Didactique-création : Le digital storytelling.

Auteure: Irène Pereira

Le digital storytelling consistait initialement dans une approche narrative réalisée par des publics socialement marginalisés. Il a depuis été récupéré par le marketing et les programmes d’éducation néolibéraux.

Qu’est-ce que le digital storytelling ?

L’histoire du digital storytelling est une narration en elle-même qui nous montre comment toute technique, fusse-t-elle à l’origine au service des personnes opprimées, si elle est efficace, peut être récupérée par le système capitaliste.

Car ce qui fait qu’une pratique pédagogique est émancipatrice, ou porte un projet émancipateur, ne tient pas dans la technique en elle-même. Elle tient dans le projet, l’intention éthique, de cette pédagogie.

La technique, fut-elle à visée artistique, comme dans la narration digitale, n’est pas en elle-même source d’émancipation.

A l’origine, le digital storytelling a émergé de l’existence avec le numérique de nouveaux logiciels permettant très facilement à des personnes sans compétences techniques particulières de s’exprimer : diaporama, video numérique, photographie numérique…

Les techniques qui ont été développées dans la narration numérique se sont en particulier inspirée d’un documentaire, The Civil War de Burns, qui utilisait l’image fixe photographique (avec des zooms et des panoramiques).

Le StoryCenter a développé toute une méthodologie pour favoriser la réalisation par des publics socialement défavorisés d’histoires sur leurs vies. Cette approche est utilisée par exemple en Belgique par Maks Vzw. Elle est utilisée avec des personnes migrantes, des groupes victimes de discriminations, des prisonniers…

Néanmoins, l’efficacité de ces courts récits, reposant sur la subjectivité et l’émotion, ont conduit à leur réutilisation par le monde de l’entreprise à des fins de marketing et de promotion de marques.

Cette approche est aussi utilisée dans l’enseignement néolibéral pour favoriser l’engagement des apprenants.

Qu’est-ce qui fait alors la différence entre ces pratiques et l’approche initiale ?

Ce qui fait la différence, c’est qu’à l’origine le digital storytelling se voulait une démarche d’empowerment de personnes socialement opprimées, de manière à leur rendre une voix, et donc une dignité, en en faisant les narrateurs et narratrices de leurs propres histoires, en particulier des personnes en situation d’oppression, par exemple des migrant-e-s.

Ce ne sont donc par les techniques qui distinguent la version émancipatrice et la version néolibérale du digital storytelling, mais le contexte de mise en œuvre et le projet ethico-politique qui l’anime.

Il arrive souvent que des personnes en quête d’une conception et de pratiques émancipatrices en éducation pensent que le caractère émancipateur d’une pédagogie réside dans ses techniques, dans l’agir technique. Or en réalité, le caractère émancipateur d’une pédagogie réside dans l’agir éthique.

Le recours à des pratiques artistiques conduit certes à une mise à distance du strict agir utilitaire. Mais il ne suffit pas à lutter contre la domination de la rationalité instrumentale capitaliste.

On peut à cet égard noter que le tournant éthique dans l’art contemporain marque la prise de conscience après les années 1980-1990 que l’autonomie de l’art, détaché de toute éthique, ne conduit qu’à l’inféoder au capitalisme comme le montre le fonctionnement du marché de l’art. L’art en lui-même, par son agir technique, alors même qu’il a une dimension esthétique non-utilitaire, est incapable de résister au capitalisme. De fait, seul l’agir éthico-politique semble pouvoir constituer un rempart au capitalisme.

Exemple : Paulo Freire Jeunesse (Digital Storytelling)

https://www.youtube.com/watch?v=PU50YLNg0wg

Référence :

Digital Storytelling- https://en.wikipedia.org/wiki/Digital_storytelling

MAKS – https://maksvzw.org/fr/projects/digital-storytelling/

StoryCenter – https://www.storycenter.org/

Educational Uses of Digital Storytelling – https://digitalstorytelling.coe.uh.edu/

de Latour, A., Perger, N., Salaj, R., Tocchi, C., Viejo Otero, P., Del Felice, C., Ettema, M., Gomes, R. (2017). Alternatives: Les contre-récits pour combattre le discours de haine. Strasbourg, France: Conseil de l’Europe. https://doi.org/10.3917/europ.lato.2017.01


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
pedaradicale (2 février 2021). Didactique-création : Le digital storytelling. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssac


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search