Paulo Freire, à l’épreuve du nouvel esprit du capitalisme.

Quand nous avons commencé à travailler sur l’oeuvre de Paulo Freire en France, nous nous doutions que la notion de « pédagogie critique » ne tarderait pas à être revendiquée également par les tenants du capitalisme. C’est pourquoi nous avions intitulé cette revue « Les cahiers de pédagogies radicales ». Radical, c’est revenir à la racine des injustices sociales. Essayons de comprendre cet intérêt actuel du nouvel esprit du capitalisme pour Paulo Freire.

Le capitalisme est actuellement confronté à une vague de contestation initiée par la jeunesse : mouvement féministe, mouvement écologiste, mouvement anti-raciste… Il est également confronté au phénomène de la grande démission en Amérique du Nord, mais y compris en France les « bullshit jobs » (Graeber) et les « jobs de merde » (Graeber) ont du mal à attirer les jeunes actifs.

Il faut donc essayer d’attirer les salariés, voire les inciter à créer des entreprises. Les discours du management, entre autres, sont grands pourvoyeurs de justification qui visent l’engagement de la jeunesse dans le capitalisme. C’est l’objet du livre Le nouvel esprit du capitalisme de Luc Boltanski et Luc Chiapello.

Face à la perte de sens, le management répond « management existentiel ». Face à la critique des discriminations institutionnelles en entreprise, le management répond « management par la diversité » et « capitalisme woke ». De ce fait, pour attirer les jeunes contestataires dans le giron du capitalisme, se développe un discours autour de l’entrepreneuriat social (Manuel pour changer le monde aux éditions Lux) ou encore Alain Fayolle, Professeur à l’EM Lyon, nous propose : « ‘RÉINVENTER’ UNE PÉDAGOGIE DE L’ENTREPRENEURIAT (1/2 et 2/2) : Des idées clés du constructivisme critique au modèle éducatif de Paulo Freire ». URL : https://www.kindnessforbusiness.org/reinventer-une-pedagogie-de-lentrepreneuriat/

Quelle est la thèse d’Alain Fayolle dans son article ? L’auteur écrit : « Cet article interdisciplinaire a pour objectif principal de proposer une pédagogie émancipatrice de l’entrepreneuriat, reposant sur l’apprentissage par problème, et nourrie des concepts clés du modèle éducatif de Paulo Freire et du constructivisme critique. »

Le problème auquel le management est confronté actuellement, c’est qu’il faut donner les apparences de la critique sociale au monde entrepreneurial et donner du sens pour attirer les jeunes actifs. Dans les années 1990-2000, l’individualisme domine et le nouvel esprit du capitalisme va plutôt chercher ses justifications dans le développement personnel.

Mais aujourd’hui, il s’agit de faire admettre aux jeunes actifs qu’ils peuvent lutter pour la justice sociale et environnementale en s’engageant dans des entreprises, voire en créant des entreprises. Mais une telle thèse est-elle conforme à la position de Paulo Freire ?

Paulo Freire était-il favorable à une pédagogie entrepreneuriale ?

Il est possible de constater qu’Alain Fayolle procède à une lecture quelque peu tronquée de l’auteur sur lequel il prétend s’appuyer. Il est tout à fait significatif qu’il cite assez peu directement Paulo Freire, mais plutôt des commentateurs, et surtout qu’en outre son choix de citation dépolitise grandement le pédagogue brésilien. En effet, deux questions de fond ne sont jamais posées : Paulo Freire était-il favorable à une éducation à l’entrepreneuriat? Quelle est la position de Paulo Freire relativement à l’économie capitaliste et pas seulement néolibérale ?

L’auteur a juste titre précise que la pédagogie de Paulo Freire possède une dimension éthique. Mais malheureusement, il ne définit pas l’éthique dont il s’agit. Pourtant Paulo Freire est très clair dans Pédagogie de l’autonomie : «  Mais il doit rester clair que l’éthique dont je parle n’est pas l’éthique mineure et étroite du marché qui se courbe obéissante aux intérêts du lucre. » Paulo Freire s’oppose à l’éthique du marché, ce qui veut dire à l’idée que l’économie doit être régie par le marché, par la logique de l’utilitarisme économique. Il ajoute également : «  Je suis professeur pour me manifester contre l’ordre capitaliste vigoureux qui inventa cette aberration totale : la misère dans l’opulence. » (Pédagogie de l’autonomie). Donc sur cette base, on comprend mal comment Paulo Freire pourrait se retrouver promoteur d’une quelconque « pédagogie entrepreneuriale ».

L’auteur essaie bien de laisser entendre qu’il s’agit d’un entrepreneuriat qui prendrait ses distances avec le néolibéralisme : « L’enseignement de l’entrepreneuriat est à la croisée des chemins. D’une part, il est largement diffusé dans les écoles et les universités et d’autre part, il manque de légitimité académique et d’approches critiques visant à le soustraire des influences de toute forme d’idéologie et de pensée dominante d’essence néolibérale. » On voit bien l’enjeu : le manque de légitimité d’un courant de pensée – la pédagogie entrepreneuriale – qui est accusé en réalité de faire le jeu du néolibéralisme. Mais au-delà même du néolibéralisme, c’est oublier que Paulo Freire est un critique du capitalisme.

En outre, aucune orientation claire de la critique néolibérale n’est effectuée dans l’article d’Alain Fayolle. Or, le problème de l’entrepreuneuriat néolibéral, y compris de l’entrepreneuriat social, c’est qu’il repose sur la recherche de l’efficience économique. En effet, c’est parce qu’il accorde un primat à la logique utilitariste sur la dignité de l’être humain qu’il conduit à une déshumanisation de l’être humain et donc à des problèmes éthiques.

Tous les discours sur le capitalisme à visage humain, ou le fait de concilier performance et social ou performance et éthique, se heurtent à la difficulté que la logique de l’économie de marché, mais également du nouveau management public, reposent sur la recherche d’efficience. Même en sortant de cette domination de la rationalité instrumentale, il n’en reste pas moins que le capitalisme s’appuie sur un rapport social de pouvoir entre capitalistes et travailleurs/ses.

Il est tout à fait significatif qu’Alain Fayolle dans son article ne cite pas non plus directement le texte de Paulo Freire où celui-ci définit la conscientisation « Conscientisation et révolution » (1973) pour préciser ce que le pédagogue brésilien entend par ce terme : « Mais ce que leur [celle des paysans] prise de conscience, faite dans leur immersion dans leur quotidienneté, ne leur donne pas, c’est la raison d’être de leur propre condition d’exploités. Celle-ci est une des tâches centrales que nous devons accomplir dans le contexte théorique ». Or comme les relations d’exploitation sont au coeur de la logique entrepreneuriale, il s’agit bien du point aveugle dont ne peut pas rendre compte une pédagogie entrepreneuriale sans devenir critique d’elle-même.

Autre point faible de la présentation qu’Alain Fayolle fait de Paulo Freire porte sur la conception qu’il donne du problem-posing. Paulo Freire ne défend pas le problem-solving si cher au monde de l’entreprise. Il s’agit pour lui de problématiser la réalité sociale. Ce qui veut dire que la problématisation de l’entrepreneuriat suppose d’interroger les relations d’exploitation, et donc la pertinence de l’économie capitaliste. Si Alain Fayolle rappelle le lien entre Paulo Freire et Marx, il se garde bien dans son article d’approfondir ce que cela implique.

Un des éléments qui illustre le caractère trop superficiel de la lecture de Paulo Freire qui est proposé par Alain Fayolle porte sur le rapprochement entre la pédagogie entrepreneuriale et Paulo Freire à partir de la notion de méthode. Or, comme le rappellent Lenoir et Lizardi (que l’auteur cite pourtant abondamment), Paulo Freire s’est opposé à voir dans sa pédagogie une méthode. Mais effectivement, la logique capitaliste ne peut raisonner pour sa part qu’en termes de méthode d’où des problèmes éthiques, et une pédagogie bancaire.

Il est tout à fait significatif que lorsqu’Alain Fayolle présente la pédagogie entrepreneuriale critique, celle-ci ne contient pas en réalité de processus de conscientisation portant sur les rapports sociaux de pouvoir capitalistes de classe sociale, de sexe ou encore de racisation. La pédagogie entrepreneuriale critique est ce qu’elle a toujours été une forme de pédagogie socioconstructiviste, et non pas une pédagogie critique.

On attend à ce sujet le jour où l’on nous présentera une pédagogie entrepreneuriale anti-capitaliste et marxiste.

Conclusion :

La pédagogie entrepreneuriale comme le dit son auteur manque de légitimité et est accusée de faire le jeu du néolibéralisme. Alors Alain Fayolle se propose d’annexer Paulo Freire à sa cause en tronquant malheureusement la lecture du pédagogue brésilien. Nous ne pouvons qu’inciter les lecteurs véritablement intéressés par la pensée de Paulo Freire à le lire dans les deux ouvrages disponibles en langue française : La pédagogie des opprimés (Agone, 2021) ou encore Pédagogie de l’autonomie (Eres, 2013).

Pour aller plus loin, lire :

Irène Pereira, Pédagogie entrepreneuriale et néolibéralisme – Une approche à partir de la pédagogie critique – (Publié initialement dans: “Pédagogie entrepreneuriale et néolibéralisme -Une approche à partir de la pédagogie critique”, Revue Skhole.fr, Février 2018.) –

https://pedaradicale.hypotheses.org/3534



Citer ce billet
pedaradicale (2021, 22 décembre). Paulo Freire, à l’épreuve du nouvel esprit du capitalisme. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssb9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search