Les dialogues de pédagogies radicales : Rapports sociaux de pouvoir et exploitation au travail

Auteure: Irène Pereira

Comment la pédagogie critique prend-elle en compte et aborde-t-elle les rapports sociaux au travail ?

Demande : Est-ce que la pédagogie critique n’est pas un culturalisme ? En effet, Paulo Freire est présenté par ses détracteurs d’extrême droite au Brésil comme une figure du marxisme culturel.

Réponse : En effet, il y a des éléments qui vont dans ce sens là puisque Paulo Freire effectue une critique de l’invasion culturelle et propose une théorie de l’action révolutionnaire qui implique la production d’une synthèse culturelle.

Cela provient du fait que son marxisme n’est pas un réductionnisme économiciste, mais accorde une place à la conscience dans le processus de transformation révolutionnaire.

Néanmoins, il ne faut pas oublier que la pédagogie des opprimés de Paulo Freire est une lutte contre la réification. Or cette réification, c’est entre autre l’exploitation qui réduit la personne au rang de simple instrument pour produire du profit.

D : En quoi le culturalisme apparaît comme insatisfaisant ?

R : Il ne s’agit pas de dire que ce qui relève du discours, des représentations ou des normes sociales n’a pas sa place. Mais tout comme l’économicisme est un réductionnisme, il faut faire attention au réductionnisme culturaliste qui réduit la réalité uniquement à ces aspects.

Il y a cela plusieurs raisons :

– la première, c’est l’importance de l’assignation sociale. Que les personnes s’auto-catégorisent dans telle ou telle identité, c’est une réalité subjective qu’il ne s’agit pas de nier. Mais l’oppression que subissent ces personnes est liée à leur assignation sociale. C’est la manière dont elles sont catégorisées par la société qui constitue le problème. On le voit pour les personnes transgenre dont l’organisation sociale dominante ne prend pas en compte leur auto-catégorisation conduisant à des discriminations au logement, à l’emploi ou encore à des violences. On le voit également avec la racisation qui ne relève pas d’une auto-catégorisation subjective, mais d’une assignation sociale.

– une deuxième raison, c’est qu’il peut y avoir un décalage entre les représentations, les discours et les pratiques. Or les discriminations relèvent de pratiques plus que de discours. On le voit au sujet du racisme systémique qui peut être analysé à partir de la notion de discrimination, mais pas à partir de l’injure raciale. Le racisme ce n’est pas seulement des propos racistes, c’est aussi et surtout des actes discriminatoires et des inégalités dans l’emploi, le logement…

D : Justement comment la pédagogie critique peut appréhender ces réalités sociales ?

R : La pédagogie critique, depuis Paulo Freire, accorde une grande importance à la réalisation d’enquêtes de conscientisation par lesquelles il s’agit de prendre conscience des rapports sociaux de pouvoir qui structurent la société.

Dès les années 1980, Paulo Freire, à la suite de bell hooks, a intégré la thèse que ces rapports sociaux ne sont pas seulement des rapports sociaux de classe ou de racisation, mais également de sexe et de genre. On peut et on doit également ajouter les rapports sociaux validistes.

De ce fait, on peut analyser les rapports sociaux au travail à partir de la division sociale du travail. En effet, la division sociale du travail est un angle d’approche qui contient une forte charge critique facilement opérationalisable que ce soit au niveau macro-social ou au niveau micro-social.

On peut ainsi analyser la division internationale du travail et donc la géo-économie des rapports sociaux de pouvoir entre aires géographiques du système monde capitaliste.

On peut étudier la division du marché du travail à partir des notions de ségrégation verticale du travail (c’est-à-dire la manière dont les groupes sociaux sont répartis dans la hiérarchie des postes) ou de la ségrégation horizontale du travail (c’est-à-dire la manière dont les différents groupes sociaux sont répartis sur le marché du travail en fonction des secteurs d’activité).

A un niveau micro-social, la division sociale du travail peut être facilement étudiée à partir de l’éthnographie. C’est ce qu’ont fait par exemple Nicolas Jounin, dans son ouvrage Chantier interdit au public ou encore Xavier Denuzat en étudiant la division du travail militant sexuée1.

(Voir la grille d’analyse proposée à la fin du dialogue)

D : Juste pour préciser. Est-ce que bell hooks ne peut pas être considérée comme une autrice culturaliste ? En effet, plusieurs de ces travaux se situent dans le cadre des études culturelles.

R : C’est une thèse à nuancer ou du moins il faut plutôt préciser la manière dont bell hooks se situe dans le champ des études culturelles. Elle écrit : « Pour ma part je pense que le postmodernisme a un moindre impact sur mon travail. (…) en général, je ne passe pas beaucoup de temps à penser au post-modernisme »2. Certes plusieurs de ces travaux s’inscrivent dans les études culturelles, mais pas dans le post-structuralisme.

D : Mais est-ce que cette catégorie de travail est vraiment une notion critique ? Ne faudrait-il pas au contraire remettre en question la centralité du travail ?

R : Il faut distinguer l’emploi capitaliste et le travail. Il ne suffit pas d’effectuer une critique de l’emploi capitaliste pour faire disparaître l’exploitation du travail liée à la division du travail.

La division du travail existe en dehors même du travail productif capitaliste. C’est ce qu’a montré le féminisme matérialiste, avec par exemple les travaux de Christine Delphy, sur le travail domestique. Il existe un travail reproductif qui est lui également susceptible de générer de l’exploitation.

En gros, il ne suffit pas de refuser le travail et d’aller vivre dans un squat pour en finir avec l’exploitation. Car certes on échappe au travail dans le cadre de l’emploi capitaliste, mais on n’échappe pas forcément à la division sexuée du travail dans l’espace domestique.

On constate de ce fait que les approches qui restreignent le travail à la catégorie d’emploi dans le système capitaliste sont conduites à accepter l’idée d’une division sexuée du travail et d’une complémentarité des sexes en quelques sortes. C’est le cas par exemple de Silvia Federicci  comme le montre cet extrait d’entretien :

«  Pour revenir à ton livre, tu affirmes qu’au Moyen Âge la division du travail n’impliquait pas nécessairement l’oppression des femmes…

Dans de nombreuses sociétés, avant les processus de colonisation, les hommes et les femmes avaient des tâches différentes, il existait donc une division des tâches. (…)

Ainsi, le fait de réaliser des tâches différentes n’implique pas automatiquement des degrés de pouvoir différents. La question est : quelles valeurs sont associées à ces différences ? Selon moi, les différences ne sont pas un problème, le problème c’est leur hiérarchisation. Cette dernière fait que les différences deviennent une source de discrimination, de dévaluation et de subordination. Il n’est pas nécessaire de construire une société où il n’y aurait pas de différences, nous pourrions peut-être même dire que certains différences sont bonnes. »3

Comme on le voit nier la portée critique de la division sociale sexuée du travail conduit à justifier le différentialisme.

D : Cette exploitation du travail n’est donc pas présente que dans l’espace capitaliste, elle figure également dans l’espace domestique ou encore même dans les espaces militants ou associatifs…

R : Oui, on peut la trouver également par exemple dans le milieu universitaire. Il est d’ailleurs dommage que Maud Simonet, dans Travail gratuit: la nouvelle exploitation? (Éditions Textuel, 2018), parle du travail gratuit dans de nombreux secteurs d’activité, mais paradoxalement ne mentionne pas celui qui se trouve dans son champ d’activité.

Il faut chercher dans un numéro de la revue Genre, Sexualité et sociétés4 pour trouver des articles qui osent poser de front ces thématiques à l’université : travail gratuit, rapports de domination hiérarchiques, le fait de payer pour travailler (inscriptions aux colloques, frais de déplacement… )

On peut regretter que la sociologie critique ne se tourne pas plus vers les rapports sociaux de pouvoir dans le travail universitaire. On constate que commencent à être évoqués les rapports sociaux de pouvoir sexuels à l’Université. Mais, il serait intéressant que des enquêtes soient menées sur le recours au travail gratuit de précaires et de non-statutaires pour faire fonctionner la recherche universitaire.

Grille d’observation de la division sociale du travail dans différents espaces

La grille ci-dessous vise à objectiver la division du travail dans différents espaces.

Bien souvent les militants qui veulent effectuer une critique des discriminations et des inégalités sociales en reste à une simple déconstruction des normes et des représentations.

Les plus déconstruits seraient celles et ceux qui ont le discours le plus “politiquement correct”. La grille ci-dessous prétend aller plus loin en fournissant un outils d’objectivation qui ne se contente pas de grands discours et qui objective les pratiques. Ne nous payons pas de mots: observons les pratiques.

Observons les rapports sociaux en pratique et l’intersectionnalité de ces rapports: comment dans la division du travail s’agencent le sexe, la race et la classe sociale ? Il est ainsi possible qu’en situation un rapport social prenne le pas sur d’autres. Qui détient véritablement le pouvoir en analysant la manière dont s’organisent les tâches: qui prend les décisions, qui effectue les tâches chronophages et peu valorisées…

Cette grille d’observation peut être utilisée sur des lieux de travail, dans des espaces militants ou associatifs…

La grille d’observation vise à objectiver la division sociale du travail sous différents angles: conversationnel, prise de décision, répartition des postes, effectuation réelle des tâches. Elle prend en compte également les phénomènes d’exclusion: le fait qu’un groupe soit sous-représenté ou absent.

 

Thématiques d’observation

Comptabilisation

Le travail conversationnel (1):

comptabiliser la répartition des prises de parole, le temps de parole, les interruptions…

– entre personnes assignées socialement comme hommes/femmes (2)

– entre catégories professionnelles (3)

– entre personnes perçues socialement comme racisés et blancs (4)

La répartition des postes

Comptabiliser comment chaque groupe est réparti dans les postes en fonction de son groupe social (sexe, race sociale, classe): poste de direction, poste d’exécution

La répartition des prises de décision

Comptabilisation des prises de décision en fonction de l’importance de la décision et du groupe social des personnes (sexe, race sociale, classe)

La répartition des tâches

Déterminer les différentes tâches et le temps passé sur chaque tâche par chaque individu en fonction de son groupe social (sexe, race sociale, classe)

Exclusion

Y-a-t-il des groupes sociaux qui sont absents ou sous-représentés ? Y-a-t-il des tâches qui ne sont pas rendues accessibles ( en particulier aux personnes en situation de handicap)?

La rémunération

– les inégalités salariales

– le temps de travail gratuit

– le temps de travail gratuit relativement à la rémunération par ailleurs des personnes…

 

(1) Corrine Monnet. URL: https://infokiosques.net/imprimersans2.php?id_article=239

(2) On ne se basera pas ici sur les auto-catégorisation, mais sur les assignations sociales.

(3) Lorsque les personnes ne sont pas encore en âge travailler, il est possible de prendre en compte le CSP des parents, ou le niveau de formation des personnes.

(4) Il s’agit ici de “perçues comme” et non pas de réalités biologiques.

———————————————————————————————————————————————————-

1Xavier Dunezat, « La division sexuelle du travail militant dans les assemblées générales : le cas des mouvements de « sans » », Amnis [En ligne], 8 | 2008

2hooks, bell, Lowens, Randy (2011). How Do You Practice Intersectionalism? An Interview with bell hooks, North Eastern Anarchist #15 (en ligne : https://blackrosefed.org/intersectionalism-bell-hooks-interview/)

3Entretien avec Silvia Federici « La chaîne de montage commence à la cuisine, au lavabo, dans nos corps » (2013) – https://lavoiedujaguar.net/Entretien-avec-Silvia-Federici-La

4Virginie Dutoya, Sarah Kiani, Amélie Le Renard, Cha Prieur et Florian Vörös, « Introduction. Analyses féministes des rapports de domination dans l’enseignement supérieur et la recherche », Genre, sexualité & société [En ligne], 22 | 2019 ;


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search