Didactique-création : maximes pour pédagogues critiques

Auteure : Irène Pereira

L’ouvrage connu sous le titre de « Pensées pour soi-même », le philosophe Marc-Aurèle écrit des maximes et des pensées qui ont pour objectif de l’aider à accomplir son rôle d’empereur.

– Spécial enseignement supérieur et recherche (ESR) –

On trouve une approche semblable, chez Pierre Laurendeau dans un article intitulé « Dans la classe, il n’y a pas que les étudiants qui apprennent »1. Dans son article, il propose des écrire des maximes (ou aphorismes) en lien avec sa pratique d’enseignement dans un objectif de perfectionnisme professionnel. On peut parler ici de perfectionnisme professionnel comme on parle de perfectionnisme moral, c’est-à-dire au sens d’amélioration de soi-même.

Il s’agit de maximes que chacun et/ou chacune peut écrire pour lui-même :

(Maximes : Cette version est tournée enseignement supérieur et recherche.)

Conscientise-toi avant de conscientiser les autres. Pour cela, écoutes les premièr-e-s concerné-e-s, lis de la sociologie des discriminations et des inégalités sociales. Apprendre à te situer, à reconnaître tes privilèges.

Essais autant que possible d’être du côté des opprimé-e-s.

Ne profite pas du travail gratuit d’autrui en particulier pour faire avancer ta carrière personnelle.

N’invisibilise pas et ne pille pas le travail des autres, en particulier de personnes qui sont socialement discriminé-e-s et/ou sans postes, en particulier pour faire avancer ta carrière.

Essaie de tenir compte dans ton approche de l’enseignement des rapports sociaux de pouvoir.

Abordes les questions de discriminations et d’oppression sociale dans tes enseignements.

Engages-toi autant que tu le peux dans des collectifs et des mouvements sociaux qui luttent pour la justice sociale. Fais en sorte que ton engagement ne sois pas seulement verbal.

Annexe : Vade mecum de bonnes pratiques dans la recherche :

Vade mecum de bonnes pratiques contre le travail gratuit non rémunéré des chercheurs sans postes:

– ne pas inviter une personne sans poste à un colloque ou un séminaire sans s’assurer de lui garantir l’argent pour l’inscription, le transport et l’hébergement. (Ne pas lui annoncer après l’avoir invité qu’en fait c’est lui qui doit tout payer de sa poche)

– ou quand on organise un colloque faire en sorte que les précaires et/ou étudiants, ou les personnes sans postes de chercheurs, qui participent à l’organisation du colloque soient rémunérés (car dans les lignes des budgets pour les colloques la main d’œuvre n’est pas incluse)

– ou encore lorsqu’on sollicite un précaire ou une personne sans poste de chercheur pour l’organisation d’un dossier de revue ou un livre collectif ou tout autre tache de ce genre (animation site internet) que ce soit payé

– ou encore que lorsqu’on sollicite un-e précaire ou personne sans poste de chercheur pour des tâches de recherche ce soit payé.

De manière générale, ll est donc de la responsabilité morale des titulaires lorsqu’ils sollicitent des personnes sans postes de chercheurs de trouver les financements qui correspondent à l’activité demandée.

Pour finir voici le point 5 de la revendication des collectifs de précaires:

Fin du travail gratuit et rémunération de toutes les activités invisibles effectuées par les non-titulaires : surveillances d’examens et correction de copies, heures supplémentaires non payées, vacations et activités de recherche non rémunérées, recours abusif aux stages, etc.

https://precairesesr.fr/revendications/

1Laurendeau Pierre, « Dans la classe, il n’y a pas que les étudiants qui apprennent », Pédagogie collégiale , vol. 29, no 4, été 2016.URL : https://www.aqpc.qc.ca/sites/default/files/revue/laurendeau_vol_29-4.pdf


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search