Théorie critique matérialiste en éducation et étude du champ des théories en éducation :

Autrice: Irène Pereira

1. J’appelle « champ des théories en éducation », un champ d’étude portant sur un ensemble de positions ayant une portée philosophique en éducation.

1.0.1. Il peut s’agir de positions ayant une portée épistémologique, politique, anthropologique…. Il peut ainsi y avoir ainsi des sous-champs théoriques thématiques en éducation au sein du champ des théories en éducation.

1.2. Dans un champ de théories, c’est la différence qui créé le sens. Cela signifie que pour étudier un champ, il s’agit d’analyser les différences entre les positions.

1.2.1. De ce fait, cette analyse des champs peut en particulier s’intéresser aux controverses entre les positions, aux arguments, aux objections et contre-arguments entre ces positions.

1.3. Étudier un champ des théories, ce n’est pas s’intéresser avant tout à des auteurs ou autrices, mais à des positions au sein d’un champ thématique.

1.4. C’est la thématique qui délimite le champ. La problématique abordée délimite des sous-champs thématiques.

2. J’appelle « théorie critique matérialiste en éducation » une approche que l’on trouve dans les pédagogies critiques, l’éducation populaire politique, en éthique professionnelle des métiers de l’éducation…

2.1. On parlera ainsi par exemple de « pédagogie critique matérialiste en éducation » ou de « pédagogie radicale ».

2.1.1. Les pédagogies critiques constituent un groupes de positions délimitant un sous-ensemble dans le champ des théories de l’éducation au même titre par exemple que l’éducation nouvelle ou encore que le républicanisme scolaire.

2.2. La position « critique matérialiste en éducation » considère que la recherche et la pratique en éducation doit s’appuyer sur une analyse de la société en termes de rapports sociaux.

2.2.0.0.1. Le rapport social divise la société en deux groupes sociaux antagonistes dont l’un détient plus de pouvoir que l’autre.

2.2.0.1. Le rapport social n’est pas une relation sociale interpersonnelle (Kergoat).

2.2.0.2. Le rapport social a une dimension d’exploitation, de domination et d’oppression (Kergoat).

2.2.0.2.1. L’approche matérialiste est non réductionniste. Elle n’exclue pas le culturalisme, mais ne s’y réduit pas.

2.2.0.3. Tout rapport social implique une dynamique de résistance. Car il ne pourrait pas y avoir de rapports de pouvoir, s’il n’y avait pas en face une résistance. (Kergoat)

2.2.0.4. Ce sont dans les pratiques sociales que se manifestent les résistances collectives (Kergoat)

2.2.1. L’approche critique matérialiste en éducation est radicale dans la mesure où elle remonte à la racine des problèmes sociaux. Ceux-ci se trouvent dans la division du travail (Kergoat).

2.2.1.0.1. Toute réalité sociale ne se réduit pas à une analyse en termes de division du travail. Mais l’analyse de cette division est nécessaire pour comprendre les problèmes sociaux qui impliquent des rapports sociaux de pouvoir.

2.2.1.1. La division sociale du travail se caractérise par une séparation des activités et/ou par une hiérarchisation de ses activités (Kergoat)

2.2.1.1.1. Le travail ne se limite pas à l’emploi. Le travail n’est pas une catégorie transcendantale. Il désigne toute activité qui se trouve divisée socialement selon des groupes sociaux.

2.2.1.1.2. La travail est avant tout une catégorie critique. Il permet d’analyser toute activité sous l’angle des rapports sociaux de pouvoir qui peuvent la traverser.

2.2.1.1.3. Plutôt que de fin du travail, il est plus juste de parler de libération du travail. Il ne s’agit pas d’être délivré du travail, mais de le libérer des rapports sociaux de pouvoir.

2.2.2. On peut qualifier l’approche matérialiste de marxienne : on parle ainsi de « féminisme matérialiste » (Christine Delphy, Danièle Kergoat), de « paradigme féministe matérialiste de l’intersectionnalité » (Danielle Juteau), d’écoféminisme matérialiste [ou perspective de la subistance] (Maria Mies)….

2.2.2 .1. Il ne s’agit pas d’une approche marxiste au sens où le marxisme réduit l’analyse matérialiste aux rapports sociaux capitalistes.

3. La théorie critique matérialiste tend à s’opposer à d’autres approches :

3.1. Les approches psychologisantes qui tendent à expliquer les problèmes sociaux à partir d’explication psychologiques.

3.2. Les approches individualisantes qui centrent l’analyse des problèmes sociaux par exemple sur les pathologies de l’individualisme.

3.2.1. Les approches psychologisantes et individualistes tendent à centrer leurs explications sur le niveau micro-social.

3.3. Les approches institutionnalistes qui centrent l’analyse du problème sur le fonctionnement de l’institution.

3.4. Les approches culturalistes qui considèrent que les problèmes sociaux sont liés uniquement à l’intériorisation d’idées normatives.

4. Les objections possibles à l’approche critique matérialiste en éducation :

4.1. Objection : L’approche matérialiste critique en éducation suppose une action sur la société dans son ensemble, là où les approches institutionnalistes se proposent d’agir sur l’institution, et où les approches psychologisantes se proposent d’agir sur l’individu.

4.1.1. Réponse à l’objection : L’approche matérialiste ne s’oppose pas à une transformation de l’institution. Mais elle en limite la portée. On peut en effet tenter d’agir sur la division sociale du travail dans une institution sans pour autant que cela suffise à palier l’ensemble des problèmes. En effet, l’institution tend à subir l’impact du milieu social dans lequel elle se trouve. En définitif, la transformation complète ne peut être que l’effet d’une transformation des rapports sociaux.

4.2. Objection : l’approche matérialiste critique ne permet pas d’agir au niveau d’un problème individuel, car elle suppose toujours une transformation holistique (ceci est valable également pour l’approche institutionnaliste). Seules les approches psychologisantes et/ou individualisantes permettent de prendre en compte l’individu dans sa singularité.

4.2.1. Réponse à l’objection : Il existe plusieurs réponses à cette objection.

4.2.1.0 .1. L’approche critique matérialiste propose une analyse des problèmes sociaux et non pas des singularités propres à chaque individu.

4.2.1.0.2. L’individu se situe à la croisée de plusieurs rapports sociaux (c’est une différence avec le marxisme orthodoxe). Le paradigme matérialiste de l’intersectionnalité permet de considérer l’individu comme un effet du croisement de plusieurs rapports sociaux. Cela permet d’établir des particularités, sans pour autant établir des singularités individuelles. Mais, il y a plus de points communs que de différences entre les personnes. La tendance à surestimé l’individualité peut être nommé « illusion d’individualité ».

4.2.1.0.2. L’approche critique matérialiste s’intéresse également à l’effet psychique des rapports sociaux. Ce qui veut dire la manière dont ils sont intériorisés par les personnes et dont ils agissent sur leurs psychés et leurs comportements.

4.3. Objection : L’éducation fait intervenir des contenus culturels. De fait, la critique culturelle serait plus adaptée que l’approche matérialiste pour l’étude des questions éducatives.

4.3.1. Réponse : Les contenus culturels sont une partie des questions éducatives. Il existe bien une critique culturelle qui ne peut pas être réduite simplement à une analyse des process de travail.

4.3.2. Mais les problèmes sociaux qui s’expriment dans les représentations culturelles renvoient à une réalité sociale où la division sociale du travail est un facteur explicatif déterminant. Le curriculum caché de ces représentation est lié à la division sociale du travail.

4.3.3.En outre, les activités éducatives peuvent également être analysées sous l’angledu travail : travail des éducteurices, des enseignant-e-s, travail des élèves… Il est donc possible d’analyser la division sociale du travail qu’elles engendrent.

4.3.4. Le véritable problème de la critique culturelle n’est pas de s’intéresser aux objets culturels, d’accorder une autonomie aux représentations culturelles, mais de maintenir dans l’ombre les rapports sociaux matériels.

4.3.4.1. La critique culturelle donne l’impression d’un hyper-criticisme alors qu’elle occulte des dimensions fondamentale de la réalité : la matérialité des rapports sociaux de pouvoir.



Citer ce billet
pedaradicale (2022, 12 novembre). Théorie critique matérialiste en éducation et étude du champ des théories en éducation : Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssbj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search