Un atelier de socio-éthique : les stylos quatre couleurs

Auteure: Irène Pereira

Un atelier de socio-éthique : les stylos quatre couleurs

Compte rendu d’un atelier réalisé au stage pédagogie et syndicalisme à Marseille en mars 2019.

Les participant-e-s sont assis en cercle.

L’animatrice explicite les objectifs de l’atelier :

a) Finalités : La socio-éthique en éducation est orientée vers des finalités socio-éthiques : a) refus des discriminations (Référentiel de compétence des enseignants) b) réduction des inégalités sociales (art. L.111-1 du code de l’éducation) c) faire partager les principes de la vie démocratique (référentiel de compétence des enseignants)

b) Connaissances : La socio-éthique s’appuie sur une grille d’analyse sociologique, en termes de rapports sociaux de pouvoir, des situations-problèmes que rencontre l’enseignant-e : avec les élèves, les collègues, les parents d’élève, la hiérarchie professionnelle…

c) Agir éthique : Déterminer en fonction de ces finalités et de ces connaissances, l’agir éthique qui peut être adopté dans la situation. L’agir éthique fait l’objet d’une délibération entre pairs pour pouvoir analyser différents aspects de la situation. Il s’appuie donc sur l’éthique de la discussion.

(Réf: Paulo Freire, Pédagogie de l’autonomie, Eres, 2007)

La situation traitée dans l’atelier proposée par les participant-e-s :

Cas pratique : Plusieurs enseignants sont confrontés à une situation de vol de matériel entre élèves dans leurs classes. Il s’agit en particulier de vols de stylos quatre couleurs. Ces stylos sont collectionnés comme trophées par certains élèves. Ces vols entraînent des conflits entre les élèves.

Animation de l’atelier: La facilitatrice pose des questions pour orienter l’interprétation vers une grille d’analyse en termes de rapports sociaux de pouvoir, elle peut proposer également des références sociologiques qui viennent éclairer les pistes d’analyse proposées.

Analyse des rapports sociaux de pouvoir:

Question: Comment on peut analyser cette situation en termes de rapports sociaux de pouvoir ?

Pistes proposées:

– Le stylo quatre couleurs a une valeur marchande faible, cependant il est possible que les parents de certains élèves n’achètent pas ce type de stylos qui sont au-dessus de la valeur marchande des stylos à bas prix. (Capital économique – Marx)

– La capitalisation de stylos de quatre couleurs a une valeur symbolique. Il constitue un capital symbolique de distinction. Il permet de renverser les hiérarchies symboliques dans la classe : ce sont souvent des élèves en difficultés scolaires qui volent et accumulent ces stylos. (Capital symbolique – Bourdieu)

– Les vols sont plus souvent commis par des élèves garçons (incarnant une masculinité hégémonique) qui exercent un rapport de domination viriliste sur des filles ou des garçons représentant une masculinité subalterne. (L’oppression viriliste à l’école – Debarbieux)

– La dynamique de groupe de ces vols est semblable aux dynamiques de groupe que l’on retrouve dans le harcèlement scolaire. (Romano sur les dynamiques de groupe dans le harcèlement scolaire)

Agir socio-éthique : Le dialogue conscientisant

Question: Une fois effectuée cette analyse des rapports sociaux de pouvoir en jeu dans cette situation quel agir éthique possible ?

Proposition possible: Discuter avec les élèves de ce qui est enjeu dans la situation.

L’agir socio-éthique se concentre alors sur la conscientisation auprès des élèves de l’ensemble de ces rapports sociaux de pouvoir :

– Conscientisation des logiques de distinction sociale qui s’opèrent par les « biens de consommation » :

a) le rapport social de distinction lié à l’argent : « j’achète un stylo quatre couleurs pour me distinguer socialement »

b) le rapport social de distinction lié à l’accumulation de biens marchands : « je vole et j’accumule des stylos de quatre couleurs pour me distinguer socialement ».

Question philosophique : A-t-on besoin d’avoir pour être ?

– Conscientisation des dynamiques de groupes virilistes dans la salle de classe : ce ne sont pas n’importe quels élèves qui volent et qui se font voler les stylos de quatre couleurs. Quels sont ces dynamiques de rapports de pouvoir ?

Question philosophique : Est-il juste que certains élèves exercent un rapport de contrainte sur d’autres élèves ?

Ces dialogues conscientisants peuvent donc prendre la forme de dialogues à visée conscientisante (DVC) afin de faire réfléchir les élèves sur le sens socio-éthique de ce vol de stylos.

Agir socio-éthique et agir technique : Réponse à des questions visant à mieux comprendre l’approche

Comment mener un dialogue conscientisant ?

Un dialogue conscientisant n’est pas une leçon de moral. Il repose sur un dialogue problématisateur (ou dialogue socratique) entre l’enseignant-e et les élèves. Par des questions qui amènent les élèves à réfléchir sur certains points, l’enseignant-e vise un processus éducatif d’ordre éthique. Il/elle vise à développer une réflexion sur les questions de justice sociale.

Pourquoi par exemple ne pas proposer un outil comme le débat mouvant pour mettre en œuvre un dialogue conscientisant ?

La technicité des règles du débat mouvant peut créer une situation artificielle qui peut faire obstacle à la mise en œuvre d’une situation de dialogue authentique. En outre, ce type de dispositif ne permet pas à l’enseignant-e d’intervenir pour inciter par des questions les élèves aller plus loin dans leurs réflexions.

Pourquoi ne pas proposer une solution technique efficace qui résoudrait le problème ?

Imaginons qu’il existe un « outil pédagogique » qui permette une solution efficace aux vols de stylos dans la salle de classe, pour autant toute la dimension éducative que contient cette situation de vols de stylos n’est pas prise en charge. Les élèves ne sont pas amenés à réfléchir sur le sens de ce vol de stylo et sur les problèmes socio-éthiques qu’ils posent.

De manière générale, l’approche socio-éthique essaie de résister à l’aliénation technique qui consiste à réduire toute situation pédagogique à un problème technique, en évacuant le sens éducatif de l’activité enseignante. Enseigner, ce n’est pas seulement mettre en oeuvre des techniques efficaces d’apprentissage, c’est également participer à l’éducation d’une personne humaine.

L’approche socio-éthique s’oppose-t-elle à l’usage de tout outil ?

L’approche socio-éthique n’est pas opposée en soi à l’usage d’outils pédagogiques. Mais, elle remet en question le fait que l’agir technique puisse se substituer à l’agir éthique. L’agir éthique doit être premier et il doit orienter le choix des outils techniques.

Ainsi, il est possible pour aller au-delà du dialogue conscientisant:

  • de mettre en oeuvre un cercle de justice restaurative qui vise à essayer de trouver une solution à cette situation
  • de mettre en œuvre un petit jeu adapté du théâtre forum : chaque élève joue une première fois la scène : celui qui vole le stylo – celui qui se fait voler le stylo – celui qui voit la situation et ne réagit pas. Ensuite, les élèves sont conduits à proposer des scénarios alternatifs en faisant varier l’attitude des trois personnages pour arriver à une situation qu’ils estiment plus satisfaisante.

Vous aimerez aussi...