre le père de famille et ses enfants.

Sebastien Faure, « La ruche », URL : https://www.panarchy.org/faure/ruche.html

Sebastien Faure, « Propos d’éducateur : modeste traité d’éducation physique, intellectuelle et morale » (1913) . [En ligne sur Gallica]

Education hétéronormative : ensemble des processus éducatifs par lesquels les enfants intériorisent l’hétéronormativité.

Education genrée, éducation sexuée, socialisation sexuée, socialisation genrée : Ensembles de processus par lesquels les enfants intègrent les rôles sociaux de genre.

Education oppressive : On peut appeler éducation oppressive l’ensemble des processus par lesquels les individus intériorisent les rôles sociaux de classes, de race, de genres…

Institutions disciplinaires : Notion employées par Foucault pour désigner un ensemble d’institution dont l’école (mais aussi l’hopital, la prison…) qui se caractérise par un ensemble de pratiques qui visent à discipliner les corps.

Foucault, Michel. Surveiller et punir. Vol. 1. Paris, 1975.

Microphysique du pouvoir en éducation: La notion de microphysique du pouvoir permet de saisir des rapports de pouvoir sous l’angle des micro-phénomènes.

Foucault, Michel. Surveiller et punir. Vol. 1. Paris, 1975.

Pédagogie bancaire : Notion utilisée par Paulo Freire. Elle désigne à un premier niveau un type de pédagogie qui consiste à déposer les connaissances dans l’apprenant-e comme s’il s’agissait d’un capital en banque. Cependant, à un niveau plus philosophique, il s’agit d’un processus éducatif par lequel les apprenant-e-s sont traités uniquement comme des objets, et non pas comme des sujets du processus d’apprentissage.

Paulo Freire, Pédagogie des opprimé-e-s, Agone, 2021.

Pédagogie noire : Ensemble de pratiques pédagogiques reposant sur les violences éducatives.

Miller, Alice. C’est pour ton bien. Racines de la violence dans l’éducation de l’enfant. Flammarion, (1984) 2015.

Travail éducatif oppressif : ensemble des pratiques éducatives par lesquels sont construits l’intériorisation des rapports sociaux de pouvoir.

Violences éducatives ordinaires: Les violences éducatives ordinaires désignent l’ensemble des violences psychologiques, verbales et physiques utilisées dans un rapport éducatif.

Salmona, Dre Muriel. “Pourquoi interdire les punitions corporelles et les autres violences éducatives au sein de la famille est une priorité humaine et de santé publique?.” Association Mémoire Traumatique et Victimologie (2014) [En ligne]

– Lexique de l’éducation anti-oppressive :

Education anti-autoritaire et pédagogie libertaire : ensemble de courants éducatifs et pédagogiques qui ont chercher à remettre en question la relation d’autorité verticale entre le maître et les élèves.

Rancière, Jacques. Le maître ignorant: cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle. Fayard, 2014.

Education anti-oppressive : Dans les milieux anarchistes, la notion d’éducation anti-oppressive peut être utilisée par opposition à une éducation simplement anti-autoritaire. L’éducation anti-autoritaire se centre principalement sur la question de la relation de pouvoir verticale entre maîtres et élèves. La notion d’éducation anti-oppressive fait référence aux rapports sociaux de pouvoir classistes, racistes ou encore sexistes que doit combattre l’éducation.

Irène Pereira, « L’anarchisme comme anti-oppression ». URL : https://www.grand-angle-libertaire.net/lanarchisme-comme-anti-oppression/

Education et pédagogie émancipatrice : la notion d’émancipation en éducation est une notion polysémique. En effet, elle renvoie en réalité à plusieurs conceptions possibles. Pour certains, une éducation émancipatrice vise l’émancipation de l’individuelle des maitre à penser, elle consiste dans le développement de l’esprit critique (cf. Kant, « Qu’est-ce que les Lumières? »). Pour d’autres, la notion d’émancipation peut renvoyer à l’émancipation sociale (comme c’est le cas chez Paulo Freire).

Education libératrice (ou Pédagogie des opprimé-e-s) : le terme se retrouve chez Paulo Freire, par référence aux luttes anti-colonialistes, dites de libération nationale. L’éducation libératrice est une éducation qui ne repose pas sur des procédé tels que l’invasion culturelle ou la conquête.

Education pour la justice sociale : éducation qui vise à promouvoir la justice sociale.

Pédagogie autogestionnaire : pédagogie développée par Raymond Fontvielle, par référence à la notion d’autogestion qui était largement diffusé dans les milieux de gauche dans les années 1950, 1960 et 1970.

Pédagogie critique ou pédagogie radicale : Ensemble de courants pédagogiques qui se situent dans la continuité de l’oeuvre de Paulo Freire (pédagogie critique féministe, pédagogie queer, pédagogie décoloniale, éco-pédagogie…)

Praxis liberatrice: Combine chez Paulo Freire, trois types d’action: acte de langage, le travail éducatif et l’action collective de transformation sociale: “Ce n’est pas dans le silence que les êtres humains s’accomplissent, mais par la parole, le travail, l’action réflexion” (Pédagogie des opprimé-e-s).

Savoirs minoritaires, savoirs minorisés, savoirs subalternes, savoirs situés  … : Ensemble de savoirs développés par les groupes socialement dominés ou opprimés dans le cadre de leurs expériences quotidiennes d’interaction sociales. Ces savoirs sont lié au point de vue situé des opprimé-e-s. Ce sont des savoirs d’expérience.

Bailleul, Michaël. « Apprendre du stigmate par l’expérimentation. Des « jeunes des quartiers » qui s’affranchissent », Agora débats/jeunesses, vol. 71, no. 3, 2015, pp. 35-48.

Collins, Patricia Hill. La pensée féministe noire: savoir, conscience et politique de l’empowerment. Editions du Remue-Menage, 2016.

Haraway, Donna. “Savoirs situés: la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle.” Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences-Fictions-Féminismes, Paris, Exils (2007).

Revue Tracés, « L’expérience minoritaire », n°30, 2016.

Savoirs infrapolitiques, savoir de résistance: On peut qualifier de savoirs infrapolitiques (à la suite de James Scott) des savoirs de résistance micro-politiques mis en oeuvre par les personnes socialement opprimées.

Chantraine, Gilles. « Expériences carcérales et savoirs minoritaires. Pour un regard “d’en bas” sur la sanction pénale », Informations sociales, vol. 127, no. 7, 2005, pp. 42-52.

Savoirs militants: Ensemble de savoirs développés à partir d’une pratique militante. Ces savoirs combinent souvent apprentissages informels et apprentissages non-formels. Ils combinent également des apprentissages expérientiels et des savoirs critiques.

Jérôme Lamy, « Savoirs militants », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 15-39.

Di Ruzza, Renato. « Chapitre 17. Les savoirs syndicaux », Gilles Brougère éd., Apprendre de la vie quotidienne. Presses Universitaires de France, 2009, pp. 221-229.

Théories critiques, savoirs critiques, savoirs oppositionnels, savoirs contre-hégémoniques : savoirs qui visent à dévoiler des mécanismes sociaux qui ne sont pas accessibles à la conscience immédiate.

Champ libre aux sciences sociales, Manifeste. La connaissance libère, Éditions du Croquant, La Dispute, 2013.

Gautier, Claude, et Michelle Zancarini-Fournel. De la défense des savoirs critiques. Quand le pouvoir s’en prend à l’autonomie de la recherche. La Découverte, 2022.

Conclusion :

1) La notion d’éducation ne se réduit pas à l’éducation formelle. Elle peut être présente dans tous les champs de l’activité humaine allant jusqu’à se confondre avec la notion de socialisation avec la notion d’éducation informelle.

2) Il existe un ensemble de concepts qui ont été développés pour essayer de saisir la manière dont les processus éducatifs pouvaient ne pas constituer un processus d’émancipation de l’être humain, mais au contraire conduire à la reproduction des rapports sociaux de pouvoir par des pratiques de violences éducatives et/ou l’intériorisation d’un curriculum caché.

3) Il existe un ensemble de courant qui ont essayés de penser ce que pouvaient être des éducations contre-hégémoniques et/ou des pratiques éducatives émancipatrices.

4) Il est possible de mettre en lumière que nombre de critiques traditionnelles de l’éducation comme oppression renvoient à la critique de la relation verticale d’autorité entre le maître et les élèves ou entre le père de famille et ses enfants, ou encore à la forme scolaire.

Les critiques anti-oppressives, plus récentes (dans le sillage des pédagogies critiques) se concentrent sur les curricula cachés oppressifs qui sont diffusés par les instances éducatives. A la différence des approches antérieures, elles ne sont pas centrées en priorité sur la rapport de pouvoir institutionnel d’autorité.

Cela peut s’expliquer par le fait que le rapport de pouvoir vertical et les violences éducatives physiques ne sont plus autant prégnantes qu’autrefois du fait entre autres du capitalisme néolibérale et de l’idéologie libérale.

En revanche, les critiques anti-oppressives actuelles s’appuient plutôt sur l’existence de discriminations systémiques et institutionnelles dont elles essaient de comprendre la reproduction à travers les processus éducatifs.

5) Néanmoins, la limite de nombre de recherches sur les curricula cachés est de s’en tenir à l’analyse des supports pédagogiques, et non pas de s’interesser aux pratiques de travail éducatif.



Citer ce billet
pedaradicale (2022, 19 décembre). Lexique de pédagogie critique des apprentissages informels. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssbv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search