Les dialogues de pédagogies radicales : La question du consentement

Auteure: Irène Pereira

Les dialogues de pédagogies radicales abordent une question de la pédagogie critique sous forme de dialogue. Le texte ci-dessous est consacré aux difficultés du consentement et la manière dont elles peuvent être abordées à partir d’une théorie critique d’inspiration freirienne.

Demande : Si la question du consentement est souvent évoquée par exemple dans le féminisme, concernant en particulier la sexualité, c’est une notion qui ne va pas sans poser des problèmes complexes. On peut même dire que sur cette question, il y a plusieurs approches. On peut considerer qu’il y a tout d’abord une théorie libérale du consentement, centrée sur l’autonomie de la volonté.

R : Il est vrai qu’une partie de la théorie féministe sur le consentement se rapproche de la théorie libérale, au point qu’elle puisse parfois chez certaines être confondue avec celle-là. C’est le cas par exemple chez la juriste Marcela Iacub qui a en réalité, non pas une conception féministe du consentement, mais plutôt libérale.

La théorie libérale du consentement considère que l’on a à faire à des sujets libres et égaux. L’important, c’est alors de s’assurer du consentement libre et explicite. Il ne faut pas que le consentement ait été obtenu par violence ou tromperie. Il ne faut pas non plus le présupposer implicitement. Il faut s’assurer qu’il est bien réel.

Il y a une autre condition de la théorie libérale du consentement, c’est que celui-ci, sauf cas particulier, est lié à la volonté du sujet et donc ne peut être représenté1. D’une certaine manière, cette autonomie du sujet qui doit être la base du consentement est également revendiquée dans les milieux féministes lorsqu’il s’agit d’affirmer : « ne me libère pas, je m’en charge ». Ce qui est récusé, c’est une conception paternaliste.

La théorie libérale du consentement a été ensuite également appliquée dans le domaine médical pour lutter contre ce qui est appelé le paternalisme médical.

Néanmoins, la théorie de l’autonomie du consentement se heurte à certaines difficultés lorsqu’on désire l’élargir à toutes les personnes et toutes les situations. Yves Bonnardel a consacré un ouvrage à La domination adulte. Il prend par exemple position pour le droit des enfants à ne pas aller à l’école et à pouvoir travailler s’ils le veulent à partir du moment où ils en expriment la volonté. L’auteur donne un certain nombre d’arguments, certes discutables, mais en apparence entendables.

Cependant, il y a une thématique qu’il se garde bien d’aborder dans son ouvrage, c’est la sexualité des enfants. En effet, peut-on accepter que même si une enfant de 11 ans est consentante, elle puisse avoir des relations sexuelles avec des adultes ? Plusieurs affaires récentes, sur le plan judiciaire (le cas de Sarah, une enfant de 11 ans) ou même de manière différente le cas de Vanessa Springora (au sujet de sa relation avec l’écrivain Gabriel Matzneff), ont amené cette question dans l’espace médiatique.

Contre les thèses relatives à l’émancipation de la sexualité des enfants des années 1970, nous avons tendance aujourd’hui à considérer comme légitime un paternalisme concernant la sexualité des enfants. Ce qui est d’ailleurs tout à fait étonnant, c’est le temps qu’il a fallu à un certain nombre d’intellectuels, pour y voir plus clair sur cette question. L’émancipation de la sexualité des enfants mineurs ayant tendance sans doute à être amalgamée avec la libération sexuelle des femmes (autrefois elles aussi considérées juridiquement comme des mineures).

D : Cette thèse selon laquelle il y a des personnes vulnérables qu’il faut protéger, c’est une idée que l’on retrouve dans l’éthique du care.

R : Effectivement, l’éthique du care ne part pas, contrairement au libéralisme, d’une conception du sujet humain pensé comme autonome. Elle part en particulier de relations de soin avec des personnes en situation d’extrême dépendance : ce sont les très jeunes enfants, ce sont par exemple les personnes âgées atteintes de la maladie de l’Alzheimer, ce sont des formes de handicap ou de maladie très lourdes… Ces cas se caractérisent entre autres par le fait qu’il n’est pas possible de se voir communiquer la volonté de la personne avec certitude.

A partir de ces situations de très grande dépendance, la théorie du care essaie d’élargir sa focale pour penser ce que pourrait être une société du care ou encore une politique du care. L’intérêt de cette approche c’est qu’il s’agit d’une réflexion sur une société qui accorde une place réelle aux personnes en situation d’extrême dépendance.

Néanmoins, cette approche a été critiquée par les militants anti-validistes qui s’inscrivent dans le modèle social du handicap. Ils et elles reprochent à la théorie du care, non pas de favoriser l’autonomisation des personnes en situation de handicap, mais de les maintenir dans une relation de dépendance et donc de domination.

D : Outre ces deux conceptions, la théorie libérale et celle du care, on peut dire qu’il y a également du théorie marxiste ou matérialiste du consentement.

R : En effet, dans l’approche marxiste, il y a un soupçon qui s’établit sur la liberté de choix des individus et donc sur leur consentement. Par exemple, le contrat de travail n’est pas conçu, contrairement à la conception libérale du consentement, comme reposant uniquement sur l’autonomie de la volonté de chaque contractant. La relation salariale est analysée par Marx comme un rapport social de pouvoir, et donc inégalitaire. Il y a d’un côté un capitaliste qui détient les moyens de production et de l’autre un salarié qui n’a que sa force de travail à vendre.

Les individus ne sont pas conçus comme des êtres libres et égaux sur le marché du travail. De ce fait, la conception libérale du consentement apparaît comme une fiction idéologique qui sert en réalité à masquer le rapport social de pouvoir. De ce fait, les politiques sociales-démocrates, en matière du droit du travail, doivent avoir pour objectif de protéger le salarié contre la relation inégalitaire de capitaliste, d’en limiter les effets.

En cela, il peut y avoir une certaine proximité entre les politiques réformistes d’inspiration marxiste et les politiques du care sur le rôle protecteur que doit jouer l’État social relativement aux personnes.

Ce type d’analyse du consentement se retrouve chez les féministes radicales matérialistes. Celles-ci vont considérer que le consentement formel de la femme ne suffit pas à déterminer qu’il a été obtenu librement. Cela va induire les débats sur la prostitution ou de manière générale le travail du sexe. En effet, étant donné qu’il s’agit d’une relation de travail, alors le consentement libre des travailleurs/ses est toujours sujet à une suspicion, d’autant plus s’il s’agit d’une relation hétérosexuelle, qui est perçu, comme recouvrant toujours, dans une société sexiste un rapport de pouvoir des hommes sur les femmes. C’est la question du continuum économico-sexuel chez Paola Tabet : le mariage aussi bien que la prostitution sont des rapports de pouvoir économiques.

La difficulté porte donc sur l’interprétation du consentement par exemple dans une perspective socialiste libertaire : doit-on considérer que les sujets opprimés sont autonomes (« ne me libère pas je m’en charge ») ou doit-on considérer qu’ils sont soumis à des rapports sociaux de pouvoir qui fait peser un soupçon sur l’autonomie de leur consentement ?

D : C’est une question comme on l’a vu qui ne reçoit pas une réponse satisfaisante dans aucune des trois théories qui ont été présenté précédemment. Il ne s’agit donc pas de penser qu’il peut y avoir une réponse complètement satisfaisante à cette question. Néanmoins, comment va se positionner la théorie critique de Paulo Freire par rapport à cette question ?

R : Paulo Freire n’a pas cherché à répondre directement sur un plan philosophique à cette question. Mais l’on possède des éléments d’orientation dans son œuvre qui nous permettent de réfléchir à cette question dans une perspective freirienne. Il y a deux points qui peuvent être soulignés :

– le premier, c’est la distinction qu’il effectue entre déterminisme social et conditions sociales

– le second, c’est l’importance qu’il accorde dans son œuvre à la question de l’encapacitation (augmentation du pouvoir d’agir).

D : Commençons par la distinction entre déterminisme social et conditions sociales. En quoi cette distinction permet-elle un positionnement original par rapport à la question du consentement ?

R : Cela conduit en réalité à refuser aussi bien la théorie libérale du consentement que la théorie matérialiste réductionniste.

Le problème d’une théorie matérialiste réductionniste, c’est qu’elle a du mal à laisser une marge de choix à l’individu. Si tout est déterminé, chaque action est simplement l’effet de causes antérieures. Sur ce plan, comment expliquer par exemple, qu’une femme en situation de précarité choisisse plutôt d’être caissière ou plutôt de se prostituer ?

On pourra dire qu’il y a des déterminations sociales qui font qu’elles s’oriente plutôt vers tel choix que vers tel autre : par exemple, la rencontre d’une personne qui peut avoir une influence sur elle.

Mais en fait, cela n’est pas totalement satisfaisant, car si le déterminisme social est la seule cause comment expliquer les différences de trajectoires sociales entre deux frères ou deux sœurs, imaginons mêmes entre deux jumeaux. On peut sur ce plan ensuite faire intervenir l’histoire personnelle ou la génétique. Mais, cela ne reste pas totalement satisfaisant pour les raisons suivantes.

En effet, prenons un autre cas : celui d’un dignitaire nazi. Peut-on simplement considérer que ses choix sont entièrement l’effet d’un déterminisme social et qu’il n’y rentre aucune responsabilité individuelle ?

La position qui consiste à considérer qu’il s’agit de « conditions sociales » plutôt que de « déterminisme social » consiste à prendre en compte le contexte social contrairement à la théorie libérale. Tous les individus ne sont pas placés dans les mêmes conditions sociales. Par conséquent, leur espace de possibles n’est pas le même.

Cependant, au sein de cet espace de possibles, il existe une marge de manœuvre, une marge de choix, qui est néanmoins différente en fonction des conditions sociales dans lesquels chacun est placé.

D : Comment intervient dans ce cadre la question de l’encapacitation chez Paulo Freire ?

R : Certains ont pu comparer la question de l’encapacitation chez Freire à la théorie des capabilités chez Sen et Nussbaum2. Il est vrai que Paulo Freire est l’auteur d’une méthode d’alphabétisation, c’est-à-dire d’une méthode qui avait pour objectif d’apprendre à lire et à écrire aux opprimé-e-s. Il y a donc ici l’idée que l’autonomie du sujet opprimé-e n’est pas donnée immédiatement, mais qu’elle doit être construite en améliorant les conditions sociales qui permettent cette autonomie.

On peut le remarquer également dans la théorie de la conscientisation de Freire avec le passage de la conscience première à la conscience critique. Le sujet opprimé n’est pas contrairement à la théorie libérale doté d’une raison critique de manière innée. Cela dit la conscience première n’est pas non plus vide : elle suppose déjà une expérience sociale des rapports de pouvoir. Personne n’est totalement ignorant, personne n’est totalement savant. La connaissance est un processus. De même, l’émancipation est un processus sans terme assigné. Il n’y a pas de position d’un sujet omniscient.

Pour en revenir à l’encapacitation, on voit que cette conception se rapproche du modèle social du handicap. Le handicap est une construction sociale et il est nécessaire de mettre en œuvre les conditions pour permettre l’autonomie des personnes.

En cela, l’approche par le care a le mérite de vouloir partir d’une conception du social centrée sur les personnes vulnérables, mais dans ces formes trop unilatérales, elle tend à négliger l’importance de l’autonomisation. (En effet, il y a plusieurs conceptions de la théorie du care et il est difficile d’examiner tous les aménagements fait au sein de cette théorie).

D : Cela dit les approches par le care vont souligner qu’il y a des personnes pour qui il n’est pas possible, même par des aménagements matériels, de parvenir à connaître, la volonté. Il y aurait de ce fait des personnes pour lesquelles l’idéal d’autonomisation semble impossible. Même Martha Nussbaum avec la théorie des capabilités le reconnaît : il y a des personnes qui semblent ne pas pouvoir accéder à l’idée que l’on se fait d’un sujet autonome.

R : Il semble ici que le problème, c’est plutôt celui de la relation de dépendance telle que la mentionne les conceptions marxistes. Le problème de la théorie du care à la base, c’est que la relation de dépendance serait bienveillante (même si bien évidement il y a là aussi des critiques internes à cette conception). Or on ne peut pas le présumer. Elle peut comme le souligne les théories matérialistes masquer des rapports sociaux de pouvoir.

De fait, à partir de cette discussion, on peut essayer d’énoncer les règles suivantes :

1) Il est souhaitable que la société assure les conditions matérielles d’autonomisation des personnes socialement opprimées.

2) Lorsqu’il existe un doute, liées aux conditions sociales de l’autonomie du consentement des personnes opprimées, celles-ci doivent pouvoir être protégées face à la relation de dépendance.

C’est d’ailleurs ce que fait d’une certaine manière la société. En effet, prenons le cas des violences conjugales, il existe des politiques publiques spécifiques pour pouvoir protéger plus les femmes à face à ces situations (même si ces politiques publiques sont aux yeux de bien des féministes insuffisantes).

D : Cependant, les féministes libérales considèrent qu’il s’agit de politiques paternalistes et victimaires. Pour celles-ci, il ne faudrait pas tant protéger les femmes de manière paternaliste que de renforcer son autonomie. C’est par exemple le type de position de Marcela Iacub.

R : Oui, on peut être d’accord avec l’objectif d’autonomisation tant qu’il est réalisable. Disons que d’un côté, les conceptions trop unilatérales du care tendent à oublier l’autonomisation, et de l’autre les conceptions libérales trop unilatérales ont tendance à oublier les rapports sociaux de pouvoir. Tout le problème est de ne pas négliger l’existence de rapports sociaux de pouvoir comme tend à le faire la conception libérale.

1Dans le cas de l’affaire suivante, c’est peut être là où se trouve la difficulté même pour une vision libérale du consentement, c’est que le consentement ne pouvait pas être exprimé explicitement par le sujet sans représentants. Le Goff, Alice, et Livia Velpry. « Que valent les bonnes intentions ? L’affaire Anna Stubblefield », Esprit, vol. décembre, no. 12, 2018, pp. 117-131.

2Dale Snauwaert (2011) Social justice and the philosophical foundations of critical peace education: Exploring Nussbaum, Sen, and Freire, Journal of Peace Education, 8:3, 315-331, DOI: 10.1080/17400201.2011.621371


Vous aimerez aussi...