Manifeste de l’esthétique de l’opprimé-e

Auteure: Irène Pereira

Le manifeste de l’esthétique de l’opprimé-e propose quelques éléments de clarification.

1. L’esthétique de l’opprimé-e se réfère à Augusto Boal, qui se réfère lui-même à Paulo Freire. Mais, l’esthétique de l’opprimé-e ne se limite pas au théâtre.

2. L’esthétique de l’opprimé n’est pas une esthétique esthétisante. Elle vise la conscientisation des injustices sociales et la transformation sociale. La conscientisation suppose la problématisation de la réalité sociale. La transformation sociale implique le refus de la réalité sociale injuste.

3. L’esthétique de l’opprimé n’est pas une esthétique pour Artistes. L’Artiste est celui ou celle qui possède une maîtrise technique et/ou une connaissance de l’histoire de l’art.

4. L’esthétique de l’opprimé n’est pas de l’artivisme au sens où l’artivisme serait une pratique où un Artiste réalise une œuvre avec une visée de conscientisation.

5. L’esthétique de l’opprimé n’est pas de l’art communautaire au sens où on appelle « art communautaire » une pratique artistique à visée conscientisante mise en œuvre par un Artiste avec une communauté.

6. L’opprimé-e est toute personne ou groupe de personne qui a besoin de développer une capacité de réflexion critique, d’expression et d’action en vue de la transformation sociale. Les créations peuvent être individuelles ou collectives.

7. Néanmoins, par action, on aurait tort de penser qu’il s’agit d’une action orientée par la logique de l’agir instrumental, par la domination de la rationalité instrumentale. L’agir de l’esthétique de l’opprimé-e relève d’une forme d’otium, d’un rapport au monde et à soi qui n’est pas orienté vers l’efficacité, ou encore pire l’efficience. Car les pratiques de l’esthétique de l’opprimé-e ont une valeur en elles-même indépendament même de la finalité qu’elles visent.

8. Les pratiques créatives mises en œuvre dans l’esthétique de l’opprimé-e ne présupposent pas une maîtrise technique préalable. Ce sont par exemple : le micro-récit, la micro-poésie, le collage, le diaporama sonore, le roman-photo… Elle ne présupposent pas non plus un matériel coûteux.

9. Les créations conscientisantes, produites dans l’esthétique de l’opprimé-e, visent à favoriser la réflexion critique, le dialogue et la transformation sociale.

10. L’esthétique de l’opprimé-e est mise en œuvre dans un contexte éducatif quelqu’il soit, mais pas dans un cadre d’enseignement de l’Art. L’enseignement de l’Art se référant à une maîtrise technique et à des critères reconnus dans le champ de l’Art.

11. L’esthétique de l’opprimé n’est pas un refus en soi de l’Artivisme ou de l’Art communautaire, mais une autre proposition.

” Manifeste de l’esthétique de l’opprimé-e”:


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search