Compte rendu Séance n°1 – Séminaire Approches critiques en éducation

Autrice: Irène Pereira

Contribution au développement d’une recherche “matérialiste sociale” en éducation (I): 

L’objectif de la séance est de délimiter le champ des approches critiques et d’orienter le séminaire au sein de ce champ des approches critiques vers une perspective matérialiste sociale non-réductionniste. Ce séminaire se donne pour objectif d’apporter une contribution au développement des études critiques en éducation en langue française, et en particulier de contribuer au développement d’une approche matérialiste. 

Cette séance s’appuie sur la conceptualisation de la notion de “matérialisme social”. Le matérialisme social constitue un type d’approche matérialiste qui accorde une centralité à la catégorie de travail dans l’analyse de l’organisation sociale. 

Mots clefs de la séance: critical thinking vs. critical consciousness, approches culturalistes vs. approches matérialistes, matérialisme social. 

La première séance a été une séance introductive orientée autour de trois questions:

  • Que désigne la notion d’esprit critique ? La distinction entre “pensée critique” (critical thinking) et “conscience critique” (critical consciousness):

Voir à ce sujet:

“Développer l’esprit critique” (Dialogue) – https://pedaradicale.hypotheses.org/2918

“Pédagogie entrepreneuriale et néolibéralisme” – https://pedaradicale.hypotheses.org/3534

Les pédagogies critiques ou le refus de la confusion néolibérale en pédagogie – https://libreo.ch/de/content/download/421649/2696047/1?fileName=ALPHIL_Ecole_Autrement.pdf

  • Que sont les approches critiques en éducation (critical studies in education) ? 

“Introduction” extrait de Philosophie critique en éducation” – https://www.contretemps.eu/philosophie-critique-education/ 

L’ouvrage présente les approches critiques en éducation et développe une approche matérialiste.

Tableau schématique pour se repérer (attention nécessairement cela simplifie les subtilités):

Approches Culturelles

Approches Matérialistes

Culturel

Langage, Sexualité

Foucaldien

Représentations, discours, Normes

Reception, consommation.

Rapports de pouvoir

Identités

Fluidité, hybridité,

Subjectivité

Microsocial

Micro-résistances, performance

Minorités, marges…

Arts, littérature, média-communication, philosophie

Socio-économique (conditions matérielles)

Travail (non limité à l’emploi)

Marxien

base matérielle (organisation du travail)

Production

Rapports sociaux

Positions sociales

Structures sociales

Social

Macrosocial

Pratiques sociales, Action collective

Classes sociales, classes de sexe, transclasses, transfuge de sexe….

Sociologie, anthropologie, économie, philosophie

Exemples de courants dans les approches critiques: marxismes/marxiens, post-marxismes, postcolonial, décolonial, black feminism, féminismes marxistes, féminismes matérialistes, théories queer, éco-socialismes, éco-féminismes…

Déclinaisons en éducation: pédagogie critique féministe, éco-pédagogie, pédagogie queer, pédagogies décoloniales, éducation populaire politique…

NB: Il y a, en réalité, une très grande complexité des études critiques. En effet, la plupart des courants des études critiques sont divisés actuellement entre des approches culturelles et matérialistes: marxisme vs. post-marxiste, les études féministes (voir le féminisme matérialiste), les études queer (voir par exemple l’ouvrage de Sam Bourcier, Homo Incorporated pour une approche queer avec une base matérielle), la pensée décoloniale (ex: Quijano vs. Mignolo), matérialisme culturel vs. matérialisme économique…. Il peut y avoir également des approches matérialistes de la culture au sens d’analyse économique de la culture et de ses conditions de production.

  • Qu’est-ce que l’approche matérialiste ? Aborder le travail éducatif au sens large (entre autres:  travail scolaire, travail enseignant, travail de la culture dans l’éducation populaire….) Ne pas confondre travail et emploi. 

“Le travail éducatif : au fondement de l’invisibilisation de la reproduction de la domination” – https://pedaradicale.hypotheses.org/3825

Brèves précisions épistémologiques sur l’approche matérialiste: Une contribution à la conceptualisation du matérialisme social. 

Il existe deux approches principales dans les études critiques: les approches culturelles et les approches matérialistes. Ce séminaire discute également les approches culturelles, mais est orienté vers les approches matérialistes. Cette orientation s’explique par le fait que sans base matérialiste, les approches critiques culturelles tendent à ne pas pouvoir se diférencier des orientations néolibérales (voir à ce sujet: Boltanski et Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, 1999; Potter et Heath, La révolte consommée: le mythe de la contre-culture, 2005, Sam Bourcier, Homo Inc.orporated, 2017).

On peut appeler approche matérialiste, une approche qui, sans nier l’existence des dimensions culturelles des rapports sociaux, ne se limite pas aux phénomènes culturels, mais essaie de prendre en compte les dimensions matérielles des réalités sociales. Les dimensions matérielles concernent l’organisation du travail (en particulier la division sociale inégalitaire du travail). Dans cette approche, le travail ne se confond pas avec l’emploi.

Si on reprend Christine Delphy: une approche matérialiste donne la primauté dans l’analyse de la société aux rapports sociaux.

Si on reprend Danièle Kergoat:

  • Un rapport social est une tension autour d’un enjeu qui construit deux groupes sociaux antagonistes.
  • Il ne faut pas confondre les relations sociales (interactions entre individus) et les rapports sociaux (macrosociaux)
  • Le rapport social a 3 dimensions: domination (symbolique), oppression (violence), exploitation (économique).
  • Si le rapport ne comprend pas ces trois dimensions, on parle de rapport de pouvoir ou de relation de pouvoir et non pas de rapport social.
  • L’impératif matérialiste consiste à prendre en compte la question du travail.
  • Il n’y a pas de rapports sociaux qui priment un autre (par exemple: le capitalisme n’est pas plus central que le patriarcat pour comprendre les rapports sociaux).
  • Un rapport social implique un rapport de contrainte, mais également des résistances à cette contrainte. L’analyse doit prendre en compte les deux faces du rapport social. Les résistances collectives s’expriment dans les pratiques sociales (et non dans les relations sociales).

L’approche matérialiste peut concerner l’analyse des rapports sociaux capitalistes, mais il ne s’agit pas, contrairement aux approches marxistes, de réduire toute oppression aux rapports sociaux capitalistes. Il s’agit plutôt de ne pas omettre d’analyser la base matérielle de tout rapport social.

Ces différents rapports sociaux peuvent être considérés comme imbriqués. On parle ainsi par exemple de “paradigme matérialiste de l’intersectionnalité”. Cela veut dire une approche matérialiste de l’intersectionnalité.

De ce fait, il peut exister des approches matérialistes du capitalisme, du sexisme, des questions LGBTQI+, du validisme, des questions écologiques, de la question animale.

NB: Différences entre approches marxistes et approches matérialistes: Les approches marxistes accordent une centralité aux rapports sociaux de classes (ouvriers/capitalistes) et/ou au capitalisme dans l’analyse des phénomène sociaux. Les approches matérialistes centre sur l’organisation du travail sans considérer nécessairement que le capitalisme est l’unique mode de production actuellement (ex: mode de production domestique). Néanmoins avec les notions d’imbrication, d’intersectionnalité ou autres notions semblables, les approches matérialistes pensent les interconnexions entre les différents autres modes de production et le capitalisme.

Remarques concernant l’approche matérialiste dans les enquêtes empiriques: 

L’approche matérialiste peut être utilisée dans les études quantitatives (statistiques) ou qualitatives. Dans les enquêtes qualitatives, il s’agit en particulier d’analyser la division sociale du travail (la répartition des tâches) en fonction des groupes sociaux (sexe, race, classe, handicap…): quelles tâches ? combien de temps consacré à ces tâches ?…. L’approche matérialiste permet assez simplement d’objectiver des inégalités au sein d’un collectif.

On peut appeler l’approche matérialiste aussi matérialisme méthodologique en sciences sociales et philosophie. On peut également parler de “matérialisme social” (pour distinguer du “matérialisme culturel”, mais également du “matérialisme naturel”). De fait, ce qui est appelé ici “approche matérialiste” ne délimite pas des objets spécifiques, mais une manière particulière d’aborder n’importe quelle réalité sociale. Par exemple, les questions sexuelles peuvent être abordées selon les autrices à partir des notions d’échange économico-sexuel, de travail reproductif… Les productions culturelles peuvent être traitées à partir par exemple de la  notion d’industries culturelles ou d’industries du divertissement, de l’étude des travailleurses de la culture ou de l’art….

Bibliographie sur les approches matérialistes – https://pedaradicale.hypotheses.org/4077 

 



Citer ce billet
pedaradicale (2022, 17 novembre). Compte rendu Séance n°1 – Séminaire Approches critiques en éducation. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssbn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search