Éducation, genre et migration: un regard critique basé sur l’éducation des jeunes et des adultes

Tânia Regina Dantas (UNEB/Brésil)1

Juliana Machado de Carvalho (UB/Espagne)2

RÉSUMÉ : Cet article aborde le phénomène de l’Immigration; on y présente quelques données sur l’immigration de femmes à l’étranger, en mettant en évidence les problèmes résultant de ce phénomène et en utilisant le récit d’une immigrée brésilienne, afin de démontrer comment la « conscience-monde » s’intériorise et se cristallise dans l’expérience à l’étranger. Comme procédures méthodologiques, on utilise la recherche bibliographique, des données secondaires issus de sites et des ONG et le récit autobiographique d’une immigrée brésilienne en tant que témoignage des contrariétés, des conquêtes et des difficultés vécues en Europe. Il est basé sur des études, des recherches et des réflexions de plusieurs auteurs. Il existe plusieurs motivations qui engendrent la migration internationale, parmi lesquelles on trouve l’instabilité sociale, politique, culturelle et économique du pays d’origine. La déstructuration interne du capitalisme et l’imposition des règles de la mondialisation ont facilité la sortie des personnes, en créant des ruptures et de nouveaux « murs invisibles » – comme la difficulté d’accès au visa de travail dans le pays d’accueil, des emplois temporaires et sans stabilité financière. La plupart de personnes peu scolarisées qui augmentent le taux de chômage font partie des statistiques d’analphabétisme (le taux de personnes âgées de 15 ans ou plus au Brésil était de 11,3% en 2018, (l’IBGE) et ont tendance à chercher des voies d’immigration lorsque les portes du monde du travail leur sont fermées. L’Éducation des Jeunes et des Adultes (EJA) essaie d’améliorer cette situation. Les recherches de l’ONG CHAME présentent une prédominance de 61% de femmes qui souhaiteraient habiter à l’étranger. Les statistiques montrent qu’il y a eu une augmentation du nombre d’immigrés dans le monde ; aux États-Unis ce chiffre est passé à 20 millions d’immigrants fuyant les guerres, la famine et le chômage. Ce phénomène est un paradoxe, puisqu’il augmente les restrictions et les prohibitions d’entrée d’étrangers dans les pays développés. (In)conclusion, il faut comprendre comment ces immigrés potentiels perçoivent les opportunités d’exprimer les questions concernant leur place, leur territoire, eux-mêmes et leur rapport les uns aux autres, leur contexte, leurs histoires de vie ; ce qui nous rappelle Freire (2001), quand il enseigne que la prise de conscience est basée sur la relation « conscience-monde », un processus crée, recrée dans le quotidien des personnes.

Mots-clés: Immigration; Éducation des Jeunes et des Adultes; Récits Autobiographiques.

  1. INTRODUCTION

La migration peut être internationale ou nationale, souvent des zones rurales vers les zones urbaines ou entre zones urbaines. Les migrations nationales et internationales font partie d’un type de déplacement spatial qui a lieu depuis l’aube de l’humanité, ayant des conséquences sur le lieu de départ et sur le lieu d’arrivée. Les mouvements migratoires sont anciens et composés d’intérêts individuels et collectifs.

Les principales causes de la migration nationale sont la recherche d’un emploi, d’un salaire plus satisfaisant et/ou une meilleure qualité de vie. La définition de la migration est un changement de région, pays, état ou même de logement. La décision d’émigrer est une rupture qui délimite la frontière entre le monde vécu et le monde non-vécu. D’après l’article 5 de la Constitution Brésilienne, « migrer fait partie de la liberté d’aller et de venir. »i (BRASIL, 1998).

Cet article a l’objectif principal de remarquer les problèmes résultant du phénomène de l’immigration en utilisant le récit d’une immigrée brésilienne, afin de démontrer comment la « conscience-monde » s’intériorise et se cristallise dans l’expérience à l’étranger.

Il existe plusieurs motivations qui engendrent la migration internationale, parmi lesquelles on trouve l’instabilité sociale, politique, culturelle et économique du pays d’origine, ainsi que la déstructuration interne du capitalisme et l’imposition des règles de la mondialisation, qui poussent la sortie des personnes, en créant des ruptures et de nouveaux « murs invisibles » – comme la difficulté d’accès au visa de travail dans le pays d’accueil, des emplois temporaires et sans stabilité financière.

Il convient de remarquer que la plupart de personnes peu scolarisées qui augmentent le taux de chômage font partie des statistiques d’analphabétisme (le taux de personnes âgées de 15 ans ou plus au Brésil était de 11,3% en 2018, d’après les données de l’IBGE) et ont tendance à chercher des voies d’immigration lorsque les portes du monde du travail leur sont fermées.

Leal et Leal (2002:57) affirment que la migration « est le mouvement de personnes d’un endroit à un autre »ii. Les auteurs déclarent également qu’en raison de la dynamique des moyens de communication, il y a plus de personnes qui migrent aujourd’hui qu’à d’autres moments de l’histoire humaine.

Les statistiques montrent qu’il y a eu une augmentation du nombre d’immigrés dans le monde ; aux États-Unis ce chiffre est passé, au cours de la dernière décennie, à 20 millions d’immigrants fuyant les guerres, la famine et le chômage. Ce phénomène est un paradoxe, puisqu’il augmente les restrictions et les prohibitions d’entrée d’étrangers dans les pays développés (BBC BRASIL, 2019).

Afin de mieux comprendre ce phénomène, il faut savoir comment ces immigrés potentiels perçoivent les opportunités d’exprimer les questions concernant leur place, leur territoire, eux-mêmes et leur rapport les uns aux autres, leur contexte, leurs histoires de vie ; ce qui nous rappelle Freire (2001), quand il enseigne que la prise de conscience est basée sur la relation « conscience-monde », un processus qui crée et récrée le quotidien des personnes.

Cet article aborde le phénomène de l’immigration – défini comme ce qui se produit dans différents pays et endroits du monde, en raison de différents motivations et intérêts ; on y présente quelques données sur l’immigration de femmes à l’étranger, en mettant en évidence les problèmes résultant de ce phénomène et en utilisant le récit d’une immigrée brésilienne, afin de démontrer comment la « conscience-monde » s’intériorise et se cristallise pendant l’expérience à l’étranger. Comme procédures méthodologiques, on utilise la recherche bibliographique, des données secondaires issus de sites et des ONG et le récit autobiographique d’une immigrée brésilienne en tant que témoignage des contrariétés, des conquêtes et des difficultés vécues en Europe.

L’écriture de cet article a été basée sur des discussions et des réflexions établies dans le cadre de l’unité d’enseignement « Fondements Théoriques-Méthodologiques des Conceptions Freiriennes en Éducation », du Master Professionnel (MPEJA) du Programme d’Études Supérieures en Éducation des Jeunes et des Adultes, qui est offert par l’Université de l’État de Bahia.

  1. LES PROBLÈMES DÉRIVÉS DE L’IMMIGRATION DE BRÉSLIEN‧NE‧S ET LEUR RELATION AVEC L’EJA

Le panorama du cadre économique, politique et social brésilien contribue à ce que les personnes se lancent vers une nouvelle vie en Europe, aux États-Unis et dans d’autres continents et pays.

D’autre part, il existe un grand appel publicitaire pour stimuler les étrangers à venir au Brésil en tant que touristes et, éventuellement, à s’installer sur les terres brésiliennes. Les institutions publiques d’encouragement au tourisme (telles que l’EMBRATUR – entreprise brésilienne de tourisme – et les entreprises des états et des communes) ont utilisé pendant des années des images et des textes suggestifs dans leurs publicités, ce qui pourrait donner l’idée du pays comme un « paradis du tourisme sexuel ». Dans ces publicités, on observe que les femmes sont insérées dans un ensemble de symboles du paysage, portant souvent très peu de vêtements et apparemment disponibles pour satisfaire des fantasmes sexuels, ce qui se caractérise comme une sorte de violence symbolique.

Stalker (2002, apud Baganha et Marques, 2001) montre que :

[…] les gouvernements accueillent bien les immigrés comme main d’œuvre, car cela leur permet de répondre à la fois au besoin de professionnels dans certains domaines d’activité qui exigent une formation complexe et aux immigrés souhaitant occuper des emplois sans qualification, ceux que la population ne veut pas occuper. (p.12 )iii

Selon les données du Centro Humanitário de Apio à Mulher (CHAME, 2001), il existe chez les Brésiliens une idéalisation des pays développés comme un lieu où ils trouveront plus d’opportunités financières et d’emploi, ayant plus de richesses, de stabilité et de confort, ce qui berce le rêve de vivre dans un autre pays. Les recherches développées par cette ONG, depuis 1998, présentent une prédominance de 61% de femmes qui souhaiteraient vivre à l’étranger, bercées par une douce illusion de pouvoir s’insérer dans ce monde de facilités, de confort et de sécurité.

D’après les recherches d’Adeodato et al. (2015), la plupart des raisons présentées par les Brésiliens‧ne‧s pour vivre dans un autre pays est étroitement liée avec la situation économique actuelle du Brésil, notamment avec le coût de la vie plus élevé, le chômage et les bas salaires. Cette enquête a été menée dans trois lycées publiques de Salvador, la capitale de l’état de Bahia, auprès de trois groupes d’étudiants de l’Éducation des Jeunes et des Adultes, où l’on a fait passer 75 questionnaires et entretiens. La recherche a commencé en 2010 et s’est achevée en août 2012.

Cette recherche visait à analyser les motivations des étudiantes de Salvador pour la migration internationale, afin de comprendre certains éléments constitutifs de ce phénomène. On a souligné la perception des sujets, surtout des femmes, sur les impacts provoqués par le développement du tourisme et par le contexte historique, qui favorisent les constructions sociales du trafic international de personnes. On s’est concentré sur leurs motivations personnelles, afin d’identifier, parmi les réponses des femmes étudiées, les facteurs qui peuvent potentialiser le harcèlement pratiqué par des agents qui incitent au trafic international des êtres humains.

Dans un autre travail concernant le même thème, Adeodato (2012) affirme que les évidences montrent le faible niveau de scolarisation de la moitié des étudiantes brésiliennes, ce qui facilite l’action de ceux qui veulent attirer des femmes dans le trafic international. Son enquête dénonce aussi l’existence de recrutements camouflés sous forme de propositions de mariage avec des hommes étrangers et « même certains mariages qui sont, en pratique, une union dans laquelle la femme brésilienne ne sert que d’objet sexuel, sans avoir la possibilité d’interagir avec la société, en raison des murs linguistiques et juridiques »iv (p. 32). Ce cadre démontre également l’interrelation entre l’immigration, notamment de femmes, et l’Éducation des Jeunes et des Adultes.

La situation présentée dans son article renforce l’importance de l’EJA, dans une approche freirienne, comme une éducation libératrice caractérisée par l’intentionnalité, basée sur une conception de l’éducation en tant que prise de conscience politique, ayant la capacité d’objectiver, de démystifier et de critiquer la réalité. On sait que l’éducation peut contribuer à améliorer l’estime de soi chez les jeunes et les adultes vivant dans des conditions précaires et sans perspectives d’avenir.

L’expérience de Paulo Freire a contribué à l’alphabétisation de nombreux Brésiliens. Elle présente de fortes approches idéologiques, en combinant la théorie à la pratique éducative, en combattant la « conscience naïve » exprimée par les apprenants, en essayant de développer la « conscience critique », en basant l’enseignement sur la problématisation de la réalité, en défendant la multiculturalité et en priorisant la prise de conscience politique combinée à l’effort pour l’enseignement d’une grande partie de la population exclue de la société et des destins de son pays (FREIRE, 1981).

L’éducation des adultes proposée par cet enseignant né à Pernambuco a été répandue partout au Brésil, avec une importante participation de syndicalistes, d’étudiants, d’intellectuels, de professionnels libéraux, d’enseignants, ainsi que de plusieurs groupes sociaux engagés et de l’aile progressiste de l’église, dans une période d’effervescence sociale et politique. Cette proposition à fort caractère politique défendait la conception de l’être humain en tant qu’un sujet historique-culturel, qui construit son histoire et ses expériences existentielles, ayant un rôle important dans le processus de changement de la société.

En Espagne, il existe une importante entité culturelle, la Federació d’Associacions Culturals i Educatives de Persones Adultes (FACEPA), qui comprend un groupe multiculturel composé de personnes venant de différentes cultures et origines, auquel participent des immigrants, des exilés, des réfugiés et des demandeurs d’asile politique de divers pays, dont le Brésil. Ce groupe a été créé afin de pallier les inégalités d’opportunités, d’établir le dialogue entre les différentes cultures et de contribuer à la réussite éducative de tous ceux qui y participent, en investissant dans l’inclusion sociale (GARCIA CARRASCO, 1997).

Il faut aussi mentionner la fondation du Centro de la Educación de Personas Adultas la Verneda, en 1978, situé dans un quartier populaire de la périphérie urbaine de Barcelone, dont les orientations philosophiques et pédagogiques étaient inspirées sur le travail de Freire. C’est dans ce centre où le professeur Ramón Flecha et son groupe de chercheurs de l’Université de Barcelone (UB) développent des travaux importants sur les connaissances et l’apprentissage dialogique3 dans le domaine de l’éducation des adultes.

On y fait aussi des Réunions Littéraires avec des adultes déjà alphabétisés, qui sont une activité culturelle et éducative consistant en la lecture et la discussion d’œuvres d’écrivains de la littérature classique universelle. Il s’agit d’une activité systématique hebdomadaire sous la direction d’un‧e animateur‧trice, au sein d’un groupe de personnes cherchant à exposer leurs sentiments et leurs avis sur ce qu’elles ont lu, à travers une dynamique basée sur le dialogue et visant à dépasser l’exclusion éducative et sociale.

Mettre à l’écart les savoirs des étudiants de l’EJA ou les rabaisser à une catégorie de connaissances moins importantes, voire non valides (lesquelles on n’utilise qu’occasionnellement), est une approche qui renforce les allégements dans une société capitaliste, notablement inégale. Cela peut contribuer à un sentiment d’étrangeté de vivre dans cette société et inciter à la recherche d’autres horizons. Macedo (2007), en faisant allusion à l’importance de l’éducation et à l’allégement des savoirs populaires, remarque que :

Le scénario éducatif dans des sociétés comme la nôtre implique des relations interculturelles complexes et très tendues, notamment parce que nous vivons des allégements pervers. Ce qui est inquiétant, c’est que dans les milieux éducatifs ces relations sont prises comme des épiphénomènes (italiques ajoutés par l’auteur) éducatifs (une interférence sans importance éducative), voire naturalisées par des positionnements « éducatifs » qui ne problématisent pas, en rendant assez souvent un grand nombre de voix imprononçables et de perversités historiques opaques (MACEDO, 2007, p. 29).v

Récemment, les mesures politiques et économiques de l’actuel gouvernement brésilien accélèrent l’immigration des Brésiliens vers d’autres pays, notamment vers l’Amérique du Nord et l’Europe. La lutte pour assurer des conditions minimales d’une vie digne a toujours poussé et pousse encore, tout au long de l’histoire, les personnes vers l’immigration.

Alors, généralement l’idée de meilleures opportunités de survie se traduit comme logement et emploi, ce qui berce les rêves de nombreux Brésiliens qui souhaitent vivre à l’étranger. En raison de l’absence de ces conditions dans leurs territoires et/ou pays d’origine, les personnes se voient obligées de se déplacer, en produisant des déracinements (ARROYO, 2014). Le pays à choisir sera conçu comme un endroit dans lequel sont envisagées plus de possibilités pour créer les conditions matérielles et immatérielles offrant une vie plus digne et avec plus de sécurité.

  1. LES RÉCITS AUTOBIOGRAPHIQUES ET LES REPRÉSENTATIONS DU CHOIX D’IMMIGRER

Les récits (auto)biographiques intensifient les études des perceptions, des expériences et des représentations, constituant un important dispositif de formation pour les enseignants, surtout ceux de l’EJA, puisque l’acte de se souvenir, de raconter ses expériences passe par la mémoire et permet la réflexion sur ses actions et ses comportements, ce qui peut renforcer le processus formatif.

Souza (2014) définit précisément ce que les récits autobiographiques signifient. Selon l’auteur,

Les récits (auto)biographiques, construits et/ou recueillis dans des processus de recherche ou dans des pratiques de formation, se centrent sur les trajectoires, les parcours et les expériences des sujets ; ils sont marqués par des aspects historiques et subjectifs face à des réflexions et des analyses construites par chacun d’eux sur l’acte se souvenir, de raconter et d’écrire sur soi-même. (SOUZA, 2014:43).vi

Dantas (2009:150) rappelle qu’à travers les « récits autobiographiques les enseignants ont sauvegardé leurs histoires de vie, en faisant appel surtout à la mémoire, en exposant leurs rêves, leurs difficultés, leurs problèmes, leur passé et leurs projets pour l’avenir, se révélant à eux-mêmes et aux autres. »vii

En se basant sur Bolívar y Fernández (2001:15), il est possible d’affirmer que « la recherche biographique-narrative, en tant qu’un domaine d’étude de la recherche interprétative, […] selon certaines orientations et positions actuelles de la pensée (herméneutique, philosophie morale communautaire, tendances postmodernes), se constitue en un axe et une perspective propre. »viii

Parmi ses caractéristiques, on peut affirmer qu’en plus d’être une méthodologie spécifique, soit un recueil et d’analyse de données, l’enquête du récit (auto)biographique se trouve dans un axe plus large de recherche. Les récits se trouvent dans une matrice de recherche qualitative, qui est basée sur des études concernant l’autobiographie. Philippe Lejeune (2005) affirme que l’autobiographie est inscrite dans le domaine de la connaissance historique (désir de savoir et de comprendre) et dans le domaine de l’action (promesse d’offrir cette vérité aux autres), ainsi que dans le domaine de la création artistique.

Cette modalité de recherche vise à comprendre les phénomènes sociaux (surtout les éducatifs) comme le « texte », dont les valeurs et significations sont attribuées par l’interprétation que les sujets étudiés ont d’eux-mêmes. Elle peut également s’agir d’une véritable source pour construire des connaissances dans la recherche éducative.

Les récits permettent d’évoquer les événements passés qui nous ont marqués, les expériences qui ont changé nos vies, qui reviennent dans notre mémoire parce qu’elles ont laissé des traces dans le temps et dans l’espace de notre histoire. Pour Clandinin et Connelly (2015:48), « la vie […] est remplie de fragments narratifs, imposés à des moments historiques du temps et de l’espace, réfléchis et compris en termes d’unités et de discontinuités narratives. »ix

Dans le livre « La mémoire, l’histoire, l’oubli » Paul Ricoeur (2007) affirme que la mémoire est du passé (p. 34) ; il établit la différence entre la mémoire, qui se caractérise comme impression-affection, et le rappel, qui est constitué d’une recherche active de souvenirs. D’après Ricoeur (2000, p. 32), l’évocation est « […] la survenance actuelle d’un souvenir ». Les récits font appel à la mémoire et recherchent les souvenirs du passé que le narrateur considère importants à sauvegarder. Selon cet auteur, il n’est pas évident de comprendre les récits, puisqu’il s’agit d’expliquer les événements qui les composent et de comprendre les faits qui sont racontés à travers la narrativité.

De cette façon la mémoire s’inscrit comme une construction sociale et collective. Elle est liée aux représentations et aux apprentissages à partir de l’insertion des auteurs sociaux dans différents environnements de la société. Le travail autobiographique est très enrichissant car il peut sauvegarder la mémoire de ce qui a été vécu.

3.1. LES MOTIVATIONS QUI ONT POUSSÉ À L’IMMIGRATION

On sait que de nombreux immigrés subissent des souffrances, des défis et des obstacles lorsqu’ils décident de migrer vers d’autres lieux et de quitter leurs territoires d’origine, puisqu’ils ont besoin de prendre des décisions difficiles et, voire, irréversibles. Cependant, d’autres bercent des rêves, des espoirs de jours meilleurs et cela leur permet de récupérer la force pour prendre des décisions, comme ce fut le cas de l’immigrée que l’on a choisie pour raconter son parcours, son histoire de vie et les difficultés de l’immigration. Elle raconte :

Mon histoire à Barcelone a deux parties. En 2002, lors de mon arrivée à Barcelone, au début le projet était étudier et réaliser un ancien rêve : expérimenter de vivre dans un autre pays. En 2007, je suis rentrée au Brésil, après m’être mariée avec un espagnol. Nous y avons vécu jusqu’en 2012, quand nous avons décidé de retourner à Barcelone avec notre fils âgé de 3 ans. Nous y sommes depuis cela, ancrés dans des projets familiaux et professionnels. Dans ma migration, les décisions ont été prises par des désirs et des choix, que je dirais confortables. Je considère que migrer par désire est un privilège. (Lua, 2020).

Alors, je pense qu’il est important d’expliquer dans mon récit que vivre à l’étranger était un choix. L’envie de connaître, de vivre dans une culture différente et d’avoir un projet de famille ont été les principales motivations de mon périple. On ne m’a pas obligé d’immigrer et j’ai toujours pu compter sur la possibilité de rentrer et de revoir mes proches. Cela souligne ma condition d’immigrée privilégiée. (Lua, 2020).

Il convient de remarquer que même les personnes qui décident d’immigrer par leur propre choix ont aussi des difficultés, des problèmes d’intégration et d’autres dilemmes, auxquels elles doivent faire face dans un pays étranger, avec des cultures différentes et des habitudes inconnues. On peut le confirmer dans l’extrait ci-dessous :

Cela ne veut pas dire que ceux qui ont émigré, comme moi, encouragés par un esprit d’aventure, pour étudier ou pour de bonnes opportunités professionnelles n’ont pas connu de difficultés. Cependant, c’est une expérience très différente de ceux qui ont quitté leurs pays pour fuir les guerres, la pauvreté, une dictature et/ou les persécutions politiques. L’éventail de possibilités n’est pas le même. En quelque sorte, nous qui vivons à l’étranger sommes traversés par une expérience de désintégration et de recomposition de qui nous sommes. Mais, sans aucun doute, lorsqu’on abandonne son pays à cause d’une question de vie ou de mort, où sa dignité, son intégrité physique et mentale est en jeu, le processus de rupture de qui nous sommes est encore plus dur. (Lua, 2020).

Comme le souligne notre interrogée, en effet il doit être douloureux de « […] vivre dans un pays étranger sans avoir la possibilité de rentrer et de revoir ses proches. Je pense beaucoup au niveau de résilience qu’un immigré réfugié et/ou un immigré en situation de précarité et de vulnérabilité, qui subit des situations extrêmes et qui a besoin de se développer pour réintégrer ce qui a été rompu, [doit avoir] pour transformer sa vie et s’autonomiser. » (Lua, 2020)

Lua a émigré motivée par un désire et elle souligne sa condition de pouvoir rentrer et de revoir ses proches. Son histoire s’oppose à celles de milliers d’immigrés qui quittent leurs pays d’origine et laissent leurs familles. Beaucoup d’entre eux n’ont pas la possibilité de leur rendre visite ou de les amener dans le pays d’accueil.

Joseba Achotegui, professeur de l’Université de Barcelone et Directeur du Servicio de Atención Psicopatológica e Psicosocial a Immigrantes y Refugiados, définit ce qui est connu sous le nom de syndrome d’Ulysse ou syndrome du stress chronique et multiple. L’auteur décrit la dramatique condition d’immigrés réfugiés et vulnérables, en faisant une analogie avec le mythe grec d’Ulysse, qui a subi d’innombrables adversités et dangers loin de sa ville et de ses proches (ACHOTEGUI, 2004;2020). Ses mésaventures sont racontées dans le classique L’Odyssée. Achotegui affirme que l’ensemble de ces symptômes sont actuellement un problème de santé mentale émergeant dans les pays qui accueillent des immigrants.

Les mauvais moments sont ceux où les personnes ordinaires doivent se comporter comme des héros pour survivre. Ulysse était un demi-dieu qui a survécu à peine aux terribles adversités et dangers auxquels il a été soumis. Mais les personnes qui arrivent aujourd’hui à nos frontières ne sont que des personnes de chair et de sang, qui vivent des épisodes aussi ou plus dramatiques que ceux décrits dans l’Odyssée. Solitude, peur, désespoir, […] et Ulysse passait ses journées assis sur les rochers au bord de la mer, se consumant à force de larmes, de soupirs et de chagrins, fixant ses yeux sur la mer stérile, pleurant sans relâche […] (L’Odyssée, Chant V). Ou le passage dans lequel Ulysse, pour se protéger du persécuteur Polyphème, dit : demande, cyclope, comment je m’appelle. Je vais vous le dire. Je m’appelle Personne et tout le monde m’appelle Personne… […] (L’Odyssée, Chant IX). Si pour survivre il faut être personne, il faut être toujours invisible, il n’y aura pas d’identité ni d’intégration sociale et il ne peut pas avoir de santé mentale non plus. (ACHOTEGUI, 2004, p. 39).x

À cet égard, Souza (2006, p. 95) rappelle que « l’organisation et la construction du récit de soi implique de mettre le sujet en contact avec ses expériences formatrices, qui sont perçues à partir de ce que chacun a vécu et vit […] »xi. La mémoire-souvenir (RICOEUR, 2007) généralement ramène des souvenirs douloureux de faits et d’événements que parfois on souhaite oublier.

3.2. L’ARRIVÉE ET LA REORGANISATION DE LA VIE DANS UN NOUVEAU PAYS

D’après ce qu’affirme Paulo Freire, on observe dans le récit de Lua que l’être humain est un être de relations (FREIRE, 1983). Il y a de nombreuses possibilités et pluralités dans la relation entre l’homme et le monde. Les personnes s’adaptent, s’intègrent à un contexte de changements, elles intériorisent qu’elles vivent une situation d’étrangeté, elles cherchent des réponses aux défis trouvés dans leur parcours dans ce monde. On peut le vérifier dans cet extrait du récit :

Je suis partie du Brésil en 2002 avec enthousiasme. J’ai organisé le voyage et je me suis préparée. J’ai étudié castillan, je me suis inscrite à un cours de Master de l’UAB. Mon esprit d’aventure était prudent. J’ai rempli toutes les exigences légales requises pour vivre ici. Venir en tant qu’étudiante m’a donné de la sécurité. La première expérience d’immigrer a été aussi ma première expérience de beaucoup d’autres choses : premier voyage à l’étranger, première fois vivant hors de la maison de mes parents et dans une ville différente de la mienne, première fois à m’approprier une langue étrangère (Lua, 2020).

Pendant les premières semaines, j’étais souvent submergée par des sentiments antagoniques. J’étais contente, je vivais la réalisation d’un rêve, j’étais ravie d’habiter dans une ville si belle, chez Gaudí et Miró, fascinée de voir autant de nouveautés, d’entendre plusieurs langues dans la rue, de voir des vestiges d’un lointain moyen âge et je sentais le rythme d’une ville cosmopolite et moderne. Mais en même temps j’étais très mélancolique, j’avais un sentiment de déracinement et d’abandon.

Comment faire face à ma nouvelle situation de vie et rendre ce territoire si étrange plus intime et familier ? Comment rendre le territoire de l’autre un peu à moi ? Comment me réinventer pour devenir une partie de ce nouveau territoire, si je ressentais autant d’absence, d’éloignement et de saudades ? Au cours de ces premiers jours, d’une manière très progressive, mais de plus en plus évidente, je pris conscience de ma condition : « je suis une brésilienne à Barcelone ; je suis une immigrée » (Lua, 2020).

Il est important faire attention aux aspects politiques, économiques, culturels et affectifs qui entourent la vie quotidienne des immigrés dans les pays qu’ils ont choisis pour construire une nouvelle vie. Il s’agit d’une période d’adaptation intense, qui concerne plusieurs éléments, de différentes habitudes, des dilemmes et des difficultés de toutes sortes qui doivent être dépassés, résolus, minimisés, afin d’avoir une vie « normale » dans les nouveaux modèles de comportements, de significations et d’autres traditions. On peut le vérifier dans cet extrait du récit :

Le besoin de créer des itinéraires dans la ville m’était urgent. Donner du sens à cette nouvelle vie, adopter les points repère, découvrir le quotidien et donc éviter la sensation de vertige et de dérive. M’habituer au différent, à l’étranger. Je me souviens de détails de choses qui me surprenaient : avoir du mal à trouver la poste et les pharmacies, la logique d’organisation des produits au supermarché, la différence de l’horaire du repas et l’horaire de la ‘sieste’, quand plusieurs commerces se ferment pour réouvrir seulement à quatre heures de l’après-midi, parfois cinq. Je me souviens du jour où je suis sortie du métro et je suis tombée sur l’architecture scandaleuse de Gaudí, la Sagrada Familia. J’aimais aussi regarder les personnes en train de pique-niquer dans un parc […]. Me balader à Barcelone était aussi comme entrer dans un livre d’histoire antique ou dans une scène d’un film d’époque (ceci m’a été dit par une amie brésilienne lorsqu’elle est venue me rendre visite à Barcelone). Tu sors de la boulangerie et du coup tu tombes sur un mur romain ou une construction du Moyen Âge. (Lua, 2020).

Pendant cette période d’adaptation on confronte le nouveau (l’étranger, l’inconnu) et l’ancien (familier, connu), de sorte que le sujet en construction de sa subjectivité est toujours dans une situation d’apprenant permanent, comme nous l’apprend Paulo Freire (2015:68), pour qui « apprendre est une aventure créative […]. »xii. Selon lui, apprendre est « construire, reconstruire, constater pour changer, ce qui ne peut pas se faire sans s’ouvrir au risque et à l’aventure de l’esprit » Il est possible de vérifier cette affirmation de Freire, qui effectivement arrive dans un contexte d’immigration, comme exemplifié dans l’extrait suivant :

Malgré la fascination pour la nouveauté, je me sentais souvent fatiguée d’être surprise à tout moment, en marchant dans les rues, consciente que tout m’était nouveau, que je ne savais pas où se trouvait l’arrêt de bus ou la pharmacie. J’ignorais ce qu’il y aurait après les carrefours. J’avais une grande nostalgie par les figures du monde familier. Je m’identifie beaucoup avec Don Rafael, un personnage du roman Printemps dans un miroir brisé, de l’écrivain uruguayen Mario Benedetti ».

Au début je marchais avec une canne, comme il conviendrait à mes soixante-sept ans. Mais ce n’était pas de l’âge. C’était une conséquence du découragement. Là-bas, je faisais le même chemin pour rentrer chez moi. Ici, j’ai perdu ça. (…) La tranquillité, le calme, savoir ce qu’il y a après chaque carrefour, chaque phare, chaque kiosque. (…) Fatigué d’être surpris, oui. C’est peut-être pour ça que j’ai recouru à la canne. Pour diminuer les surprises. Ou pour que mes compatriotes que je rencontrais me disaient : « Mais, don Rafael, vous ne portiez pas de canne là-bas », et je pourrais leur répondre : « Alors, vous ne portiez pas la guayabera non plus ». Seulement au bout de trois mois, j’ai compris que je ne pouvais rien attendre des masques. (…) Et j’ai commencé à remarquer les visages. Au final, c’était un bon changement. Les visages ne se répétaient pas. Ils venaient vers moi et j’ai abandonné la canne. (p. 17-18).xiii

L’identification avec ce personnage démontre que l’expérience de cette immigrée provoque un sentiment de perte, de manque, de besoin de retrouver des éléments familiers et de s’approprier un champ de références, comme on peut le remarquer dans cet extrait :

J’ai souvent ressenti ce même désarroi d’avoir perdu cette tranquillité intraduisible de reconnaitre mes points de repère avant d’arriver à la maison : le feu, les carrefours, la boulangerie, l‘épicerie, le kiosque à journaux, la résidente d’un bâtiment voisin qui se promène avec son chien, les odeurs des rues, la façon dont le jour se lève, l’agitation typique de mon lieu d’origine, bref, mon paysage me manquait. La surprise et la nouveauté m’ennuyaient et je n’avais pas l’envie de rendre ce paysage inconnu en un paysage familier. Comme Don Rafael, j’ai aussi cherché un accessoire pour construire un champ de repère et de m’approprier le lieu, de façon à rendre ce paysage plus proche de moi. Le personnage précise qu’utiliser la canne ne lui a pas été imposé par sa condition physique, ni était une habitude qu’il avait. Ce qu’il fait est de se servir d’un objet symbolique, une invention pour littéralement « s’ancrer » dans ce territoire inconnu, aux paysages et aux visages énigmatiques. (Lua, 2020).

Face à ce contexte quotidien de pertes, du sentiment d’isolement, du besoin de recourir au symbolisme, de chercher des matériaux et des artefacts concrets qui apporteraient, en quelque sorte, des éléments symboliques pour affronter ce contexte nouveau et imprévisible : réinventer une vie dans un pays étranger. Ce fut la décision de la protagoniste de ce récit :

Dans mon expérience, j’ai choisi un livre comme accessoire. Je tenais toujours un livre en portugais. Parfois je ne le lisais pas, mais je me sentais accompagnée par le livre, je m’asseyais tenant le livre et, avec lui, je sentais faire partie du lieu. Cela me soulageait et j’avais l’impression que l’autre me voyait aussi comme une partie du pays. Je n’étudiais pas à l’époque, je n’avais pas de travail ou d’amis. En fait, je n’avais pas d’autres choses à faire pendant les premiers mois, que m’adapter. Cela me réconfortait : je n’étais ni seule ni dépaysé. Le livre m’a placée dans ce pays inconnu.

Alors, ce que faisait Lua est un véritable travail symbolique avec le livre. Pour elle, les finalités du livre s’élargissaient et faisaient partie de son expérience avec ce nouveau monde, avec cet autre inconnu duquel elle avait besoin de se rapprocher.

Selon Benjamin (1987:2000, p. 200), la vrai narration « comporte ouvertement ou secrètement une utilité », c’est-à-dire que le récit peut déclencher un enseignement de la moral, une suggestion pratique, une norme de vie. À cet égard, il affirme que « ce que le narrateur raconte, il le tient de l’expérience, de la sienne propre ou de l’expérience communiquée » (s/p.). C’est exactement ce que dit l’immigrée brésilienne sur ses expériences et ses apprentissages dans cet extrait du récit :

Durant ma période d’adaptation j’avais plein de réflexions. Mon entourage était encore très restreint. Pendant mon premier dimanche à Barcelone, je me suis promenée pour la première fois dans la ville. Après avoir marché dans les rues du centre, j’ai pensé : je vois autant de monde, j’étends autant de voix et de bruits, mais aujourd’hui je n’entendrai personne m’adresser la parole et dire mon prénom. Même moi, je ne parlerai à personne, sauf à un serveur ou une serveuse dans un bistro où je ferai des pauses pour boire de l’eau ou du thé.

Je regardais ce nouveau monde et je pensais au désir d’entendre une personne me parler et de pouvoir lui parler aussi. Je savais que je pouvais passer une journée toute entière, ou deux ou trois, sans entendre mon prénom sortir de la bouche de quelqu’un ; que je ne croiserais personne que je connaissais dans la rue ; que je n’avais personne à qui rendre visite ; que personne ne m’appellerait. L’évidence d’être invisible, de ne pas être reconnue, ou de reconnaitre quelconque m’a provoqué un énorme malaise.

C’étaient ces après-midis où je contemplais la ville, un tumulte émotionnel interne, entre la désolation et l’extase. Je repensais à ma vie, à mes choix ; mon regard se promenait entre ce qui m’entourait et les pages de ce que je lisais. Le soleil se couchait et je plongeais de plus en plus dans cet exercice, quasi inconsciente, de revenir sur mon histoire, c’était peut-être une tentative de m’attacher à ce que j’étais (ou ce que je croyais être) et de ne pas me sentir désintégrer ou me dépersonnaliser dans ce nouveau pays. C’était un effort de rester ; rester quelque part où je n’étais plus. (Lua, 2020).

3.3. DES LIENS ISSUS DU PROCESSUS D’ADAPTATION ET DE TRANSITION

Après la période d’adaptation et d’étrangeté, il y a un processus de transition ; de nouveaux liens se construisent et potentialisent l’acceptation, la réceptivité au nouveau, au différent de notre culture et de nos croyances. Freire (1983) déclare que ces changements engendrent un déséquilibre, une rupture avec les valeurs, les croyances et les conceptions internalisées et que de nouveaux thèmes et objectifs émergent à la recherche de la plénitude. Voyons donc comment Lua a vécu ce processus :

Mon entourage s’est élargi rapidement. Les réunions entre des compatriotes et des personnes qui vivent la même expérience que nous sont fréquentes : on organise un déjeuner, quelqu’un vous invite à boire un café, vous allez à un événement auquel quelqu’un vous a invité – on vous présente d’autres personnes, et de cette façon on construit un réseau de socialisation multiple et large, bien que ces personnes soient aussi d’autres étrangers.

Après les deux premiers mois, j’ai déménagé. Je voulais habiter dans un quartier plus au centre. J’ai déménagé au Raval, un quartier multiculturel, effervescent, où habitaient d’autres étudiants, des artistes et des familles multiculturelles. C’est un quartier bohème, qui attire des artistes, où il y a des musées et un commerce local. Pendant cette période j’ai habité avec deux étudiants très jeunes, une belge et un hollandais. C’était très intéressant et cela m’a aidé à parler la langue plus couramment. Nous trois, on devait parler en espagnol.

M’approprier une nouvelle langue a été très marquant dans mon parcours. Les langues ont toujours été un thème très délicat pour moi, même avec le castillan, qu’on suppose être plus facile à apprendre pour les Brésiliens en raison de sa proximité avec le portugais. Malgré ça, je me suis sentie totalement infantilisée lorsque j’essayais d’expliquer des idées plus complexes, soit à l’écrit, soit à l’oral – comme si je n’étais pas capable de gérer mon discours.

Après avoir habité dans deux maisons, j’ai déménagé à l’inoubliable carrefour des rues Rocafort – Paris. Ce fut le premier endroit où je me suis sentie à la maison, dans un foyer. C’est où j’ai habité avec trois argentines. Elles se connaissaient déjà avant d’arriver à Barcelone et il existait déjà un lien affectif entre elles, une fraternité où l’on m’a accueillie. Même si chacune avait sa propre chambre, son étagère dans le frigo et dans l’armoire, il y avait une notion de collectivité. Nous nous occupions de la maison, pas seulement en ce qui concerne à la propreté, mais aussi aux efforts quotidiens d’apporter de la beauté á l’intérieur comme au dimanche où nous avons restauré une table basse et nous avons collé plusieurs images de magazines, en y ajoutant une touche artistique à notre meuble d’occasion.

Pendant mes premières années à Barcelone, j’avais la sensation que moi et d’autres immigrés vivions dans un réseau de socialisation parallèle : on a créé un monde dans un autre monde, où nous étions parmi les personnes qui vivaient aussi hors de leurs pays d’origine. Évidemment, il y a toujours quelqu’un d’un pays qu’on connait. Pour moi, il y a eu Carmina, une copine catalane du doctorat, qui nous a invitées, moi et une autre copine mexicaine pour fêter Noël chez elle, avec sa famille – un geste d’accueil et d’affection. Quand on habite à l’étranger, je crois que le moment où quelqu’un originaire du pays d’accueil nous ouvre ses portes a une signification très spéciale.

À mon époque d’étudiante, ma condition d’immigrée ne me dérangeait pas ; je sentais que le pays étranger m’appartenait aussi. J’ai appris à y transiter avec fluidité, je connaissais des quartiers et des rues, j’avais des amis, j’étudiais, j’allais à des musées et des cafés. Pourtant, créer des liens avec les Catalans et les Espagnols a impliqué une démarche beaucoup plus longue. Seulement des années plus tard, pendant ma seconde étape à Barcelone, déjà mariée avec un catalan, en tant que mère, avec un fils à l’école, le processus d’intégration a présenté d’autres nuances. L’entrée de mon fils à l’école a été un fait marquant. D’abord, parce qu’il a fallu une routine très structurée, qui me permettait d’observer et de participer à la dynamique de la société. D’autre part c’était le moment où j’ai élargi mon entourage affectif et de soutien, en faisant connaissance avec des Catalans et des Espagnols.

La création de nouveaux liens, l’élargissement d’un cercle d’amitié et l’appropriation de la langue sont des dimensions fondamentales pour qu’un immigré puisse renforcer son sentiment d’appartenance et le processus de renouveau durant l’intégration au nouveau pays.

3.4. LES STÉRÉOTYPES ET LES DISCRIMINATIONS

Attention, il y a une femme a l’air de sudaca qui traine ici !

Les récits de vie d’une personne vivant l’immigration sont remplis par des situations de discrimination et de préjugés. Les extraits ci-dessous illustrent bien cette prémisse, comme on peut le voir ci-dessous :

Je me sens presque toujours respectée, mais je n’échappe pas aux actes discriminatoires et de me rendre compte du poids des stéréotypes envers moi car je suis une femme étrangère et sud-américaine. J’ai travaillé dans une bijouterie pendant une période et ma collègue de travail un jour m’a dit : « j’ai pensé que chez toi les personnes sortaient en bikini, puisqu’au Brésil il fait très chaud ». Une autre fois, quand on m’a présentée à l’oncle d’un ami catalan, j’ai entendu : « ah, je ne connais pas ton pays, mais je suis déjà allé en Colombie et j’ai vu que les personnes sont normales, comme nous ! ».

Je me souviens aussi d’une autre situation que j’ai vécue avec embarras : j’étais dans un supermarché à choisir un vin pour apporter au dîner auquel on m’a invitée. Un monsieur très gentil s’est aperçu de ma difficulté et de mes faibles connaissances en matière de vins ; il est venu m’aider et a suggéré des options qui répondait au rapport qualité-prix. Après m’avoir initiée à l’univers des typologies de raisins et aux méthodes de production de vins, j’ai choisi un Rioja Crianza. Je lui ai remercié énormément. Je suis allée au dîner avec un sentiment de légèreté, d’avoir été traité avec gentillesse.

Tout s’est effondré quelques jours plus tard. J’étais dans un bar le matin, perdue dans mes pensées, en buvant un café et lisant les actualités du journal quand un monsieur m’a parlé. « Comment s’est passé le diner ? Les personnes ont aimé le vin ? ». Je n’avais pas reconnu le monsieur au premier moment. Seulement après avoir parlé du vin, j’ai réalisé. J’étais au bar il y avait une demi-heure et, quand je me suis fait aborder je me suis sentie gênée : on m’observait. Je lui ai répondu poliment et j’ai tourné les yeux vers le journal. Mais il a insisté dans la conversation, en demandant comment s’était passé le diner, de quel pays je venais etc. Du coup, il a fait un commentaire qui m’a profondément énervée : « Il doit être dur d’être ici sans famille, de devoir travailler, si tu veux je peux t’emmener diner ».

Je n’aime pas me rappeler de cet épisode, je me suis sentie la cible d’un regard discriminatoire, qui met la femme comme un objet fragile. Qu’est-ce qui lui a fait déduire que ma vie était difficile ? Qu’est-ce qu’il croyait difficile ? Et pourquoi a-t-il supposé que je cherchais quelqu’un pour m’emmener diner ?

Il y a une autre situation qui m’a beaucoup marquée. L’après-midi, quand je suis arrivée au travail dans la bijouterie, ma collègue m’a avertie : « Fais gaffe, ce matin une femme est entrée plusieurs fois dans le magasin. Elle entre, demande le prix de différentes choses et elle part, puis elle revient. Tu verras, je suis certaine qu’elle veut nous voler. Fais attention, parce qu’elle reviendra. Tu la reconnaitras, elle est brune et a l’air de sudaca. »

Sudaca est un mot péjoratif utilisé comme synonyme de sud-américain. J’avais déjà entendu et vu plusieurs phrases écrites, genre : « va-t’en, sudaca de merde ; rentre à ton pays, Sudaca ! »

Ma collègue m’a avertie très naturellement, même si j’étais sud-américaine. Qu’est-ce que voulait dire avoir l’air de sudaca ? J’étais comme ça ? Je ne me croyais pas si différente d’elle. Quel air avait-elle ? Si la femme brune entrait dans le magasin, la voleuse présumée, je la reconnaitrais comme une sudaca ? Plus qu’offensée, je me suis sentie déconcertée et surprise. Je me sentais honteuse et gênée pour ma collègue, qui était toujours si gentille et sympathique avec moi : se rendait-elle compte que j’étais aussi une sudaca ?

À cette époque, j’ai reçu d’une tante brésilienne un album de l’incroyable compositeur et percussionniste Ramiro Musotto, un argentin vivant au Brésil, un artiste sudaca deux fois. Le titre de l’album ? Sudaca ! Un mélange entre la musique électronique et les chants indigènes, les rythmes de l’afro-reggae et d’autres.

Avec cet album je me suis rendue compte de la force des mots : d’une insulte violente, xénophobe et raciste à un mot pouvant évoquer la richesse et la diversité culturelle. En tant qu’immigrée et sud-américaine, entendre ce mot était comme être insultée, comme si on voulait m’expulser du pays. Mais sudaca avait aussi une signification révolutionnaire et de résistance : de différents collectifs sud-américains s’appropriaient le mot, le métamorphosaient sémantiquement, passant d’un terme violent à un terme d’affirmation de soi même et de revendication de la richesse et de la diversité culturelle de l’Amérique du Sud.

En linguistique ce phénomène est connu comme « resemantización ». Il s’agit d’une opération sémiotique dans laquelle les sujets travaillent symboliquement sur certains contenus qui ont tendance à se perdre au profit d’un nouveau sens, en formant une unité discursive élargie (FREIMAS; FONTANILLE, 2002). En utilisant cette stratégie, le sujet travaille symboliquement, recourant souvent à l’ironie et à l’inventivité. Ainsi, le mot altéré est renvoyé au sujet agresseur. Comme l’affirme le journaliste Ricardo Ivan Paredes, il s’agit d’

[…] un mécanisme de défense contre toute agression verbale dans laquelle ce terme est utilisé. Le mot sudaca (italique ajouté) est neutralisé et perd automatiquement sa charge offensive. La violence impliquant une interaction sociale marquée par la xénophobie est finalement désactivée et convertie en une victoire psychologique de la victime.xiv

En effet, l’album de Ramiro Mussoto peut être compris comme le résultat de ce travail symbolique de resignifier le mot sudaca et de le faire émerger dans un univers de beauté, de richesse et de création.

Alors, de nombreuses voix ont déjà revendiqué le mot sudaca pour le resémantiser. Ricardo Ivan Paredes mentionne quelques exemples : le Prix Sudaca Exceptionnel, promu par le collectif de femmes Sudacas Réunies S.A ; les groupes musicaux Beat Sudaca (Lima, 1987), Karma Sudaca (Tucuman, 1997), TDH Sudaca (Bogota, 1999), Che Sudaka (Barcelone, 2002) et Sudakistan (Stockholm, 2009). En plus, les sociétés de production Sudaca Films (Lima-Caracas), la Radio Sudaca Itinérante (panaméricaine rouge), Sudaquia Editores (New York) ou le supplément Sudaquia du journal Clarín (Buenos Aires).

Dans les mots de Lua :

Aujourd’hui, si je retrouvais mon ex-collègue de travail, je lui dirais : « alors, écoute, chérie, moi je suis aussi sudaca et je suis très fière de l’être. » Ses mots font écho à celles de Martin Caparrós :

Il y a ceux que disent sudaca comme une insulte ; l’erreur est de le prendre comme une insulte. Indignez-vous, retranchez-vous, exigez qu’ils se taisent ou les taisez. Heureusement, il n’existe aucun moyen efficace de faire taire qui que ce soit ; il n’y en a jamais eu et maintenant, dans un moment de multiplication infinie du mot, encore moins. La seule chose qui vaut la peine d’être faite, c’est le judo. Utilisez-le, appropriez-le, chouchoutez-le, annoncez-le : soyez sudacas. Et s’il y a des paresseux qui supposent qu’ils nous insultent en nous identifiant – en disant qui nous sommes, d’où nous venons –, qu’ils ne croient pas que c’est si facile : qu’ils travaillent, qu’ils cherchent quelque chose de mieux (CAPARRÓS, 2019)xv.

  1. CONSIDÉRATIONS FINALES

Dans cette brève approche sur la thématique de la recherche, centralisée sur le phénomène de l’immigration, on a pu remarquer que les principales motivations des personnes qui souhaitent immigrer sont : l’envie de connaitre de nouveaux lieux, de nouvelles personnes et de pouvoir travailler dans un pays étranger. En favorisant cette représentation, on a la valorisation positive de la vie à l’étranger et l’idéalisation du pays étranger comme un endroit d’espace/temps de meilleurs opportunités et de qualité de vie supérieures à celles du pays d’origine.

À travers le récit présenté, on a pu voir que le sujet produit des connaissances sur soi-même, sur ses relations avec les autres, ses succès, ses faiblesses, ses limitations, ses difficultés, en face de la reconstruction de son parcours de vie et de nombreux apprentissages qu’il a construits tout au long de son processus identitaire (DANTAS, 2009).

Au fur et à mesure, l’approche autobiographique provoque un débat productif vers la rupture avec les modèles traditionnels de recherche, en construisant de nouvelles méthodologies de confrontation aux problèmes du quotidien et de découverte des pratiques socioéducatives qui se passent dans des lieux et des contextes sociohistoriques et culturels variés.

Cette recherche a permis de remarquer qu’il faut unir des efforts pour reconnaitre la complexité du phénomène de la migration et ses conséquences sociales, culturelles, économiques et politiques, ainsi que les transformations qui s’opèrent dans l’expérience de vie d’une personne qui immigre ayant un fort impact sur son histoire de vie.

Les contributions résultantes de cette enquête font écho dans une connaissance plus approfondie sur l’immigration, qui est, sans aucun doute, un grand défi pour les gouvernements et les différents professionnels qui travaillent directe ou indirectement avec les questions d’assistance sociale et psychologique, de santé, de règlementation, de genre, d’insertion professionnelle et d’autres thèmes liés à la migration.

BIBLIOGRAPHIE

ACHOTEGUI, Joseba. El Síndrome de Ulises, Contra la deshumanización de la migración. Ned Ediciones, España, 2020.

ACHOTEGUI Joseba. Emigrar en situación extrema. El Síndrome del inmigrante con estrés crónico y múltiple (Síndrome de Ulises). Revista Norte de salud mental de la Sociedad Española de Neuropsiquiatría. Volumen V, N° 21.2004, p. 39-53.

ADEODATO, Célia Maria; AQUINO, Maria Sacramento; SANTOS, Maria C. Gonçalves. Migração internacional de mulheres: motivações de estudantes soteroropolitanos. In BARCELOS, Valdo e DANTAS, Tânia Regina. Políticas e Práticas na Educação de Jovens e Adultos. Petrópolis, RJ: Editora Vozes, 2015, 145-172.

ARROYO, Miguel. Outros Sujeitos, Outras Pedagogias. 2ª ed. Petrópolis, RJ: Vozes, 2014.

BAGANHA, M. I. e MARQUES, J. C. Imigração e política. O caso português. Fundação Luso-Americana, Lisboa, 2001.

BBC BRASIL.Os Imigrantes de hoje. 2020. Disponível em: https://www.bbc.com/portuguese/especial/migrantes/migrantes.shtml Acesso em 07 de fev.

BENJAMIN, Walter. Magia e Técnica, Arte e Política. Ensaios sobre literatura e história da cultura. Obras escolhidas, volume 1. São Paulo, Editora Brasiliense, 1987.

BRASIL. Constituição da República Federativa do Brasil. 18 ed. rev. ampl. São Paulo, 1998.

CAPARRÓS, Martín. Soy Sudaca. The New York Times, 2019.

CHAME – Centro Humanitário de Apoio à Mulher. Relatório Preliminar da equipe de Salvador. Projeto de Pesquisa Tráfico de Mulheres, Crianças e Adolescentes para fins de exploração sexual no Brasil. Salvador: Prestafi, 2001.

CLANDININ, Jean e CONNELLY, Michael. Pesquisa Narrativa: experiência e história em pesquisa qualitativa. Uberlândia: EDUFU, 2015.

DANTAS, Tânia Regina. Professores de Adultos: formação, narrativa autobiográfica e identidade profissional. Tese de Doutorado. Universidade Autônoma de Barcelona. Barcelona, 2009, 525 p.

FLECHA, Ramón. Compartiendo palavras. El aprendizaje de las personas adultas a través del diálogo. Barcelona: Paidós, 1997.

FREIRE, Paulo. Ação cultural para a liberdade. Rio de Janeiro: Editora Paz e Terra, 1981.

FREIRE, Paulo. Educação e Mudança. 7. ed. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 1983.

FREIRE, Paulo. Pedagogia da Autonomia: saberes necessários à prática educativa. Rio de Janeiro: Paz e Terra, 2015.

GARCIA CARRASCO. (Coord.) Educación de adultos. Editorial Ariel Educación, 1997.

GREIMAS, A. J. y FONTANILLE, J. Semiótica de las pasiones, de los estados de las cosas a los estados de ánimo. México: Siglo XXI, 2002.

LEAL, Maria Lúcia P.; LEAL, Maria de Fátima P. Pesquisa sobre Tráfico de Mulheres, Crianças e Adolescentes para fins de Exploração Sexual Comercial no Brasil. Brasília: PESTRAF/CECRIA, 2002.

MACEDO, Roberto, S. Currículo, Diversidade e Equidade: Luzes para uma educação intercrítica. Salvador: EDUFBA, 2007.

PAREDES, Ricardo Iván. El término «sudaca» y sus mutaciones: apócope, Insulto y reivindicación. Pliego Suelto – Revista de Literatura y Alrededores. Universidad de Barcelona, 2014.

RICOEUR, Paul. A memória, a história, o esquecimento. Tradução Alain François [et al]. Campinas, SP: Editora da Unicamp, 2007.

SOUZA, Elizeu Clementino. Diálogos Cruzados sobre Pesquisa (auto)biográfica: análise compreensiva-interpretativa e política de sentido. Educação. Santa Maria, v. 39, n. 01, jan. abr, 2014, p. 39-50.

SOUZA, Elizeu. O conhecimento de si: estágio e narrativas de formação de professores. Rio de Janeiro: DP&A Editora. Salvador: UNEB, 2006.

1 Docteur en Éducation – Universidad Autónoma de Barcelona (UAB), Titulaire d’un Master en Sciences de l’Éducation – Université Paris 8 Vincennes – Saint Denis, Professeure de l’Universidade Estadual da Bahia, Directrice du Groupe de Recherche Formation, Autobiographie et Politiques Publiques (FORMAPP). Mail : taniaregin@hotmail.com; ORCID : 0000-0002-0953-512X.

2 Diplômée en Psychologie – Universidade Federal da Bahia et Docteur en Éducation – Universidad de Barcelona. Elle travaille dans le troisième secteur et elle a une large expérience en tant qu’éducatrice et conseillère pour des projets dans le cadre de la jeunesse. E-mail : julianamsans@gmail.com ; ORCID : 0000-0001-8111-8884.

3 L’« apprentissage dialogique » est le résultat des interactions produites par le dialogue égalitaire, c’est-à-dire, un dialogue dans lequel différentes personnes donnent des arguments sous condition d’égalité, afin d’arriver à un consensus, en partant de ce que l’on veut communiquer et en parlant sans prétentions d’être validé (FLECHA, 1997). Flecha (1997, p. 35) affirme que « [l’apprentissage dialogique] est l’une des meilleures ressources pour dépasser la perte de sens que Weber a diagnostiquée dans nos sociétés ». L’apprentissage dialogique avait et a encore beaucoup d’influence dans les processus d’alphabétisation développés aux Brésil.

i « Migrar faz parte do direito de ir e vir. »

ii « é a movimentação de pessoas de um lugar para outro. »

iii « […] os governos recebem bem os imigrantes como mão de obra, pois esta lhes permite suprir quer a necessidade de profissionais em determinados campos de atuação que exigem uma formação complexa, quer os imigrantes dispostos a trabalhar nos empregos sem exigência de qualificação, que a população não quer ocupar. »

iv « até mesmo alguns casamentos que, na prática, configuram-se em uma união na qual a mulher brasileira serve apenas como objeto sexual, sem possibilidade de interagir com a sociedade por conta das barreiras linguísticas e legais »

v « O cenário educativo em sociedades como a nossa implica relações interculturais complexas e muito tensas, até porque vivemos alijamentos perversos. O preocupante é que nos meios educacionais estas relações são tratadas como epifenômenos (grifo do autor) educacionais (uma interferência sem importância educativa), ou mesmo naturalizadas por posturas “educativas” (aspas do autor) não problematizantes, tornando, não raro, um grande número de vozes impronunciáveis e perversidades históricas em opacidade. »

vi « Narrativas (auto)biográficas, construídas e/ou coletadas em processos de pesquisa ou em práticas de formação, centram-se nas trajetórias, percursos e experiências dos sujeitos, são marcadas por aspectos históricos e subjetivos frente às reflexões e análises construídas por cada um sobre o ato de lembrar, narrar e escrever sobre si » (SOUZA, 2014:43).

vii « narrativas autobiográficas, os professores resgataram as suas histórias de vida, recorrendo predominantemente à memória, expondo os seus sonhos, as suas dificuldades, os seus problemas, o seu passado e os seus projetos para o futuro, revelando-se para si mesmo e para os outros ».

viii « a investigação biográfico-narrativa, como uma área de estudo da investigação interpretativa, […] de acordo com determinadas orientações e posições atuais no pensamento (hermenêutica, filosofia moral comunitária, tendências pós-modernas), vem se constituindo num enfoque e numa perspectiva própria ».

ix « a vida […] é preenchida de fragmentos narrativos, decretados em momentos históricos de tempo e espaço, e refletidos e entendidos em termos de unidades narrativas e descontinuidades ».

x « Malos tiempos aquellos en los que la gente corriente ha de comportarse como héroes para sobrevivir. Ulises era un semidios que, sin embargo, a duras penas sobrevivió a las terribles adversidades y peligros a los que se vio sometido. Pero las gentes que llegan hoy a nuestras fronteras tan sólo son personas de carne y hueso que sin embargo viven episodios tan o más dramáticos que los descritos en la Odisea. Soledad, miedo, desesperanza, […] y Ulises pasábase los días sentado en las rocas, a la orilla del mar, consumiéndose a fuerza de llanto, suspiros y penas, fijando sus ojos en el mar estéril, llorando incansablemente […] (Odisea, Canto V). […] O el pasaje en el que Ulises para protegerse del perseguidor Polifemo le dice preguntas cíclope cómo me llamo…, voy a decírtelo. Mi nombre es Nadie y Nadie me llaman todos…[…] (Odisea Canto IX). Si para sobrevivir se ha de ser nadie, se ha de ser permanentemente invisible, no habrá identidad ni integración social y tampoco puede haber salud mental. »

xi « organização e construção da narrativa de si implicam colocar o sujeito em contato com suas experiências formadoras, as quais são perspectivadas a partir daquilo que cada um viveu e vive […]. »

xii « aprender é uma aventura criadora. »

xiii Al principio yo andaba con un bastón, como quizá corresponda a mis sesenta y siete años. Pero no era cosa de la edad. Era una consecuencia del desaliento. Allá siempre había hecho el mismo camino para volver a casa. Y aquí echaba eso de menos. (…) Una tranquilidad, un sosiego, saber qué viene después de cada esquina, de cada farol, de cada quiosco. (…) Cansado de sorprenderme, eso sí. Talvez por eso recurrí al bastón. Para aminorar tantas sorpresas. O quizá para que los compatriotas que iba encontrando, me dijeran: “Pero, don Rafael, usted allá no usaba bastón”, y yo pudera contestarles: “Bueno, tampoco vos usabas guayabera”. Sólo a los tres meses comprendí que no podía esperar nada de las máscaras. (…) Y empecé a fijarme en los rostros. Al fin de cuentas, fue un buen cambio. Los rostros no se repetían. Venían hacia mí, y dejé el bastón. (p. 17-18).

xiv « […] un mecanismo de defensa frente a cualquier agresión verbal en la que se utilice ese término. La palabra sudaca queda así neutralizada y pierde automáticamente su carga ofensiva. La violencia que implica una interacción social marcada por la xenofobia queda finalmente desactivada y se convierte en una victoria psicológica de la víctima. »

xv « Hay quienes nos dicen sudacas como insulto; el error es tomarlo como tal. Escandalizarse, atrincherarse, reclamar que se callen o los callen. Por suerte no hay manera eficiente de callar a nadie; nunca la hubo y ahora, en tiempos de multiplicación infinita de la palabra, menos todavía. Lo único que vale es hacer judo. Usarla, apropiarla, mimarla, proclamarla: ser sudacas. Y si hay haraganes que suponen que con solo identificarnos —con decir quiénes somos o ni siquiera, de dónde venimos — nos insultan, que no se crean que es tan fácil: que trabajen, que busquen algo mejor. »


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search