Didactique-création : Les pratiques les plus abordables.

Auteure: Irène Pereira

La didactique-création implique d’avoir recours à des pratiques qui ne supposent pas de la part des participant-e-s des compétences techniques préalables qui empêchent une entrée rapide dans l’activité ou qui soient coûteuses en matériel.

La didactique-création est constituée par des pratiques qui visent à créer des expériences conscientisantes en particulier par l’écriture et/ou par les arts visuels (photographie, video…). On peut de manière générale considérer que le théâtre de l’opprimé ou le RAP conscient peuvent être considérés comme des pratiques de didactique-création lorsqu’ils sont mis en œuvre dans un contexte éducatif.

Les créations en didactique-création ont pour objectif la conscientisation et le développement du pouvoir d’agir. Il peut s’agir de productions individuelles ou collectives. Elles visent à favoriser des discussions collectives en vue d’une problématisation de la réalité sociale et de sa transformation.

Comme l’explique Paulo Freire au sujet des support visuels qu’il utilisait dans les cercles de culture, les images choisies ne doivent pas être directives, elles doivent au contraire permettre d’ouvrir la discussion.

– Le micro-récit : Même si le micro-récit existe depuis longtemps en littérature, il n’a acquis une reconnaissance en tant que genre spécifique qu’à la lumière d’un développement de cette pratique sur Internet et par des amateurs/trices. Depuis, certaines maisons d’édition ont publié des micro-récit d’auteurs reconnus. Le micro-récit est un récit qui comprend entre 140 signes et 1000 mots.

– La micro-poésie : La micro-poésie est également un genre qui s’est beaucoup développé sur Internet, par exemple sur twitter. Elle s’appuie souvent sur des formes issues de la poésie japonaise telles que le Haiku (3 vers), le gogyohoka (5 vers libres….)

– Le collage : Le collage est souvent associé aux mouvements artistiques d’avant-garde du XXe siècle (ex : cubisme, surréalisme, constructivisme, dadaisme, nouveau réalisme…). Il connaît également un popularité en ligne en particulier sur des réseaux sociaux comme Instagram ou encore en art thérapie.

Matériel : magasines, ciseaux, colle. (ou logiciel libre Gimp : demande une prise en main).

Exemple : Un appel à contribution sur le thème de la résistance – https://www.cbc.ca/news/canada/new-brunswick/collage-art-show-unb-1.5445795

– Le roman-photo et la bande dessinée : Il s’agit de deux genres d’art populaire. On trouve en ligne de nombreux logiciels permettant de réaliser des bandes-dessinés et des roman-photo. Le récit peut être constitué sous une forme de planche avec plusieurs cases, ou mis en récit sous la forme d’un diaporama (éventuellement sonore avec des animations).

Materiel : Logicel : Libre office Draw, banques d’images libres de droits en ligne ou photo prises avec un téléphone portable.

– Le diaporama sonore : Le diaporama sonore est un récit court comprenant des photographies accompagné ou non de son, de texte ou encore de video. Le diaporama sonore convient par exemple bien à la création de « digital storytelling » qui sont des récits effectués par des personnes appartenant à des groupes socialement marginalisés.

Matériel : Diaporama logiciel libre (http://ffdiaporama.tuxfamily.org/?lang=fr), banque d’images libres de droit en ligne.

Mixed-art : il est possible de combiner plusieurs de ces approches : le collage et la micro-poésie, ou encore le diaporama sonore et le micro-récit.

En soi aucune de ces pratiques ne sont propre à la pédagogie critique, mais elles peuvent être réinvestie avec une visée de pédagogie critique dans la mesure où elles ne demandent pas une trop grande compétence technique préalables et ne sont pas couteuses financièrement. Elles sont en particulier propices à des pratiques en ligne. Par exemple, sous forme de forum, où les production peuvent être discutées par les participant-e-s.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search