Démarche pédagogique pour lutter contre la rromophobie

Auteur : Gauthier Tolini(1)

Introduction

L’Île-de-France – et plus particulièrement la Seine-Saint-Denis – a été le théâtre d’une vague de violences physiques ayant ciblé des habitant.es rroms (ou perçu.es comme Rroms) au cours du mois de mars 2019. Ces violences sont en lien avec des rumeurs d’enlèvements d’enfants qui se sont répandues sur les réseaux sociaux. Dans mon collège de Drancy, beaucoup d’élèves ont vu ces vidéos, les ont également diffusées et ont approuvé le lynchage des personnes qui étaient à leurs yeux coupables. Des élèves ont eu également très peur, peur de sortir le soir, peur de rentrer seul.e du collège à cause de ces rumeurs. La démarche pédagogique que je décris s’est déroulée une semaine après le pic de violences qui ont touchées plusieurs Rroms dans la nuit du 25 au 26 mars et a concerné l’ensemble de mes classes (soit trois classes de 6e et trois classes de 4e). Mes séquences ont été préparées dans une certaine urgence et elles doivent forcément souffrir de plusieurs maladresses et insuffisantes. Je n’ai pas évoqué l’aspect judiciaire des événements avec les élèves car les procès des agresseurs qui ont été arrêtés n’avaient pas encore eu lieu. Enfin, un manque de temps et de concertation n’ont pas permis de traiter certains aspects des questions soulevées par ces rumeurs de manière interdisciplinaire (ex : les stéréotypes des Rroms dans la littérature, les greffes d’organes en SVT, etc).

Le constat

Avant de construire ma démarche pédagogique, j’ai voulu savoir où en étaient les élèves : ce qu’iels ont entendu, ce qu’iels ont vu et ce qu’iels pensent être vrai ou faux. Je leur ai proposé de répondre sur une feuille libre de manière anonyme aux questions suivantes :

1) Avez-vous entendu parler de ces rumeurs d’enlèvements d’enfants ? Par quels moyens en avez-vous pris connaissance ?

2) D’après ces rumeurs qui sont les personnes responsables de ces enlèvements ? Pourquoi enlèvent-elles des enfants ?

3) D’après vous, ces rumeurs sont-elles vraies ou fausses ? Pourquoi pensez-vous cela ?

La majorité des élèves ont entendu ces rumeurs à travers des vidéos partagées sur les réseaux sociaux et snapchat en particulier. D’autres élèves ont été informé.es par des camarades au collège et d’autres par leurs parents. D’après ce que les élèves ont retenu de ces rumeurs, les coupables seraient des Rroms, des Roumains, des Gitans, des pédophiles. On trouve également une mention du terme Tzigane. En majorité, les motivations de ces enlèvements d’enfants seraient en priorité le trafic d’organes puis la prostitution. A travers certains écrits, on peut également se rendre compte de la peur réelle que des élèves ont ressenti : « J’ai peur car des personnes m’ont regardé bizarrement dans la rue »; « une camionnette banche m’a suivi » ; « j’ai failli me faire enlever à la sortie du collège » ; « les rumeurs d’enlèvements sont vraies car il y a quelques jours de cela maintenant, j’étais sur le chemin du collège avec mon amie quand soudain un homme à bord d’une camionnette blanche m’a interpellé pour demander si j’avais vu un chien passé ». Concernant la dernière question quant à la véracité des rumeurs, voici les résultats pour quatre classes (deux 6e et deux 4e) :

4eA : 60 % vrai et 40 % faux.

4eB : 40 % vrai, 30 % faux et 30 % doute.

6eA : 66 % vrai, 23 % faux et 11 % doute.

6eB : 52 % vrai, 26 % faux et 22 % doute.

Comme on peut le constater, une majorité d’élèves croient et ont continué de croire que des Rroms ont enlevé des enfants pour vendre leurs organes ou pour les prostituer. Ces données montrent que les démentis des autorités (mairie, police, préfecture, tribunal) diffusés sur les réseaux sociaux, le démenti de la principale du collège par un message sur l’ENT dès le début des rumeurs et puis les démentis des médias après les violences du 25/26 mars ne suffisent pas à déconstruire ces rumeurs. Certain.es élèves n’ont pas compris les démentis : « Je pense que ces rumeurs sont vraies car sur pronote, Mme [la principale] nous a envoyé un message à propos des enlèvements des enfants donc je pense que c’est vrai » ; « Mme [la principale] a dit que c’était vrai donc j’ai cru » ; « je pense que c’est vrai car sur BFMTV, ils disent que c’est vrai » ; « c’est vrai car BFMTV a dit que c’est vrai » ; « je pense que c’est vrai car aux infos, ils parlaient de ça ». Ces démentis ont du mal à rivaliser avec l’impact que créent les vidéos qui sont considérées comme des preuves irréfutables par beaucoup d’élèves : « Je pense que ces rumeurs sont vraies car sur snap on nous montre une vidéo où on voit des gens les arrêter, mais Mme [la principale] a envoyé un mail sur pronote, mais je pense plus que c’est oui ». Des élèves s’approprient le contenu des vidéos et en parlent comme si ils avaient été les témoins directs des faits supposés : « j’ai vu une camionnette blanche avec pleins d’enfants qui criaient à l’aide » ; « j’ai déjà vu quelqu’un se faire enlever, il y avait un homme et une femme, l’homme est descendu de son camion, il a pris la fille et l’a mise dans le coffre ». Comme l’affirme Véronique Decker dans un mail sur une liste syndicale : « Aucune affirmation ni à la télévision, ni à la radio, ni sur les réseaux sociaux ne viendra à bout de ce danger sans une action de l’école à l’université ». En effet, alors qu’aujourd’hui les rumeurs se sont tues et que les expéditions « punitives » contre les Rroms ont cessé dans notre département, on peut se demander quelles traces ces rumeurs ont-elles laissé dans l’esprit de nos élèves. Ces rumeurs d’enlèvements d’enfants impliquant des Rroms étant cycliques, quelle sera la réaction de nos élèves quand celles-ci se répandront une nouvelle fois ? Encourageront-iels les violences ? Y participeront-iels ? Les dénonceront-iels ? Les empêcheront-iels ?

Les pistes à suivre

Ce questionnaire préliminaire me permet d’envisager les pistes suivantes afin d’apporter des éléments de réflexions qui soient les plus pertinents possible pour les élèves :
– Par exemple, il me semble impératif que les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux soient visionnées et discutées en classe avec les élèves. Il existe plusieurs sites internet qui permettent de télécharger ces vidéos depuis twitter (https://mobile.twitter.com/lynaa_390/status/1110192565566038016) ou depuis facebook (https://fr.savefrom.net/) pour faciliter leur utilisation en classe.
– Puisque le « trafic d’organes » est la raison la plus avancée pour expliquer ces prétendus enlèvements, il semble également intéressant de consacrer du temps à l’étude de cette question.
– D’autre part, une discussion sur la relative inefficacité des démentis des autorités (police, mairie, collège) et des médias me semble également intéressante.
– Les Rroms sont des voisin.es que les élèves ne connaissent pas, ainsi des éléments d’histoire et de culture doivent être abordés pour que ces voisin.es deviennent moins étrangèr.es.
– Il semble également utile de nous appuyer sur l’environnement proche des élèves, le campement rrom de Noisy le Sec, est situé au niveau de pont de Bondy qui est un axe souvent emprunté par les élèves car leur permettant de rejoindre le grand centre commercial de Rosny 2. Ce lieu d’habitation a été particulièrement ciblé par les violences qui ont touché les populations rroms dans la nuit du 25/26 mars.

Documents utilisés en classe

L’ensemble de ces documents utilisés en classe sont librement réutilisables et modifiables :

Diaporama

Fiche1-Construction des rumeurs

Fiche2-légendes et stéréotypes

Fiche3-conséquences-et-responsabilités

1ère séquence : Comment les rumeurs ont-elles été construites ?

Cette première séance se divise en deux temps :

1) Dans un premier temps, il s’agit d’étudier la manière dont ces rumeurs ont été construites en comparant les éléments divulgués par des sources institutionnelles (police, tribunal, collège, mairie) et les informations apportées par des particuliers à travers les réseaux sociaux (facebook, snapchat, twitter). Pour ce faire, nous remontons aux rumeurs qui se sont diffusées à Sarcelles et à Colombes au mois de mars. Ces rumeurs font partie des premières à s’être propagées en Île-de-France lors de cette nouvelle période de rromophobie.

Fiche1-Construction des rumeurs

La séance débute par la comparaison de deux versions d’un même événement concernant une jeune collégienne de Sarcelles. La première version est donnée par le maire de Sarcelles (Fiche 1 doc 1). Les faits rapportés par l’édile proviennent de la commissaire de la ville et de la principale du collège de la jeune fille. Les élèves n’ont pas de mal à qualifier ces faits de harcèlement de rue. La deuxième version est relatée par un habitant de Sarcelles membre du groupe Facebook “Parents vigilants” (Fiche 1 doc 2 / Vidéo 1) :

Notons que la vidéo Facebook a suscité des commentaires enthousiastes de la part de certain.es élèves : « Il a raison », « c’est bien ce qu’il fait ». Des élèves d’une classe de 6e ont spontanément applaudi à la fin de la vidéo. Face à l’adhésion spontanée des élèves, un travail de réflexion sur les sources citées par cet habitant de Sarcelles permet de tempérer cet élan et de prendre du recul. Parmi les sources citées, on trouve des « vidéos qui tournent sur internet ». En comparaison des dates, il s’agit très probablement de vidéos tournées à Colombes quelques jours avant, le 17 mars (document 3 / Vidéo 2 ) :

Le visionnage de ces vidéos en classe montre l’effet puissant que celles-ci peuvent avoir sur les élèves. Pendant le visionnage, des élèves se retournent pour échanger des regards et des mots complices (« tu te rappelles de celle-là! », « c’est moi que te l’avais envoyée ! »). La violence des images – des personnes blessées – suscite des remarques approbatrices (« bien fait ! ») et la violence des propos (« ils vont lui niquer sa mère à ce fils de pute », « niquez-lui sa mère ») entraîne de nombreux rires jubilatoires. Cette vidéo galvanise les élèves, la violence et sa mise en scène sont communicatives et les élèves en redemandent :  « Remettez la monsieur ! », « On peut en voir d’autres ? ». Le questionnement autour de cette vidéo s’ouvre par la question suivante : « Ces vidéos prouvent-elles les propos tenus par l’habitant de Sarcelles à savoir que ces hommes ont tenté d’enlever des enfants ?».
– Un élève : « oui, car il y a des enfants dans la camionnette » .
– Une élève : « on ne voit pas d’enfants sur les images ».
– Un élève : « ces types sont coupables car sinon, ils ne se seraient pas réfugiés dans un pavillon ».

La discussion tourne alors autour de la fuite. Pour beaucoup d’élèves, le fait que l’une des personnes attaquées à Colombes ait pris la fuite devant ses agresseurs prouve sa culpabilité. Des élèves affirment que le fait de dire qu’il est innocent aurait fait cesser le lynchage. Cet avis est balayé par une autre élève : « Tu crois que de dire ce n’est pas moi suffit à arrêter une vingtaine de garçons venus pour frapper ? ».
– Moi : « Dans cette classe, personne ne s’est jamais fait punir par un professeur alors que vous n’aviez rien fait ? ». « Oui, tous les jours » a été la réponse la plus unanime !
– Moi : « Et pourtant quand vous dîtes que vous n’avez rien fait, est-ce que ça change les choses ? ». La réflexion avance et les élèves concluent que oui, on peut être frappé ou puni même si on est innocent et que se dire innocent ne suffit pas dans bien des cas. Un autre élève avance une règle de conduite face à cette situation : « les hommes sur la vidéo ont le droit de prendre la fuite, mais ils n’ont pas le droit d’entrer sur une propriété privée ». Des élèves sont d’accord et d’autres considèrent qu’en cas de danger, il est acceptable de ne pas respecter la loi… La discussion reprend sur l’idée de preuve. Une élève conclut : « Mais en fait, ils se sont fait taper pour rien ». Je fais alors remarquer que c’est également l’avis de la justice qui a remis ces hommes en liberté (Fiche 1 doc 4).

Enfin, un tableau de synthèse a pour objectif d’identifier plus clairement les informations données par les autorités (Fiche 1 doc 1 et 4) et les informations supplémentaires transmises à travers les réseaux sociaux (Fiche 1 doc 2 et 3). Ces deux vidéos visionnées en classe apportent les informations supplémentaires suivantes : les enlèvements ont pour objectif de servir un réseau de prostitution ou de trafic d’organes (Fiche 1 doc 2), les individus utilisent des camionnettes blanches (Fiche 1 doc 3) et ils sont Roumains (Fiche 1 doc 3). A cet stade, il ne s’agit pas de dire qui dit vrai. Je précise aux élèves que ce n’est pas parce qu’une information est donnée par une autorité qu’elle est automatiquement vraie.

2) La deuxième étape de cette séquence consiste à analyser les trois informations diffusées par les réseaux sociaux (camionnette blanche, trafic d’organes et « Roumains, voleurs d’enfants ») et de faire comprendre aux élèves que ces trois éléments n’ont pas été ajoutés par hasard mais qu’ils renvoient au répertoire des légendes urbaines et des stéréotypes racistes.

Fiche2-légendes et stéréotypes

1er élément : « la camionnette blanche »

Un rapide recensement des différentes rumeurs d’enlèvements d’enfants impliquant des camionnettes blanches permet de mettre en évidence leur caractère quasi annuel (Fiche 2 doc 1). Ces rumeurs renvoient probablement au souvenir des criminels Marc Dutroux et Michel Fourniret (Fiche 2 doc 2). Ces cas d’enlèvement existent mais ils sont extrêmement rares. Des documents supplémentaires peuvent être utilisés pour montrer que les violences subites – et en particulier les violences sexuelles – par les enfants sont avant-tout le fait de personnes présentes dans leur entourage.

2e élément : « les Rroms voleurs d’enfants »

Sur l’identité des personnes qui enlèveraient les enfants, les élèves répètent différentes dénominations : « Roumains », « Rroms », « Romains », « Gitans ». Afin d’éclaircir ces désignations, nous pouvons nous appuyer sur une première vidéo très courte « Qui sont les Roms » de la série 1 jour 1 question (https://www.youtube.com/watch?v=_zvPJx9Bi-g). Une deuxième vidéo réalisée par Amnesty International et intitulée « Roms en Europe : entre violences et discriminations » permet également d’aborder les discriminations raciales dont sont victimes les Rroms dans plusieurs pays d’Europe (https://www.youtube.com/watch?v=vmybmiW3bwQ). Les élèves sont particulièrement attentifs et choqués par les images d’une radiographie de la jambe cassée d’un individu après des violences policières. Enfin, un texte rédigé par Nadejda Demetr (docteure en histoire et vice-présidente de l’Union internationale des Roms) permet de retracer une partie du stéréotype du Rroms voleur d’enfant dans l’Histoire et dans la littérature (Fiche 2 doc 3). L’évocation des affaires dites des « anges blonds » permet de renverser le stéréotype en inversant la question : et si c’étaient les Rroms qui étaient victimes d’enlèvements d’enfants ? (https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_l%27Ange_blond).

3e élément : le trafic d’organes

L’étude de cette dernière information apportée par les réseaux sociaux et qui a été la plus reprise par les élèves pour expliquer la raison de ces enlèvements débute par une question ouverte : « Pouvez-vous expliquer le plus précisément possible comment se déroule ce trafic d’organes ? ». Les réponses sont au début très vagues « Bah, ils enlèvent un enfant, ils lui retirent les organes et après ils les vendent ».
– Je demande des précisions : « Où et comment retirent-ils les organes ? »
– Une élève : « Avec un scalpel dans leur camionnette ».
Très vite la discussion tourne autour de deux points : est-ce facile de retirer des organes ? Faut-il des conditions d’hygiène particulière à respecter ? Pour une majorité d’élèves, il semble assez facile de retirer des organes… En revanche, la question de l’hygiène fait débat, des élèves avancent l’idée qu’il faut obligatoirement mettre les organes dans de la glace. D’autres élèves pensent que les kidnappeurs enlèvent des enfants pour les livrer dans des hôpitaux. Pour d’autres cette solution n’est pas envisageable car le personnel appellerait alors la police… Si les questions techniques du prélèvement des organes semblent poser problème aux élèves, les questions sur la vente et la transplantation des organes le sont encore plus.
– Moi : « Ok, admettons que les ravisseurs aient trouvé une solution pour prélever les organes, comment, où, à qui ils vendent les organes ? »
– Un élève : « Ils les vendent à l’hôpital ».
– Moi : « Donc, on suppose qu’ils vont à l’hôpital Avicennes avec une glacière pleine d’organes et ensuite ? ». Encore une fois, la question d’une probable dénonciation à la police écarte ce scénario. Les élèves peinent à imaginer une solution plausible. Une main se lève, un élève dont les yeux pétillent car sûr d’avoir LA solution : « Sur le darkweb ». L’hypothèse du darkweb a été proposée dans toutes les classes où j’ai traité de cette question. Le darkweb, lieu fantasmé où tout ce vend et tout s’achète. Beaucoup d’élèves sont d’accord avec cette idée. Je reformule cette hypothèse : « Les kidnappeurs photographient les organes qu’ils ont prélevés et ils les mettent en vente sur le darkweb. C’est ça ? ». « Maintenant, du point de vue du patient, comment fait-il  ? ». Encore une fois, des questions techniques plus précisent rendent la manœuvre compliquée : « Comment choisir l’organe ? En fonction de la taille, de la couleur ? », « Comment savoir si l’organe est compatible et qu’il n’a pas de problème ? », « Si je le commande, où vais-je le recevoir ? », « une fois que j’ai reçu mon organe, comment le mettre dans mon corps ? ». Face à l’impossibilité de trouver des réponses techniques satisfaisantes, j’ose une dernière question « est-ce que le trafic d’organe dont il est question ici, à partir d’enlèvements d’enfants dans la rue, est possible ? » Pour aider à la réflexion, je propose aux élèves de lire l’article intitulé « Le vol d’organes, une rumeur à la vie dure » paru dans le Courrier international (Fiche 2 doc 4). Enfin, un exemple de reportage vidéo (ici : Les migrants, victimes du trafic d’organes en Égypte, LCI, 14 janvier 2018) permet de montrer la réalité du trafic d’organes où des populations en extrême précarité sont incitées par des organisations mafieuses à donner « volontairement » leurs organes à des hôpitaux où travaillent des médecins véreux en échange d’une rémunération cachée.

2e séquence : Comment les rumeurs se sont-elles diffusées ?

Les objectifs de cette séquence sont principalement d’aborder la notion de raisonnement circulaire et de réfléchir au fait que les démentis officiels n’ont pas contribué à faire stopper ces rumeurs jusqu’au pic de violences contre les Rroms dans la nuit du 25 au 26 mars 2019.

Nous présentons à travers un diaporama différents médias qui ont servi à diffuser ces rumeurs (ex : les déclarations non vérifiées de clubs de football sur Facebook et de nouvelles vidéos). Nous regardons ces vidéos montrant des attroupements de jeunes en prise avec des personnes accusées d’être les auteurs de ces enlèvements (ces vidéos sont visibles ici https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/26/comment-la-rumeur-des-kidnappeurs-en-camionnette-a-vire-a-la-chasse-a-l-homme-en-ile-de-france_1717478). Encore une fois, la question posée est la suivante : « ces vidéos prouvent-elles que ces personnes sont coupables ? ». Il s’agit de faire comprendre aux élèves le raisonnement circulaire qui a conduit à encore plus de violences : les vidéos d’hommes lynchés prouvent que les enlèvements sont réels ce qui justifie que des hommes soient lynchés ce qui prouve que les enlèvements sont réels, etc.

Nous lisons également différents démentis officiels rédigés par des mairies et par des commissariats. La discussion avec les élèves s’oriente autour de cette question : « Pourquoi, malgré des démentis officiels, des personnes ont-elles continué de croire et de diffuser ces rumeurs ? ». Des élèves expliquent qu’ils ne croient pas la parole des policiers car ils mentent. Moi : « Avez-vous des exemples précis ? ». Des élèves citent les exemples de Théo, d’Adama Traoré et de Gilets Jaunes victimes de violences policières. Moi : « D’après les exemples que vous donnez, pourquoi d’après vous des policiers auraient-ils menti sur les violences que vous évoquez ? ». Une élève : « Les policiers mentent pour ne pas aller en prison ». À partir des exemples donnés par les élèves, nous arrivons à conclure que certaines personnes membres d’institution mentent pour protéger leur intérêt personnel ou ceux de leur institution. Moi : « dans le cas des rumeurs d’enlèvements, quel aurait été l’intérêt de la police et des mairies de mentir pour protéger les Rroms ? ». Des élèves font le lien avec le reportage d’Amnesty International que nous avons visionné et arrivent à la conclusion que les institutions ne protègent pas les Rroms et qu’elles n’ont pas d’intérêts à mentir.

3e séquence : Quelles sont les conséquences de ces rumeurs ? Qui en est responsable ?

Fiche3-conséquences-et-responsabilités

Les objectifs de cette séquence sont de montrer l’étendue des conséquences de ces rumeurs sur les populations rroms ou identifiées comme telles : violences physiques et morales, destructions matérielles, impossibilité de travailler (Fiche 3, doc 1), déménagement forcé (Fiche 3, doc 2) et peur d’aller à l’école (Fiche 3, doc 3), etc. Le message de Véronique Decker (Fiche 3, doc 3), alors directrice de l’école Marie Curie de Bobigny, a particulièrement retenu l’attention des élèves et des commentaires très positives se sont fait entendre : « c’est bien ce qu’elle fait », « elle est gentille ». L’objectif est également de pointer les responsabilités de ces violences. Le communiqué de l’association Intermède Robinson est intéressant car il fait le lien entre les violences qui ont eu lieu au mois de mars commisses par des habitants du département et les politiques de discrimination et d’exclusion dont sont victimes les populations rroms (Fiche 3, doc 4). Certains élèves ont exprimé des remords pour avoir cru et contribué à diffuser ces rumeurs. Le texte de Robinson permet d’évoquer sans le nier les responsabilités individuelles mais aussi la question des discriminations structurelles. J’ajoute également qu’il est difficile pour des élèves de collège de faire la part des choses, mais que des adultes ont contribué à répandre et à authentifier ces rumeurs (clubs de football, groupe de parents sur facebook, etc.). Je fais également remarquer que beaucoup d’élèves ont aussi été victimes de ces rumeurs puisque certain.es ont ressenti une profonde et réelle angoisse.

4e séquence : luttes des Rroms pour leurs droits et leur dignité et actions des alliés

La pédagogie développée par Paulo Freire nous invite à réfléchir sur l’articulation entre objet et sujet. Or, au cours des trois séquences précédentes, nous avons étudié les Rroms comme victimes de violences et de discriminations. Il s’agit pour conclure de montrer que malgré les violences, des Rroms se battent en tant que sujets pour leurs droits et pour leur dignité humaine. Pour ce faire, nous demandons aux élèves de retrouver des noms de Rroms ou d’associations rroms et d’identifier les différentes actions accomplies dans l’ensemble des documents que nous avons étudiés : recenser les violences et aider les victimes dans les démarches judiciaires (Fiche 3 doc 1), étudier l’histoire des Rroms et des stéréotypes pour les déconstruire (Fiche 2 doc 3), dénoncer les violences à la télévision (Fiche 3 doc 2), etc.

A travers le diaporama, nous présentons également différentes initiatives venues d’habitant.es non-rroms du département en solidarité avec les Rroms. Cette partie nous permet d’aborder la notion d’allié que nous définissons ainsi auprès des élèves. Un allié est une personne qui n’est pas directement visée par une discrimination mais qui lutte avec les victimes pour que cette discrimination disparaisse.

Le diaporama illustre plusieurs actions en solidarité avec les Rroms telles qu’un rassemblement à Saint-Denis, la campagne « Je suis Rrom » sur les réseaux sociaux. Nous visionnons également le clip vidéo de la chanson Ederlezi interprétée par la troupe Aven Savore composée d’enfants rroms et non-rroms issu.es des bidonvilles, des cités et des hôtels sociaux (https://www.youtube.com/watch?v=p2368cPZ9qw). Cette vidéo montre que malgré l’extrême précarité, les campements sont aussi des lieux de vie où des enfants s’amusent, sont heureux et où les cultures romani se transmettent et se partagent.

Enfin, j’évoque avec les élèves l’initiative d’un groupe nommé “Rroms et quartiers populaires” prévue auprès des habitants du campement situé à Noisy le Sec près du Pont de Bondy le dimanche 21 avril avec au programme : atelier de boxe, bibliothèque itinérante, ateliers manuelles, graffiti, etc. Les élèves reconnaissent le campement qui se trouve pas très loin du collège dans un lieu – le Pont de Bondy – qu’ils traversent souvent. Une élève propose : « Monsieur, est-ce que nous aussi nous pouvons aller les rencontrer ». Tous les autres élèves sont d’accord. Moi : « Je vais voir si les habitant.es sont d’accord pour nous recevoir, il faudra que vous réfléchissiez à ce que vous voulez faire avec eux et elles ». Les élèves commencent déjà à y réfléchir. Le lendemain, les familles rroms étaient expulsées et le camp détruit par les bulldozers. J’ai montré les photographies que j’ai prises des décombres pour annoncer la nouvelle aux élèves qui exprimèrent des mots très durs contre les autorités et beaucoup de déception.

Cette séquence de travail autour des violences racistes contre les Rroms a commencé par des cris de joie et des rires devant des vidéos de lynchage, elle finit par réelle envie exprimée par les élèves d’aller à la rencontre de leurs voisin.es rroms et par une réelle tristesse et colère face à leur expulsion.

Pour aller plus loin

J’indique ici quelques références qui m’ont été suggérées par Irène Pereira et qui permettent d’approfondir l’étude et la déconstruction des rumeurs :

– Une expérience pédagogique: comment faire naître une rumeur – http://www.unice.fr/zetetique/articles/Fiches_Expo/24_A12_Rumeur.pdf

– Un documentaire de France 3 reprend l’enquête sur la rumeur d’Orléans de 1969, avec des extraits d’images d’époque et du sociologue E. Morin, auteur de : La rumeur d’Orléans (Paris, Seuil, coll. « 1ère édition 1969). A Orléans une rumeur affirme que des filles sont enlevées dans des magasins tenus par des commerçants juifs pour une “traite des blanches”. La rumeur tourne à l’émeute. En réalité, aucun faits réels pourtant ne permettaient d’accréditer une telle remeur. E. Morin a analysé dans son livre les mécanismes de la naissance de cette rumeur : https://www.youtube.com/watch?v=Q-kKG9zrPm4

(Archives INA – le documentaire originale de 1969: https://www.youtube.com/watch?v=rhkO8gVYj88 )

– Entretien avec Morin sur son livre: https://www.canal-u.tv/video/fmsh/la_rumeur_d_orleans_un_entretien_avec_edgar_morin.37745

[1]Note : je remercie Véronique Decker pour son autorisation d’utiliser et de rendre public un mail qu’elle rédigea sur la liste interne du syndicat Sud éducation 93.


Vous aimerez aussi...