Les dialogues de pédagogies radicales : L’importance de l’anti-validisme

Auteure: Irène Pereira

Les dialogues de pédagogies radicales abordent une thématique de la pédagogie critique sous forme de dialogue. Ce dialogue tente de montrer l’importance que peut revêtir la lutte contre le validisme et la radicalité des remises en question que cette lutte implique. Pour la pédagogie critique, la lutte contre le validisme revêt une importance particulière.

Demande : Qu’est-ce que le validisme ?

R : Le validisme est un système socio-politique qui repose sur la valorisation implicite d’une norme qui est la personne valide. Opposé à cette norme qui est rarement nommée, le valide, se trouvent les personnes en situation de handicap, qui n’ont d’autres points communs entre elles que d’être définies par leur supposée déficience par rapport à la norme de validité. C’est ainsi que se trouvent réunis pèle-mêles, les personnes avec un handicap psychique, physique, sensoriel, cognitif ou encore une maladie invalidante. Le handicap peut être visible ou invisible. D’ailleurs, une grande proportion des handicaps reconnus (80 % semble-t-il) sont invisibles.

D : En quoi lutter contre le validisme invite à repenser dans des formes, qui ne sont pas celles du libéralisme, l’autonomie du sujet ?

R. : Dans le libéralisme politique et économique, l’individu est pensé comme un sujet libre sans prendre en compte les conditions sociales de sa liberté. Avec le modèle social du handicap, contre le modèle médical, il n’est pas possible de penser l’autonomie d’une personne sans prendre en compte les conditions sociales qui rendent possible cette autonomie. Par exemple, l’autonomie d’une personne fauteuil roulant est limitée si les espaces publics ne leurs sont pas accessibles.

D. : Pourquoi l’anti-validisme remet-il en question non seulement le néolibéralisme, mais au-delà la logique de fonctionnement du système capitaliste ?

R : Le néolibéralisme valorise l’image d’un salarié hyper-performant et efficace selon des normes qui sont celles qui ont été pensées par les valides. De fait, la réflexion sur le validisme conduit à interroger les critères de la performance. Mais au-delà, cela conduit à interroger la valorisation même de la performance et de l’efficacité.

De son côté, le système capitaliste repose sur le dogme productiviste. De ce fait, dans un tel système une personne qui n’est pas productive n’a pas de valeur. Remettre en cause le validisme, c’est donc interroger la norme productiviste du capitalisme.

D : En quoi la lutte contre le validisme interroge la place donnée à la technique dans l’idéologie techno-capitaliste ?

R : Dans l’idéologie validiste, le handicap est vu comme une déficience, comme un problème qu’il faudrait guérir, alors que les personnes considérées comme handicapées ne demandent pas nécessairement à guérir de leur handicap. Comme d’habitude dans le système capitaliste, s’il y a un problème – en l’occurrence le handicap – alors on peut lui trouver une situation technique. C’est ainsi que l’on a voulu par exemple imposer l’implant cochléaire comme solution aux personnes sourdes.

D : La lutte contre le validisme questionne également le bio-pouvoir médical.

R : Le monde médical n’échappe pas effectivement à des biais validistes. Il a tendance, du fait du modèle médical du handicap, à considérer les personnes en situation de handicap comme des personnes déficientes et en situation de dépendance, à laquelle il faut appliquer des solutions technoscientifiques. Plus encore qu’avec des personnes valides, le paternalisme médical tant à s’imposer sur les personnes en situation de handicap, sans compter les nombreuses discriminations dont elles font d’emblée l’objet. Par exemple, le fait que le matériel médical n’est pas forcement adaptée à leur handicap.

D: La lutte contre le validisme de manière assez étonnante critique également l’approche par le care.

R : Les éthiques féministes du care valorisent le soin à l’autre et donc portent en elles une critique de la relation individualiste-libérale et la vision de l’être humain comme performant. Néanmoins, l’accent mis par le care sur la vulnérabilité conduit à instaurer une relation paternaliste dans la relation de soin relativement aux personnes dépendantes.

C’est pour cela que l’anti-validisme constitue une lutte qui a un sens profond car elle nous oblige à redéfinir nos catégories classiques de ce qu’est un sujet. Elle nous montre que la conception libérale de l’individu, détachée des conditions sociales n’est pas tenable.

Mais elle récuse également les conceptions qui négligent l’aspiration des sujets à être reconnus comme autonomes et à avoir le pouvoir de décider de leur existence sans être soumis à quelqu’un d’autre.

D : L’aspiration du sujet, en situation de handicap, à être reconnu se pose également à travers la revendication des personnes en situation de handicap à être elles-mêmes, à ne pas être contraintes de se conformer à une norme validiste.

R : C’est le cas par exemple des personnes qui ont un handicap invisible et qui doivent s’astreindre à jouer la « normalité » pour ne pas être identifiées comme une personne en situation de handicap et être stigmatisées pour cela. Ainsi, il peut également exister pour les personnes ayant un handicap psychique ou cognitif une contrainte à se comporter de manière dite normale pour ne pas subir d’exclusion de la part des personnes valides.

D : La lutte contre le validisme implique une critique de l’utilitarisme aussi bien moral qu’économique.

R : Effectivement, l’utilitarisme, y compris moral et pas seulement économique, est assez prompt à se débarrasser des personnes en situation de handicap si nécessaire. Par exemple, le philosophe utilitariste Peter Singer admet parfaitement qu’entre un animal valide et une personne avec un handicap « lourd », il peut être préférable de privilégier l’animal en parfaite santé. Il se base pour cela sur la capacité à éprouver de la sensibilité et donc de la souffrance.

D : Au-delà, cela peut amener à poser une réflexion sur quelle vie mérite ou non d’être vécue.

R : Oui, il faut être effectivement prudent sur les glissements de sens qui peuvent s’effectuer derrière la revendication à l’euthanasie et au droit de choisir sa mort. Il faut effectivement éviter qu’elle ne glisse vers un jugement sur le type de vie que l’on peut ou non maintenir dans une société néolibérale, par exemple sur la base du coût que peut représenter cette vie.

Là encore, la lutte contre le validisme conduit à penser la question de l’autonomie du sujet sans les naïvetés du libéralisme classique qui tend à imaginer un sujet libre, mais sans véritablement s’assurer des conditions sociales de sa liberté.

D : On peut également remarquer cette critique du sujet néolibérale dans la critique qu’effectuent certaines associations de personnes en situation de handicap contre les assistants sexuels.

R : Là encore, on reconnaît bien une manière néolibérale de traiter le problème. Des personnes en situation de handicap ont des difficultés à faire des rencontres et à pouvoir avoir une sexualité. Pas de problèmes. On va payer quelqu’un comme solution. Alors que le problème, c’est déjà de déconstruire le validisme. Pourquoi les personnes en situation de handicap ont plus de difficultés à faire des rencontres ? Il peut y avoir des problèmes d’accessibilité. Il peut y avoir également des préjugés normatifs qui désexualisent les personnes en situation de handicap ou les font apparaître comme peu désirables.

D : Au fond, est-ce que la lutte contre le validisme ne conduit pas à un interrogation philosophique d’ordre anthropologique ?

R : En fait, la lutte contre le validisme nous conduit à réfléchir au fait que les définitions philosophiques classiques qui ont été produites pour définir l’être humain sont en réalité validistes, qu’il y a eu une tendance à rejeter les personnes en situation de handicap en dehors de la définition de l’humanité. Le handicap renvoyait à l’anormalité, voire à la monstruosité, à l’inhumanité.

On se rend compte également que les principaux courants actuels éthico-politiques sont insuffisants pour appréhender les droits des personnes en situation de handicap que ce soit le libéralisme, l’utilitarisme ou le care.

Réfléchir aux problèmes éthiques et politiques à partir de la lutte contre le validisme implique de ce fait une redéfinition profonde des catégories éthico-politiques.

D : En quoi la lutte contre le validisme implique une remise en question de la prétention à une pensée théorique solitaire du type de celle de Descartes ?

R : Les situations de handicap sont très diverses. Ce qui fait qu’il semble difficile à une seule personne de pouvoir penser toutes les conditions des personnes en situation de handicap, toutes les formes d’oppression qui peuvent être à l’oeuvre. Cela implique donc une certaine modestie dans la pensée, il faut être ouvert à l’idée de revoir les catégories utilisées pour penser les situations car il y a peut être des perspectives de handicap qui n’ont pas été prises en compte.


Vous aimerez aussi...