Les dialogues de pédagogies radicales : Pédagogie critique visuelle

Auteure: Irène Pereira

La pédagogie critique visuelle s’intéresse au rôle de l’image dans la pédagogie critique. Plus particulièrement dans ce texte, il sera question du rôle de la « photographie » en pédagogie critique.

« Nous avons l’art pour ne pas perir dans la cage d’acier de l’injonction à l’efficience ».

1. Paulo Freire et la pédagogie critique visuelle

Demande : Paulo Freire a été un précurseur dans l’utilisation de l’image dans son approche pédagogique. En quoi, cela consistait-il ?

Réponse : Paulo Freire a utilisé l’image comme support de discussion, mais en allant plus loin même, comme support de conscientisation. Il a commandé des retro-projecteurs de diapositives en Pologne. Il a fait réalisé des séries d’images qui représentaient l’univers thématiques des personnes avec qui il travaillait.

Sur ce lien, on trouve des documents visuels utilisés par Paulo Freire  et son équipe, en particulier lors de la célèbre expérience d’alphabétisation d’Angicos (Brésil) :

http://forumeja.org.br/book/export/html/1412

2. La photographie avec des publics socialement marginalisés

D : Est-ce qu’il existe d’autres expériences inspirées de la pédagogie critique qui recourent à l’image, et en particulier à la photographie, en pédagogie critique ?

R : Une autre approche remarquable, c’est le photovoice. Il s’agit d’une méthodologie qui s’inspire de l’enquête conscientisante élaborée par Paulo Freire. Le photovoice a été créée par Caroline Wang et Mary-Anne Burris dans les années 1990 aux Etats-Unis. On peut rapprocher cette méthode d’enquête participative d’une autre technique de recherche, c’est la photoélicitation. Dans le photovoice, il s’agit de demander à des personnes de communautés socialement marginalisées de prendre des photographies autour d’une thématique. Une fois que les photographies sont prises, il s’agit d’organiser des groupes de discussion qui sont orientés vers l’analyse des problèmes et la transformation sociale. Les photographies qui ont été prises et les analyses produites par les participant-e-s peuvent ensuite faire l’objet d’une exposition.

On trouve en ligne plusieurs manuels en langue française qui présentent cette approche comme par exemple : Photovoice – Guide du facilitateur –

https://www.rutgers.international/sites/rutgersorg/files/PDF/French_material/2016_Photovoice_Manual_Fr.pdf

D : En quoi la photographie est un medium intéressant pour travailler avec des publics socialement marginalisés ?

R : Le photovoice n’est pas la seule approche à s’appuyer sur la photographie pour travailler avec des publics socialement marginalisés et qui ne sont pas forcément à l’aise avec l’écrit, par exemple pour travailler avec des public illettrés. On trouve également des approches qui consistent à faire réaliser des « roman-photos » par exemple autour de thématiques concernant l’éducation à la santé.

On peut trouver un exemple de démarche dans une brochure éditée par l’UNESCO : Créer et publier un roman-photo » – https://docspike.com/download/creer-et-publier-un-roman-photo_pdf

3. La photographie, la recherche en sciences sociales et ses application didactiques

D : On a vu que le photovoice est une méthode de recherche-action participative. Mais de manière générale, la photographie a-t-elle sa place dans la recherche en sciences sociales ?

R : La photographie est utilisée dans différentes disciplines des sciences sociales de manière plus ou moins importante : la géographie, l’ethnologie ou encore la sociologie visuelle par exemple. Les approches visuelles regroupent alors les dessins (schémas, plans, cartes…), les photographies ou encore les films.

La photographie peut être utilisée comme support d’entretien (photo-entretien), comme support documentaire ou encore elle peut constituer le corpus à étudier en lui-même. Enfin, elle peut également être requise lors de la restitution des résultats au grand public. Il existe des revues de sciences humaines et sociales qui sont plus spécifiquement consacrées à la recherche avec des supports visuels.

D : Quelle place la photographie peut-elle avoir dans une didactique en pédagogie critique en sciences sociales ?

R : On peut y recourir avec des applications diverses depuis l’école primaire jusque dans le supérieur. Par exemple avec des élèves d’école primaire, on peut mentionner les applications suivantes qui sont non limitatives :

– réaliser un photo-reportage ou un diaporama sonore avec des observations sur le territoire local.

– réaliser un arbre généalogique en incorporant également le recours à des photographie de familles

– réaliser un roman-photo, un livre numérique incorporant des photographies ou encore une exposition photographique.

4. La photographie et l’art conscientisant

D : Est-ce que la didactique de la recherche en sciences sociales est la seule application possible de l’utilisation des images en pédagogie critique ?

R : Pour répondre à cette question, il est nécessaire de revenir à la manière dont la pédagogie critique incorpore la théorie critique. En effet, la Théorie critique de l’Ecole de Francfort met en avant comment la modernité est caractérisée par une domination de la rationalité instrumentale (ou rationalité technique).

De ce fait, un des enjeux de la pédagogie critique est de penser l’agir humain en dehors de cette domination. Si l’on suit les analyses de Jurgen Habermas, alors on peut distinguer en dehors de l’agir instrumental, l’agir régulé (ou agir éthique) et l’agir dramaturgique (ou agir esthétique). Il existe donc deux voies pour opposer une résistance à l’hégémonie de l’agir instrumental : l’agir éthique et l’agir esthétique. En effet, dans l’agir esthétique, on ne juge pas uniquement et avant tout la création produite sur des critères techniques, mais également sur la base de critères esthétiques.

De ce fait, on peut penser des formes d’hybridations entre recherche et art (recherche-création) ou encore didactique et art (appelons cela la didactique-création ou la didact-création). Dans le cas de la didact-création, il s’agit non plus de penser la didactique sous la forme de la technique, c’est-à-dire à l’aune de la recherche d’efficacité, mais sous une forme esthétique. On peut dire que c’est d’une certaine manière la voie qu’avait emprunté Augusto Boal avec la théâtre de l’opprimé et de manière générale avec la théorie de l’esthétique de l’opprimé.

D : Ce qui n’est pas clair ici, est-ce qu’il s’agit d’une didactique pour les arts plastique ? Est-ce que la didact-création est une didactique pour les arts plastiques ?

R : Non, il ne s’agit pas d’une approche pour les arts plastiques. Il peut effectivement y avoir une pédagogie critique des arts plastiques, mais ici ce n’est pas le sens du propos. Il s’agit de la manière dont la didact-création peut s’appliquer dans d’autres disciplines ou domaines : les sciences sociales, la philosophie, les controverses sociotechniques, les enjeux sociaux des mathématiques… Dans des disciplines qui n’ont pas nécessairement un lien initial avec la création artistique contrairement par exemple aux arts plastiques ou aux lettres.

On peut par exemple penser aux « cartes sensibles » en géographie qui peuvent faire intervenir une approche en création artistique. (Pour des exemples de travaux autour des « cartes sensibles », on peut consulter : https://cartonumerique.blogspot.com/p/cartes-sensibles.html).

D : Y-a-t-il des points de vigilances pour mettre en œuvre une démarche de didact-création ?

R : Dans la mesure où la didact-création consiste à mettre en œuvre une démarche de création avec des enseignant-e-s qui ne sont pas des spécialistes de l’enseignement artistique et des élèves, il s’agit de partir d’approches de création qui ne demandent pas d’emblée une maîtrise technique. C’est le cas par exemple du collage photographique, du diaporama sonore, du roman-photo…

D : Il existe concernant le théâtre, l’approche d’Augusto Boal qui peut servir de modèle, mais existe-t-il des démarches qui pourraient s’apparenter concernant l’usage de la photographie à la pédagogie critique ?

R : On peut penser au « détournement » chez les situationnistes qui reprennent des images déjà produites par la société spectaculaire-marchande et en détourne le message pour révéler les rapports sociaux capitalistes. De manière générale, il n’est pas nécessaire de produire soi-même les images, elles sont présentes par exemple dans le capitalisme de plateforme. C’est ce que font certains post-photographes qui reprennent les images libres de droits qui sont produites par milliers dans les réseaux sociaux. C’est le cas par exemple de Pénélope Umbrico. Il est alors possible de produire des photo-récits problématisent la réalité sociale.

Exemple : « La société de consommation : Le supermarché »

D : Qui produit les supports proposés dans le cas d’une démarche de didact-création ?

R : Les supports peuvent être produits par l’enseignant-e pour favoriser la discussion comme c’était le cas avec les images qui étaient créées dans la démarche de Paulo Freire qui n’étaient pas produites par les apprenants. Mais, il est également possible, puisque l’on privilégie des approches qui ne demandent pas une compétence technique particulière, qu’elles soient produites par les apprenant-e-s.

D : Justement, est-il possible de présenter des démarches possibles à réaliser dans le cadre d’une pédagogie critique visuelle qui intègre la didact-création ?

R : Il est possible de présenter par exemple deux démarches (mais on peut en imaginer d’autres).

La première porte sur les discriminations à partir de la création de diaporama sonore convertis en video : «  Lutter contre les discriminations avec des expériences conscientisantes » – https://pedaradicale.hypotheses.org/3169

On peut également présenter une autre démarche autour de la question des nouvelles technologies et la science fiction : «Projet science-fiction et éducation aux médias » – https://pedaradicale.hypotheses.org/3184

Il faut noter que ce type d’approches se prête bien à des projets interdisciplinaires : par exemple littérature, philosophie et sciences ou encore littérature, sciences sociales et arts plastiques.

D : Est-ce que ces approches de création peuvent se lier à des démarches de recherche-scientifique en sciences sociales ?

R : On peut effectivement imaginer des dispositifs qui relèvent de la recherche-création avec par exemple des enquêtes en ligne à partir de supports réalisés par le ou la chercheuse. C’est le cas dans cet exemple qui utilise le questionnaire qualitatif :

Enquête en ligne : « Réfléchir aux défis du futur » – https://iresmo.jimdofree.com/2021/01/02/enqu%C3%AAte-en-ligne-r%C3%A9fl%C3%A9chir-aux-d%C3%A9fis-du-futur/

5. Enjeux philosophiques et sociaux des démarches de création

D : En quoi le fait de lier démarche didactique et création artistique pourrait constituer une forme de résistance existentielle à la domination de la rationalité instrumentale ?

R : La domination de la rationalité instrumentale se caractérise par une colonisation de l’ensemble du monde vécu que ce soit le temps de travail ou le temps de loisir, entre autres par une rationalisation du temps, mais également de manière générale par la calculabilité et la recherche d’efficacité, voire d’efficience.

Au début du XXe siècle, les syndicats ont lutté pour obtenir la journée de 8h avec 8h de travail, 8h de loisir et 8h de sommeil. Mais par loisir, ils entendaient le loisir au sens de skholé ou d’otium, du temps qui permette aux travailleurs de se cultiver : lire, avoir une activité artistique…(Sur le lien entre la notion d’Otium et la culture artistique, on peut se référer à l’ouvrage de Michel Pire, Otium, Actes Sud, 2020).

Cependant, avec l’avènement de la société de consommation de masse, dans les années 1950, le temps de loisir s’est trouvé colonisé par l’industrie la consommation des produits de l’industrie du divertissement de masse. C’est ce phénomène qu’analyse et critique entre autres le situationnisme.

Avec le numérique, cette tendance s’est encore accentuée. Il s’agit de maintenir le plus longtemps les individus connectés afin qu’ils achètent ou que leur activité en ligne soit transformée en données monnayables.

Divertissement: 

D : Néanmoins, la démarche de création artistique, fusse-t-elle critique, est-elle vraiment capable de parvenir à établir cette résistance ?

R : En accordant plus de place dans les démarches didactiques à l’école, à la démarche de création, on peut en effet essayer de mettre à distance la tendance à réduire le rapport au savoir à une visée instrumentale. C’est la thèse que soutient Jean-Miguel Pire avec l’idée d’accorder plus de place à la culture artistique pour redonner une place à l’otium (même si dans son cas, il s’agit davantage d’une réhabilitation de la culture artistique qu’une défense des activités de création).

Néanmoins on peut relativiser ce potentiel de résistance de la création esthétique. Il y a plusieurs contre-arguments qui viennent limiter la portée de ce projet.

Par exemple, on peut s’apercevoir qu’en dehors même de la valeur esthétique de la production, on peut trouver une tentation d’évaluer l’efficacité de la démarche. C’est le cas par exemple en ce qui concerne l’évaluation de l’efficacité de l’art thérapie.

On peut également considérer que la démarche de création-artistique peut servir à faciliter la néolibéralisation, par exemple dans le cas de la recherche, avec la recherche-création. Il arrive assez souvent que les artistes dans la recherche-création soient requis pour produire des œuvres en se servant de nouvelles technologies numériques. ( comme le souligne Yves Citton dans « Post-scriptum sur les sociétés de recherche-création », postface à Erin Manning & Brian Massumi, Pensée en acte : vingt propositions pour la recherche-création, Dijon, Les Pressesdu réel, 2018, p. 95-125).

On peut également souligner que pour l’OCDE, la créativité est une compétence qui doit être développée dans l’éducation de manière à favoriser l’employabilité dans l’économie capitaliste néolibérale.

Enfin, le projet même de l’esthétique de l’opprimé d’Augusto Boal, qui devait faire de chacun et chacune des créateur/trice, est également menacé par le capitalisme de plateforme qui transforme toute activité en ligne en digital labor. (Voir : « L’esthétique de l’opprimé à l’épreuve du capitalisme de plateforme » – https://pedaradicale.hypotheses.org/3179 ).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search