Atelier de socio-éthique: Egalité fille/garçon – Intervenir ou pas ?

Auteure: Irène Pereira

Atelier animé le 17/10/2019 lors d’un stage Sud Education à Bézier.

L’animatrice propose aux participant-e-s de choisir une thématique. Celle qui emporte le plus grand nombre de suffrages est l’égalité fille/garçon.

Elle demande aux participant-e-s de décrire une situation qu’ils ou elles ont vécu. Une participante propose la situation suivante:

« Dans une de ses classes, une fille doit distribuer des feuilles. Les garçons scandent « assise, assise… ». L’enseignante est persuadée que cette situation relève d’une forme de sexisme car ce n’est pas la première fois qu’une fille est prise à partie par le groupe de garçons. Pourtant l’enseignante n’intervient pas directement pour leur dire qu’il s’agit d’une attitude sexiste ».

  1. Analyse sociologique: Le sexisme dans la salle de classe

Il existe une vaste littérature sociologique concernant les rapports sociaux de sexe dans la salle de classe. On peut par exemple citer des articles d’Isabelle Collet tels que:

COLLET, Isabelle. Faire vite et surtout le faire savoir. Les interactions verbales en classe sous l’influence du genre. In: Revue internationale d’ethnographie, 2015, n° 4, p. 6-22. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:82580

Collet Isabelle: « Rire et humour dans la classe : des stratégies genrées de résistance et de domination »; Raisons éducatives, 2014.

2. Le cadre déontologique:

Le cadre déontologique est assez clair. Les enseignants sont incités dans les textes à lutter contre toutes les formes de stéréotypes et de comportements sexistes. On peut par exemple le rappeler avec le référentiel de compétence des enseignants: « Se mobiliser et mobiliser les élèves contre les stéréotypes et les discriminations de tout ordre, promouvoir l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes. »

3. Le dilemme éthique: 

Mais alors pourquoi les enseignant-e-s n’interviennent pas toujours face à ce type de situation:

  • d’un côté, l’enseignant-e sait qu’il s’agit de sa mission de lutter contre les comportements sexistes
  • mais d’un autre côté, dans le contexte du cours, le risque est de se trouver entraîner dans une discussion et  un conflit avec les élèves sur cette situation précise.

On peut donc opposer deux attitudes éthiques qui correspondent aux deux grands courants de l’éthique:

  • le conséquentialisme: il s’agit d’un courant qui considère que l’action doit tenir compte des conséquences. Dans ce cas, il s’agit de ne pas intervenir si les conséquences de l’intervention peuvent être négatives.

 

  • le déontologisme: il s’agit d’une attitude éthique qui consiste à défendre des principes (par exemple l’égalité fille/garçon) quelque soit les effets négatifs que peuvent poser l’intervention.

4. Hierarchisation de valeurs:

L’animatrice demande aux participant-e-s de dire s’ils ou elles choisiraient de tenir compte avant tout des conséquences négatives possibles de l’action ou au contraire d’être conformes à leurs principes quelque soit les conséquences.Elle propose aux participant-e-s de s’exprimer et de justifier leurs positions.

5. Pistes d’action: 

a) Pour agir immédiatement: On peut s’appuyer sur les recommandations de  Caroline Dayer. Elle conseille d’intervenir systématiquement, mais rapidement en disant: « comme tu le sais, cette attitude est problématique ». Et d’ajouter par exemple: « On en rediscute à la fin de l’heure ».

Voir la conférence: Inter(agir) à l’école

b) En pédagogie critique, on ne se contente pas d’une action ponctuelle. Un problème ponctuel doit être l’occasion d’initier une action à plus long terme et de fond visant la conscientisation des rapports sociaux de sexe. On peut pour cela profiter par exemple des heures d’EMC pour mettre en place un travail spécifique sur l’égalité fille/garçon.

Remarques conclusives: 

Même s’il existe une didactique de l’éthique, la réflexion éthique ne peut être réduite à une méthodologie, à un ensemble de techniques standardisées. Les grilles d’aide à la décision éthique doivent être aménagées en fonction des situations. En éthique, deux cas très proches peuvent donner lieu à des solutions différentes. Il existe une créativité éthique dans les solutions qui peuvent être proposées face à un cas complexe singulier.


Vous aimerez aussi...