Du counseling feministe au counseling scolaire pour la justice sociale

Auteure: Irène Pereira

Ce texte s’intéresse au cas du counseling (relation d’aide)1 scolaire pour la justice sociale. L’histoire des idées en pédagogie montre une circulation importante entre le champ de la psychothérapie et de la pédagogie : pédagogie institutionnelle (psychanalyse), pédagogie non-directive (psychologie humaniste)… Le counseling scolaire se caractérise également par la circulation d’approches provenant de champs disciplinaires différents. Cependant ce qui nous intéressera en particulier est le fait de savoir dans quelle mesure la perspective qui est celle du counseling scolaire pour la justice sociale pourrait nourrir une réflexion sur la mise en œuvre de stratégies d’intervention intersectionnelle dans les espaces éducatifs scolaires ou non scolaires en France.

Il nous semble qu’une meilleure connaissance de ces approches de counseling et d’une réflexion sur leurs transpositions en France pourrait avoir un impact positif sur les pratiques de formation et de prise en charge en matière de lutte contre les discriminations et les violences à caractère discriminatoires.

I- Genèse des idées et des pratiques du counseling féministe

Les courants d’idées et de pratiques qui ont été à l’origine de cette approche.

– La pédagogie de Paulo Freire : Le lien entre la pédagogie de Paulo Freire et la pédagogie féministe a été assez bien documenté en particulier par la thèse de Vanina Mozziconacci2. Les relations sont en réalité assez complexes dans la mesure où nombre de féministes ont critiqué le manque de prise en compte de la perspective féministe dans les premiers travaux de Paulo Freire. En outre, cette réception ne s’est pas faites sans malentendus car ce qui a été appelé à tort « la méthode Freire » aux Etats-Unis a été constitué bien souvent en réalité par un mixte avec l’approche centrée sur la personne de Carl Rogers.

– La thérapie radicale et les thérapies féministes : Dès les années 1960, les thérapies radicales et les thérapies féministes vont critiquer les approches dominantes dans le champ de la psychiatrie et de la psychothérapie. La thérapie radicale en s’inspirant de Paulo Freire et d’Augusto Boal établit une double équation3 :

oppression + mystification + isolement = aliénation

conscience de son oppression + contact avec les autres + action = libération.

Entre autres pratiques, inspirée du théâtre de l’opprimé d’A. Boal, la thérapie radicale se propose de chasser le « flic dans la tête » à savoir de déconstruire les discours sociaux de domination qui sont intériorisés par les sujets et qui constituent des empêchements à agir. Par ailleurs, la psychiatrie radicale s’appuie sur l’analyse transactionnelle et en particulier sur une réflexion autour du triangle de Berne : agresseur – victime – sauveur.

Les thérapies féministes de leur côté s’opposent aux biais sexistes qui grèvent la prise en charge des femmes. Les théories psychothérapeutiques étant souvent produites par des hommes avec une perspective masculine : les psychothérapeutes étant alors souvent des hommes. Il s’en suit alors que la cause des violences sexuelles et sexistes subies par les femmes est cherchée dans leur personnalité ou dans leurs histoire psychique personnelle. Au contraire, les thérapies féministes mettent en avant les rapports sociaux de sexe, et non pas la personnalité des victimes, dans l’explication des violences subies par les femmes. Pour ces approches : « le personnel est politique ». Ce qu’il est possible de comprendre de la manière suivante : il n’est pas possible d’aborder les questions psychologiques sans les référer à des problèmes socio-politiques.

– Le counseling rogerien : Même s’il n’est pas exactement l’inventeur de la notion de counseling (relation d’aide), la notion reste fortement rattachée à la figure du psychothérapeute et pédagogue Carl Rogers4. Ce dernier est connu pour son approche centrée sur la personne qui s’appuie sur trois axes : la congruence5, l’empathie et l’acceptation inconditionnelle. Fondateur de la psychologie humaniste, il est également connu pour son approche pédagogique non-directive où l’enseignant n’est pas un expert qui transmet le savoir, mais un facilitateur qui permet aux étudiants de réaliser leurs buts d’apprentissage et de réalisation de soi.

– Le counseling scolaire : Le counseling scolaire existe depuis le début du XXe siècle aux Etats-Unis et a gagné par la suite plusieurs pays dans le monde6. Il est utilisé entre autres pour gérer de nouvelles problématiques éducatives telles que par exemple le décrochage scolaire ou le harcèlement à l’école. Le counseling scolaire peut s’adresser à un ou une élève en particulier ou à un groupe d’élèves (entre 8 et 12 personnes). Le ou la conseillère peut être dans une relation d’aide relativement à des élèves, mais son aide peut être également proposée aux familles ou également aux enseignants. Le counseling scolaire peut regrouper en réalité des missions très diverses dont l’une d’elle est le counseling scolaire orienté vers la justice sociale.

II- Counseling féministe et intervention féministe intersectionnelle

Ce deuxième point porte sur les stratégies d’intervention mises en place par l’intervention féministe intersectionnelle et le counseling féministe multiculturel. La relation d’aide qui est initiée dans ces cadres présentent plusieurs particularités : l’écoute empathique des personnes socialement discriminées et la validation de leurs ressentis, le non-jugement de leur personne et des stratégies qu’elles ont mises en place pour résister aux discriminations sociales subies, la mise en œuvre d’un travail de déconstruction des discours oppressifs intériorisés par les personnes socialement discriminées, l’augmentation du pouvoir d’agir des personnes en développant leurs capacités de choix et d’action.

– Le counseling féministe : Au cours de son histoire, le counseling féministe a évolué pour intégrer une grille de lecture multiculturaliste et intersectionnelle7. Diane Gehart présente de la manière suivante le « code d’éthique » du counseling feministe : – Reconnaître l’impact de la culture dominante sur les normes – Reconnaître les différences de pouvoir – Établir une relation de conseil responsable – Promouvoir le changement social ». Le counseling féministe a développé un ensemble de stratégies d’intervention qui sont souvent reprises d’autres approches antérieures (thérapie systémique, mouvement sociaux…) : groupe de conscientisation, relabeling (ré-éttiquetage), biblio-thérapie (lectures féministes)….

– L’intervention féministe intersectionnelle : L’intervention féministe a été en particulier développée au Quebec à partir des années 19808 . Il s’agit d’une pratique proche de celle initiée aux Etats-Unis par le counseling féministe. Plusieurs présupposés et stratégies d’intervention sont les mêmes. On peut citer entre autres le recadrage (ou reframing) issu à l’origine de la thérapie systémique. Il s’agit d’une stratégie d’intervention qui présente des points communs avec la conscientisation chez Paulo Freire. En effet, l’objectif est de modifier l’interprétation d’une situation en passant par exemple d’une échelle micro-sociale à une échelle macro-sociale.

Depuis une quinzaine d’année, l’intervention féministe au Quebec a connu un tournant intersectionnel9. Il s’est agit en particulier d’éviter les biais ethnocentriques et racistes dans la prise en charge des problématiques de violences sexistes et sexuelles avec des femmes migrantes ou autochtones par exemple.

III- Le counseling scolaire pour la justice sociale et ses possibles transpositions en France

La mise en œuvre de perspectives pour la justice sociale dans le cadre du counseling scolaire s’est nourrie entre autres de l’expérience du counseling féministe et de la pédagogie de Paulo Freire.

– Le counseling scolaire pour la justice sociale10 :

Le counseling scolaire, prenant en compte une perspective de justice sociale aux Etats-Unis, a puisé principalement à deux sources : le counseling feministe et counseling multiculturel11. Le code éthique de l’Association Américaine des conseillers scolaires insiste sur leur mission concernant la justice sociale dans les écoles12.

Certains auteurs aux Etats-Unis se sont intéressés à la manière dont l’empowerment et la justice sociale pouvaient être appliqués dans le cadre du counseling scolaire : « Hipilito-Delgato et Lee (2007)13 proposent que les principes de justice sociale soient appliqués dans les écoles par les counselors (conseillés) scolaires. Ils affirment qu’il s’agit de développer l’empowerment des élèves, qu’ils doivent se libérer de l’oppression et de l’oppression intériorisée. (…) Les conseillés scolaires peuvent utiliser leurs positions pour développer la conscientisation en incluant des curricula non-eurocentriques, en informant les étudiants sur les oppressions, en reliant les oppressions au contexte socio-économique »14. Hipolito-Delgado et Lee s’appuient sur les théoriciennes féministes du counseling et sur Paulo Freire pour reprocher au counseling scolaire classique de ne pas assez viser l’empowerment des groupes socialement discriminés. Ils dégagent quatre axes d’intervention: le développement de la conscience critique (conscientisation), le développement d’une identité positive, encourager l’action sociale, faciliter l’empowerment communautaire. L’article suscite alors une controverse dans la revue Professional School Counseling.

D’autres auteurs se sont intéressés par la suite de manière plus empirique aux pratiques de counseling scolaire qui pouvaient mises en relation avec le counseling féministe15. De manière générale, ces études s’intéressent au croisement entre counseling scolaire et justice sociale, en particulier multiculturalisme et féminisme, qui comprend quatre axes : l’adovacy (le plaidoyer), la prévention, l’intervention et l’empowerment.

– Les possibles transpositions en France :

L’enjeu d’une étude du counseling féministe vise à réfléchir à la possible transposition professionnelle d’aspects du counseling axé sur la justice sociale en éducation :

– le développement de stratégies d’intervention en counseling éducatif intersectionnel adapté au contexte français (en s’appuyant entre autres sur la sociologie critique, les recherches en études de genre, la psychologie humaniste et existentielle (clarification de valeurs…)…)

– dans le champ scolaire : l’inclusion dans la formation du personnel scolaire de perspectives et de stratégies d’intervention issues du counseling féministe et du counseling scolaire pour la justice sociale.

– dans le champ éducatif hors école : développement de formations au counseling féministe permettant une relation d’aide sensible aux questions de discriminations et d’inégalités sociales.

– dans un contexte de prise de conscience plus général dans la société française des violences faites aux femmes : mieux former les professionnelles de l’éducation au repérage et à la prise en charge dans les espaces éducatifs des jeunes femmes victimes de violences.

– de manière générale, mieux former les professionnels éducatifs à la prise en charge des personnes en situation de discrimination sociale pour raisons économiques, éthno-raciales, de genre ou de sexualité, de handicap…

1VINCENT, Denise, et NAZIR Hamad. « Le counseling. Entretien avec Catherine Tourette-Turgis », Journal français de psychiatrie, vol. no12, no. 1, 2001, pp. 38-38. TOURETTE-TURGIS Catherine, Le counseling, Paris, PUF, 1996.

2Vanina MOZZICONACCI, Le sujet du féminisme peut-il faire l’objet d’une éducation ? Essai sur les théorisations féministes de la relation et de l’institution, Thèse de doctorat, 2017.

3LEGAULT Gisèle, « Le courant de psychiatrie radicale et l’intervention auprès des femmes (une expérience californienne) », Structures intermédiaires ou alternatives?, Volume 8, numéro 1, juin 1983.

4ROGERS, Carl. La relation d’aide et la psychothérapie. Paris. ESF Sciences Humaines, 2019.

5Notion que l’on retrouve également chez Paulo Freire sous la dénomination de « consistance ».

6CORNELIUS-WHITE, Jeffrey H. D, Teresa K. COLEMAN, et Michael BEHR. « Des pratiques internationales en counseling scolaire centré sur la personne », Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche, vol. 15, no. 1, 2012, pp. 48-54.

7WORELL, Judith et REMER, Pamela. Feminist perspectives in therapy: Empowering diverse women. John Wiley & Sons, 2002.

8BOURGON, Michèle et CORBEIL, Christine. Dix ans d’intervention féministe au Québec: bilan et perspectives. Santé mentale au Québec, 1990, vol. 15, no 1, p. 205-222.

9CORBEIL, Christine et MARCHAND, Isabelle. Penser l’intervention féministe à l’aune de l’approche intersectionnelle: défis et enjeux. Nouvelles pratiques sociales, 2006, vol. 19, no 1, p. 40-57.

10La finalité de justice sociale étant devenue un objet de réflexion dans la formation en counseling depuis la moitié des années 2000 sous l’effet entre autres du féminisme et du multiculturalisme: LEE, Courtland C. (ed.). Counseling for social justice. John Wiley & Sons, 2018. POPE, Mark, et al., eds. Social Justice and Advocacy in Counseling: Experiential Activities for Teaching. Routledge, 2019.

11Voir entres autres : PONTEROTTO, Joseph G. (ed.). Handbook of multicultural counseling. Sage, 2010.

12ASCA Ethical Standards for School Counselors – URL : https://www.schoolcounselor.org/asca/media/asca/Ethics/EthicalStandards2016.pdf

13HIPOLITO-DELGADO, C. P., & LEE, C. C. Empowerment theory for the professional school counselor: A manifesto for what really matters. Professional School Counseling, 10(4), 2007, 327–332. https://doi.org/10.5330/prsc.10.4.fm1547261m80x744

14IRBY, Beverly, BROWN, Genevieve H., LARAAIECIO, Rafael, et al. (ed.). Handbook of educational theories. IAP, 2013, p.535.

15Voir entre autres : MC MAHAN, E. H., SINGH, A. A., URBANO, A., & HASTON, M. (2010). The Personal is Political: School Counselors’ Use of Self in Social Justice Advocacy Work. Journal of School Counseling, 8(18), n18, 2010 ; PADILLA, Alejandro. Empowering Chicana/o and Latina/o students: A framework for high school counselors. California State University, Long Beach, 2014.GREENE, Jennifer. H.. The Multicultural School Counseling Behavior Scale: Development, Psychometrics, and Use. Professional School Counseling. N°11, 2018.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search