Didactique-création: science fiction et philosophie de la technique

Auteure: Irène Pereira

Comment la science-fiction peut-elle développer la conscience sociale critique relativement au progrès technique ?

La science fiction peut fournir des expériences de pensée permettant une réflexion en théorie sociale critique (dystopie) et en philosophie (anthropologie philosophique).

Mots clefs : science fiction, théories critiques, philosophie, technologie, écologie, médias, information, consommation, travail, intelligence artificielle, robotique, transhumanisme, prospective, futurologie.

EMI : haine en ligne, identité numérique, modèle économiques de l’internet, fake-news, complotisme, éthique en ligne.

Pédagogie critique des médias  : théories critiques, art conscientisant, pédagogie numérique.

Science fiction : dystopie politique (la surveillance globale), le futur apocalyptique (écologie), robots (travail), cyborg, intelligence artificielle (la conscience).

Consigne EMI : à partir d’articles concernant les nouvelles technologies de la communication, imaginez des mini-scénario de science-fiction concernant les problèmes sociaux et philosophiques que peuvent poser ces technologies de manière à favoriser une réflexion critique. Vous pouvez recourir à l’écriture, à la photographie et/ou à la video (en utilisant des supports libres de droits).

L’objectif est ensuite par exemple d’organiser des discussions conscientisantes collectives autour des productions créées.

SCENARIO :

Grace à une technologie avancée, il devint possible d’effectuer dans voyages simultanément dans le temps et dans des mondes possibles. Les ethnologues se mirent à voyager dans les mondes possibles passés ou futurs et à en ramener des carnets. Voici des extraits du carnet de notes ethnographiques de l’un de ces voyageurs :

LE CAPITALISME DE SURVEILLANCE :

Le contrôle des vies individuelles à travers les supports numériques s’est mis en place plus sans que les personnes n’aient réellement le temps d’y réfléchir à partir du milieu des années 1990.

Administration. Tous les fichiers de l’administration publique ont été numérisés. Progressivement, il devenait impossible de faire ses démarches administratives en dehors d’internet et surtout de revenir en arrière lorsqu’on avait accepté une procédure sur Internet. Les pouvoirs publics ont commencé à faire en sorte que toutes les démarches administratives ne puissent plus se faire qu’en ligne.

Économie de l’attention. Les entreprises ont commencé à développer le commerce en ligne. Grâce à l’économie de l’attention, de nombreux dispositifs ont été développés pour que les personnes passent plus de temps connectées, soient soumises à des publicités – de plus en plus ciblées -, et achètent. Au début, les personnes n’ont pas prêtées réellement attention aux publicités ciblées tandis que les géants de l’internet perfectionnaient de plus en plus leurs algorithmes pour analyser les données personnelles des consommateurs. Il s’agissait de connaître les consommateurs pour devancer leurs désirs.

Travail. Au travail également, les technologies numériques ont pris de plus en plus d’importance. Tout ce qui pouvait être numérisé l’était. Les employés devaient utiliser des ordinateurs pour écrire leurs documents et les envoyer par email. L’analyse de toutes les données numériques produites par les travailleurs et travailleuses servaient à entraîner des intelligences artificielles dont l’objectif était des remplacer les travailleurs humains.

Services de renseignement. On ne savait pas exactement dans quelle mesure la police et les services de renseignement surveillaient la population. Dans les Etats considérés comme des démocraties libérales, il y avait déjà eu quelques scandales qui avaient éclatés : des services de renseignement avaient procédés à une écoute généralisée des citoyens sans autorisations. Des services des polices avaient développés des fichiers secrets sur les personnes.

Etats autoritaires. Dans les Etats considérés comme autoritaires, la surveillance policière de la population s’était développée bien plus rapidement avec par exemple la reconnaissance faciale et la mise en place du crédit social.

Cyberguerre. Les Etats ne s’affrontaient plus nécessairement dans des guerres physiques, mais dans des cyberguerres. Chaque Etat lançait sur ses voisins des cyber-attaques secrètes visant à récupérer des informations ou à endommager des centres numériques stratégiques.

A l’aide de fake-news massives et du profilage numérique, les Etats adverses essayaient en fonction de leurs intérêts politiques de manipuler les résultats des élections pour qu’elles aillent dans le sens de leurs intérêts géopolitiques.

Fusion surveillance politique et économique. On assistait également à un autre phénomène. Les trusts de l’internet mettaient en place avec les Etats des programmes de défense militaire et de renseignement. En s’appuyant sur les technologies développées par les trusts et sur les énormes bases de données qu’ils avaient acquises en analysant le comportement des consommateurs et consommatrices, ils aidaient les gouvernements à mener des programme de défense contre le cybercriminalité et les cyberguerres, mais qui se révélaient, en même temps, être de véritables programmes de surveillance massifs des populations.

Cybercriminalité. Des individus en quête d’argent, parfois en vue de financer d’obscurs projets de déstabilisation politique, se livraient sur internet à des actes piraterie se spécialisant dans le chantage et la demande de rançon en particulier concernant les données de santé des personnes.

Connaissance de l’âme. Certains avec ces différentes technologies imaginaient possibles de connaître le psychisme profond des personnes, de connaître les ressorts psychologiques qu’elles mêmes ignoraient afin de pouvoir les induire à consommer, influencer leurs choix politiques…

Analyse prédictive. Grâce aux algorithmes, certains ne rêvaient pas seulement d’analyser le comportement humain, mais de le prévoir : de devancer les choix de consommation, de prévoir la criminalité.

La connexion généralisée. Les ordinateurs, les smartphones, les objets connectés de toutes sortes tels que les assistants vocaux… Toutes ces technologies maintenaient les individus constamment en lien avec le monde numérique et créaient en permanence un double numérique de l’individu.

Divertissement. L’industrie du divertissement numérique avait pour objectif de capter l’attention des personnes pour faire en sorte qu’ils et elles passent le plus de temps possible connectées dans l’espace virtuel et en contact avec des publicités : les réseaux sociaux, les jeux videos, les videos en ligne…

Résistance. Certains se demandaient s’il était possible de résister à ce mouvement général de surveillance et de contrôle des existences individuelles. Ils développaient des services et des applications qui ne traçaient pas les individus ou visaient à protéger leur vie privée. Mais, cela ne s’avérait pas simple. Il fallait être plus fort que les trusts de l’internet, que les services de renseignement des Etats ou encore que les cybercriminels. Cette stratégie n’était en définitive possible que pour des personnes ayant un haut niveau de compétence informatique.

Les en-dehors : Ceux et celles qui s’interroge sur l’humanité de l’humain. Restait-il encore une part de l’individu qui échappe au monde virtuel ? Dans ce monde de la connexion généralisée, quelle part de son psychisme, l’individu peut-il encore protéger dans l’intimité de sa conscience ? Toute intériorité se trouvera-t-elle externalisée, numérisée et fichée ?

L’existence humaine a-t-elle vocation à devenir une existence entièrement dominée par l’agir technique ? Peut-il y avoir des dimensions existentielles importantes autres que l’agir technique ? Peut-on encore développer un autre rapport au monde que le rapport technique ?

Il ne s’agit pas de refuser le rapport technique au monde, mais de se demander si toute réalité humaine finira par se réduire à la cage d’acier du rapport technique au monde, de la rationalité instrumentale.

Bibliographie :

Shoshana Zuboff, Le capitalisme de surveillance, Editions Zulma, 2020.

Bernard Harcourt, La société d’exposition, Editions du Seuil, 2020.

Documentaire: Tous surveillés, 7 milliards de suspects (Arte, 2020)

COMPLEMENTS :

– Le technologisation du rapport de soi à soi.

Le développement personnel (Michel Lacroix, Se réaliser, 2013) : la « réalisation de soi » liée à la culture (philosophie, art…) a été remplacé par le développement personnel qui s’appuie sur des techniques. La relation de soi à soi est devenue technique.

Pour approfondir :

« Developpement personnel, pédagogie et capitalisme » – https://pedaradicale.hypotheses.org/2890

– Transhumanisme : l’humanité de l’humain

Pour en savoir plus :

« Faut-il désirer augmenter l’être humain ? » – https://pedaradicale.hypotheses.org/2994

– Rationalité calculante

Pour en savoir plus:

“Critique du Saint Dogme de l’efficacité” – https://pedaradicale.hypotheses.org/2908

– Rationalisation du temps

Pour en savoir plus:

“Agirs techniques, agirs éthiques” – https://pedaradicale.hypotheses.org/3006 

– Capitalisme de plateforme : données personnelles

Pour en savoir plus: “L’esthétique de l’opprimé-e à l’épreuve du capitalisme de plateforme” – https://pedaradicale.hypotheses.org/3179

– Divertissement : industrie du divertissement, bullshit job

Pour en savoir plus: “Confusions capitalistes” – https://pedaradicale.hypotheses.org/2830 

– Intelligence artificielle : question à un robot

Pour en savoir plus: “Pédagogie critique existentielle” – https://pedaradicale.hypotheses.org/2798

– Futur (écologie)

Pour en savoir plus:

“Ecopédagogie et conscientisation”: – https://pedaradicale.hypotheses.org/2641

Conclusion :

En définitif, le problème induit par l’expansion de la rationalité instrumentale consiste dans le fait de savoir s’il existera encore à l’avenir des dimensions de l’existence humaine qui échapperont à la recherche technique d’efficacité rendue plus efficiente par la calculabilité. La relation de soi à soi, la relation à autrui, et de manière générale notre existence, ne sera-t-elle marquée que par la reformulation de tous les problèmes humains en problèmes techniques ? La relation de soi à soi-même ne sera-t-elle plus que technique ? La relation aux autres ne sera-t-elle plus qu’une relation instrumentale ? Enfin toute notre existence ne sera-t-elle plus dominées que par des réflexions techniques en vue d’apporter des solutions technologiques ?

Quelle profondeur seront nous encore capables de donner à notre existence ?

Mot clef: didactique-création


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search