Le distantiel va-t-il supprimer des postes à l’Université ?

Auteure : Irène Pereira

Une approche à partir de la pédagogie critique dialogique

Avec la pandémie COVID, s’ouvre la possibilité d’expérimenter à large échelle le travail à distance à l’université. Mais n’est-ce pas la porte ouverte à ce que le numérique puisse supprimer des postes d’enseignant-e-s dans le supérieur à large échelle ?

On peut penser immédiatement à l’amphithéâtre qui pourrait être réalisé par un seul enseignant pour des centaines d’étudiants simultanément. Néanmoins, une telle éventualité est-elle inévitable ?

Il faut comprendre que tout type de relations d’enseignement ne peut pas être réalisé par une machine. Ce que les machines ne parviennent pas à effectuer ce sont les interactions humaines. C’est ce que montre le célèbre test de Turing.

Or le point faible selon les étudiants des cours à distance, c’est le manque d’interactions avec les enseignants.

En outre, des travaux sur l’acquisition du langage ont montré que les interactions humaines sont bien plus efficaces que l’exposition des enfants à des programmes télévisés éducatifs sans interactions.

On peut donc énoncer une loi de la pédagogie dialogique : « plus un enseignement est basé sur l’interaction, plus difficile il est de remplacer l’enseignant-e ».

Cette thèse s’oppose à deux autres conceptions  de l’enseignement:

La première est que l’enseignement se caractérise par la transmission de connaissances. Le coeur de l’acte d’enseignement serait la transmission de contenu.

La deuxième conception consiste à considérer que le coeur de l’enseignement serait la mise en activité autonome des apprenant-e-s par de l’auto-formation individuelle ou à travers des interactions entre pairs. L’idéal de l’enseignement serait alors l’autodidaxie.

La conception dialogique de l’enseignement considère que le coeur de la relation d’enseignement est l’interaction dialogique entre un-e enseignant-e, qui possède une expertise dans un domaine donné, et des apprenant-e-s.

On peut prendre deux exemples :

– Les travaux dirigés : une des limites des visio-conférences, c’est qu’avec 30 étudiants en simultanés, on se retrouve à parler face à des icônes de micro-coupés. On perd une grande partie des interactions avec les étudiants. En outre, il n’est pas aisé de faire cours et de se concentrer en même temps sur le tchat.

Une solution consiste par exemple sur un TD de trois heures avec 30 étudiant-e-s à diviser la classe en 4 groupes de 7/8 étudiant-e-s. A partir de la visio-conférence, on crée 4 salles dans laquelle chacun des groupes travaille en autonomie. L’enseignant-e quant à lui ou elle passe 40 minutes avec chacun des groupes pour reprendre le travail qui a été fait par les groupes en autonomie. Durant le moment en autonomie, les étudiant-e-s ont bénéficié des échanges avec les autres étudiant-e-s.

L’enseignant-e peut alors interagir avec 7/8 étudiants dans le cadre d’une visio-conférence avec caméra ouverte pour chacun-e des participant-e-s. Cela permet à l’enseignant-e de faire des retroactions davantage personnalisées à chaque étudiant-e-s. Cela facilite aussi l’expression des étudiant-e-s dans des groupes de petites tailles. On peut même instaurer la règle qu’un étudiant ne peut plus prendre la parole tant que les 6 autres ne l’ont pas toute prise au moins une fois.

– Le cours en amphithéâtre : Lors du cours en amphithéâtre à distance, il est facile de remplacer l’enseignant par une vidéo pré-enregistré qui débite le cours. En revanche, si l’enseignant-e considère que son rôle réside dans l’intéraction, il ou elle se concentre alors sur l’animation du tchat en parallèle de la video qui est projetée.

Si l’enseignant-e fait résider son activité principale pendant le cours à interagir avec les étudiant-e-s au sujet de la video qui est projetée, alors il n’est plus possible qu’un même enseignant puisse interagir en même temps avec des centaines d’étudiants. Il devient nécessaire de limiter le nombre d’étudiants pour que l’enseignant puisse interagir pour expliquer les points qui ne sont pas bien compris durant la diffusion de la video quitte à stopper la diffusion pour reprendre un point.

 Plus les enseignant-e-s conçoivent des modalités d’enseignement à distance où les interactions complexes sont fondamentales (pas de simples sondages), plus il devient difficile de se passer des enseignant-e-s et d’augmenter démesurément le nombre d’étudiant-e-s. La qualité d’une relation d’enseignement réside dans la qualité des interactions entre l’enseignant-e et les étudiant-e-s.

Les limites techniques:

Actuellement, les plateformes de classes virtuelles restent peu satisfaisantes sur le plan technique pour favoriser les interactions. En petits groupes, les interactions par audio et caméras sont de piètres qualités, et les images des participant-e-s par caméras se réduisent souvent à des petites vignettes.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search