L’Ecole sans parti, une école en faveur de la culture de l’indifférence (2016)

Moacir Gadotti*, article extrait du site Internet Carta da Educaçao, publié le 05 septembre 2016. URL : http://www.cartaeducacao.com.br/artigo/escola-sem-partido-uma-escola-a-favor-da-cultura-da-indiferenca/

[ Cet article publié en 2016 permet d’avoir un aperçu de l’historique du mouvement de l’Ecole sans parti qui s’oppose en particulier aux études de genre, à la lutte contre l’homophobie à l’école et à la pédagogie de Paulo Freire. Cela alors qu’en décembre 2018, les députés au Brésil ont de nouveau rejeté le projet de loi de l’Ecole sans Parti. Mais pour combien de temps avec le contexte de l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro à partir de janvier 2019]

(publié avec l’autorisation de l’auteur et traduit par Irène Pereira)

Des éducateurs avertissent : le manque d’esprit critique et de réflexion, qui imprègne l’école et la société, génère des préjugés et de la discrimination.

En 1917, le philosophe italien Antonio Gramsci a publié dans la revue La Citta Futura un article intitulé « Les indifférents ». Il ouvre le propos avec la déclaration suivante : « Vivre signifie prendre parti. Celui qui véritablement vit ne peut cesser d’être un citoyen et partisan. L’indifférence, c’est l’aboulie, le parasitisme, la lâcheté, ce n’est pas la vie. » Ces paroles sont très actuelles si on considère cette culture de l’indifférence qui est attachée à des mouvements comme l’Ecole sans parti.

Dans les manuscrits de la Pédagogie des opprimés, Paulo Freire présente un cadre explicatif de deux cultures lorsqu’il parle d’une « théorie de l’action dialogique » et une « théorie de l’action anti-dialogique » qui fondent respectivement « l’éducation problématisatrice » et « l’éducation bancaire ».

La première conduit vers l’humanisation et se caractérise par la « collaboration, par l’union, par l’organisation et par la synthèse culturelle ». La deuxième est orientée vers « le maintien objectif de l’oppression » et se caractérise par la « conquête, par la division du peuple, par la manipulation et par l’invasion culturelle ».

Nous avons eu beaucoup de conquêtes ces dernières décennies, mais nous n’avons pas réussi à produire une culture de solidarité et de compagnonnage. Au contraire, nous sommes en train de construire dangereusement, une culture de la délation et nous ignorons la nécessité de la formation pour une culture citoyenne.

L’importance de la culture populaire a été minimisée. Avec cela, la base sociale de la résistance au pouvoir des élites a été affaiblie. Encapaciter les plus appauvris et les organiser, implique de la formation politique. « Personne ne lutte contre les forces qu’il ne comprend pas » disait Paulo Freire.

L’Ecole sans parti a commencé comme un mouvement fondé par un procureur de l’État de São Paulo, le Dr Miguel Nagib, afin de stimuler la dénonciation d’élèves qui supposément seraient endoctrinés par des professeurs, et menaçant ces derniers de procès. Selon l’Ecole sans parti, les professeurs formeraient une armée de militants en faveur d’un « endoctrinement marxiste gauchiste ».

Des projets de lois pour réguler l’enseignement et faire des procès aux professeurs sont déjà discutés aussi bien au Congrès que dans différents Etats et municipalités. Dans l’État de São Paulo, le député Aldo Demarchi (DEM) a présenté un projet de loi qui prétend combattre la pratique de l’endoctrinement politique. Heureusement, la Commission de l’Éducation et de la Culture de l’Assemblée Législative de l’État de São Paulo l’a rejeté. Un projet de loi dans la Chambre des députés (PL1411/2015) présenté par la député Rogerio Marinho (PSDB/RN) théorise le crime de « harcèlement idéologique » dans la salle de classe, en prévoyant des peines de prison d’un an, en plus d’amendes pour les professeurs.

L’expression « École sans Parti » et « École du Parti Unique » sont synonymes. Il s’agit d’une école sans pluralisme, sans liberté, sans diversité, sans inclusion, sans démocratie, une école qui ségrègue, qui discrimine, qui réprime.

En plus de cela, le mouvement de l’École sans Parti est un mouvement en faveur de la privatisation de l’éducation. Il commence par dénigrer l’école publique, pour ensuite, proposer de « récupérer » ses écoles au moyen de la gestion privée ou des critères privés d’instituts ou de fondation d’entreprises. L’École sans parti n’est guère plus qu’une tentative de détruire l’École Démocratique, l’École Citoyenne, une conquête de la Constitution de 1988 et de la loi d’orientation de l’Éducation Nationale de 1996.

C’est vrai, éduquer, ce n’est pas former. Tout prosélytisme, tout endoctrinement doivent être combattus à l’école. Mais c’est le devoir du professeur d’éduquer des citoyens en encourageant le débat et la discussion sur les valeurs de l’école. Les thèmes transversaux des Paramètres Curriculaires Nationaux ont été introduits pour cela. La diversité culturelle et la discussion sur le genre doivent faire partie de cette éducation à la citoyenneté comme cela est le cas dans presque la totalité des systèmes éducatifs dans le monde, sous l’impulsion des orientations de l’UNESCO.

L’Ecole sans parti est l’expression d’un manque d’esprit critique et de réflexion qui imprègne l’Ecole et la société. Notre pédagogie n’est pas réflexive et critique. Elle est dogmatique et bancaire, selon l’expression de Paulo Freire. Dans le manque d’argumentation, ce que l’on observe c’est l’offense, les préjugés, quand il n’y a pas haine et intolérance.

* Moacir Gadotti, président d’honneur de l’Institut Paulo Freire et Professeur émérite de l’Université de Sao Paulo.


Vous aimerez aussi...