Les dialogues de pédagogies radicales : Violences sociales et subjectivités

Auteure: Irène Pereira

Les dialogues de pédagogies radicales présentent une thématique de la pédagogie critique sous forme de dialogue. Le texte ci-dessous s’intéresse à la dimension psycho-sociale de la pédagogie critique.

Demande : Dans quelle mesure peut-on dire que la pédagogie de Paulo Freire s’inscrit dans une perspective psycho-sociale ?

Réponse : En s’intéressant à la conscientisation, Paulo Freire situe son approche à la croisée entre le social et le psychologique. En effet, il établie un lien entre le social, l’éducation et le niveau de conscience sociale critique de l’individu. Le social induit un certain niveau de conscience critique chez les individus, mais il est néanmoins possible d’agir sur ce niveau de conscience par l’éducation. Il y a donc une autonomie relative de la subjectivité par rapport à l’organisation sociale.

D : Comment peut-on analyser le lien entre souffrance subjective et violences sociales ?

R : Il faut dire que les approches de la souffrance subjective, par exemple de l’angoisse, que ce soit en philosophie ou en psychologie, ne font pas toujours le lien avec le social. Par exemple, pour la psychanalyse, la souffrance névrotique de l’individu est reliée à son histoire personnelle familiale et non pas à l’organisation de la société dans son ensemble.

En outre, lorsqu’un fait social est pris en compte, comme dans le cas d’un traumatisme, comme le traumatisme de guerre, plusieurs approches considèrent que l’apparition ou non d’un stress post-traumatique, est lié non pas avant tout au fait en lui même, mais aux vulnérabilités psychiques du sujet. Soit que l’on va rechercher une vulnérabilité particulière au stress (comme dans les conceptions biologiques objectivistes), soit que l’on va chercher le déclenchement de sa souffrance dans une structure psychique névrotique pré-existente à l’évènement.

En effet, que ce soit concernant les violences sexistes ou les violences au travail, ce qui va être mis par exemple en avant, c’est que tous les sujets ne développent pas des souffrances pathologiques. De ce fait, ce ne serait pas avant tout le fait extérieur qui expliquerait le trouble mental (par exemple l’anxiété ou la dépression), mais une tendance du sujet à rechercher inconsciemment des situations d’agression (compulsion de répétition) ou encore une incapacité du sujet à s’adapter adéquatement au stress. De manière générale, ces approches tendent à rechercher dans un trouble de la personnalité (ou une névrose de caractère) l’origine des difficultés de la personne.

En définitif, peu d’approches mettent en avant l’origine sociale des souffrances psychiques. Il faut dire que du point de vue de la pratique, cela pose une difficulté. Si en effet, ce n’est pas le sujet qui est malade (ou vulnérable), mais la société, alors il semble que l’on ne puisse pas aider l’individu sans au préalable agir sur la société. Or les individus veulent pouvoir être soulagés de leur souffrance individuelle rapidement.

D : A quels types de violences sociales s’intéresse la pédagogie critique et quelle est son analyse de ces violences sociales ?

R : Du point de vue de la pédagogie critique, les violences sont analysées sous l’angle des violences systémiques. Cela signifie que les violences auxquelles s’intéressent la pédagogie critique sont celles qui sont liées à des rapports sociaux de pouvoir : violences sexistes, violences racistes, violences LGBTphobes, violence de classe sociale, violences discriminatoires, violences institutionnelles au travail…

La pédagogie critique à la différence d’autres approches distingue entre les relations sociales et les rapports sociaux de pouvoir qui est une distinction qui n’a pas été assez faite par exemple dans l’analyse institutionnelle et la pédagogie institutionnelle. Ces courants ont certes mis en avant l’existence de violences dans les institutions publiques et ont essayé de lutter contre. Mais, en s’appuyant sur la dynamique de groupe issue de la psychosociologie de Lewin, l’analyse institutionnelle s’est intéressée à mettre en lumière et à remettre en question les relations de pouvoir dans les groupes plus que les rapports sociaux de pouvoir.

Néanmoins, cela est différent d’une approche qui consiste à analyser les rapports sociaux de classe, de sexe, de racisation qui traversent la société et que reproduisent les institutions. Ainsi, la violence et la maltraitance institutionnelle à laquelle s’intéresse la pédagogie critique est celle qui relève des discriminations systémiques et non pas des relations interpersonnelles comme dans le harcèlement moral.

D : En cela, peut-on dire que la pédagogie critique peut se rapprocher d’autres courants d’analyse des violences sociales ?

R : La pédagogie critique peut-être en cela rapprochée par exemple des thérapies féministes. En effet, à la différence de la psychologie dominante, les thérapies féministes ne recherchent pas dans un trouble de la personnalité dépendante, l’explication d’une tendance des femmes à être exposée à des violences conjugales. Les approches féministes en s’appuyant sur la notion d’évènements traumatiques et de mémoire traumatique, pour expliquer la souffrance psychique, mettent en lumière l’existence de faits extérieurs dans le déclenchement de la souffrance. Ce qui est perçu par la psychologie dominante comme une réaction pathologique du sujet est analysé dans la perspective féministe comme la réaction normale à une agression extérieure.

De même, la psycho-dynamique du travail de C. Déjours (d’inspiration psychanalytique) met en lumière le rôle des nouvelles organisations du travail dans la souffrance psychique des travailleurs. Celle-ci n’est pas à rechercher dans un trouble de l’adaptation (tiré du DSM) qui serait la marque chez le sujet d’une incapacité à réagir adéquatement au stress.

D : En quoi, ces analyses peuvent être éclairantes pour appréhender la question de la souffrance scolaire et des violences institutionnelles à l’école ?

R : Ces problématiques se retrouvent à plusieurs niveaux au sein de l’institution scolaire pour la pédagogie critique :

– le premier niveau, c’est dans celui de l’analyse des violences et maltraitances institutionnelles. L’humiliation scolaire, le harcèlement scolaire ne sont pas analysés seulement comme des relations de pouvoir, mais dans leur dimension de rapports sociaux de pouvoir : rapports sociaux de classe, LGBTphobies, violences sexistes, discriminations institutionnelles éthno-raciales.

– le second niveau, c’est celui des formes de management des travailleurs de l’Education et la manière dont se constitue un harcèlement institutionnel au travail.

D : Quelle est alors l’approche de la pédagogie critique relativement à ces problématiques ?

R : La première dimension c’est la conscientisation qui consiste dans ces cas à :

– récuser les interprétations de type psychologisante qui cherchent dans la personnalité du sujet la cause des violences. Par exemple, des élèves vont être identifiés comme ayant un profil psychologique de victimes ou comme ayant un « trouble oppositionnel » (tiré du DSM) par la psychologie dominante. Le « trouble oppositionnel » est utilisé pour caractériser la violence d’élèves réactionnelle à une violence sociale et institutionnelle discriminatoire dans le cas des élèves de classes populaires racisés.

– mettre en lumière au contraire les explications sociales des violences en montrant comment il existe des violences relevant de relations sociales et d’autres de rapports sociaux de pouvoir . Sachant que la pédagogie critique s’intéresse plus particulièrement à celles qui relèvent de rapports sociaux de pouvoir.

– en déconstruisant les explications psychologiques culpabilisantes (psychologie individuelle) et naturalisantes (cherchant une origine dans la biologie de l’individu) des violences.

D : Comment peut-on agir pour lutter contre ces violences sociales ?

R : On peut dire que la réponse classique de la pédagogie critique est à la fois collective et institutionnelle :

– Collective : cela veut dire que pour Paulo Freire, c’est collectivement qu’il est possible de lutter contre les violences sociales. C’est l’idée également que l’on trouve dans la psycho-dynamique du travail qui insiste sur l’importance de restaurer les collectifs de travail.

C’est également une idée que l’on va retrouver dans la pédagogie institutionnelle avec la mise en place du « conseil d’élèves » qui permet de réguler collectivement les violences. Néanmoins, comme cela a déjà été souligné, il est nécessaire que cela se fasse en explicitant sociologiquement l’existence de rapports sociaux de pouvoir et non pas en se limitant à tout englober sous des relations sociales de pouvoir.

– Institutionnelle : cela veut dire qu’il s’agit à minima d’essayer de transformer le fonctionnement des institutions étatiques. C’est le rôle en particulier de syndicats ou d’associations qui luttent contre les discriminations ou contre les violences institutionnelles au travail.

D : Néanmoins, est-ce que l’on ne bute pas à nouveau sur une difficulté qui est celle de la souffrance individuelle ? En effet, si les causes de la souffrance sont sociales, il y a également une manière individuelle et subjective de souffrir des violences sociales. C’est le rôle des approches psychothérapeutiques herméneutiques (comme par exemple la psychanalyse ou la psychologie humaniste ou existentielle) de s’intéresser à cette dimension subjective.

Or quelle réponse peut apporter la pédagogie critique à cette dimension ? Dans quelle mesure le sujet peut-il faire face en tant qu’individu à ces violences sociales ?

R : Là on aborde non plus la dimension de l’empowerment collectif, mais de l’empowerment individuel. Il y a plusieurs axes :

– il y a l’empowerment par l’éducation aux droits : il s’agit de former par exemple les élèves ou les personnels de l’éducation à leurs droits et recours juridiques face à des situations de violences discriminatoires dont ils ou elles sont victimes

– il y a également la réflexion et l’entraînement à des stratégies pour résister ou se protéger en tant qu’individu. Mais là encore, il faut faire attention que c’est une dimension qui doit être abordée avec précaution de manière à ne pas retomber dans le travers des « stratégies de coping » pour faire face au stress (coping d’aide, d’information ou d’action) qui peuvent conduire à l’idée que c’est sur l’individu que repose la responsabilité de se protéger des violences sociales.



Citer ce billet
pedaradicale (2020, 15 août). Les dialogues de pédagogies radicales : Violences sociales et subjectivités. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ss93

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search