Brésil : l’éducation menacée par un risque de dérive fascisante

Auteure: Irène Pereira

Jair Bolsonaro, candidat d’extrême droite, a été élu président du Brésil. Son projet pour l’éducation s’avère des plus inquiétants.

Retour sur le programme électoral de Bolsonaro

Pour comprendre les grandes orientations de Jair Bolsonaro en matière d’éducation, il suffit de commencer par citer son programme électoral.

Le premier axe consiste à prendre modèle sur le système éducatif des pays d’Asie du Sud-Est : « La stratégie éducative du Japon, de Taiwan et la Corée du Sud, pays récemment visités par Jair Bolsonaro, joue un rôle clef dans le développement économique et social. En une génération, ces pays pauvres sont devenus riches »1. Ce premier axe indique la volonté de Bolsonaro de prendre comme modèle des systèmes très bien évalués par PISA (OCDE) au niveau des compétences scolaires, mais très compétitifs et qui font peser une pression psychologique très forte chez les élèves. L’objectif est de développer le libéralisme économique et la compétitivité qui est un axe majeur du programme de Bolsonaro : « Les économies de marché historiquement sont le meilleur instrument de création de rente, d’emplois, de prospérité et d’inclusion sociale (…) Cependant JAMAIS le Brésil n’a adopté dans son histoire Républicaine les principes libéraux ».

Deuxième axe : « Les contenus et les méthodes d’enseignement ont besoin d’être changés. Encore plus de mathématiques, de sciences et de portugais, SANS ENDOCTRINEMENT et SEXUALISATION PRECOCE »2. Cette deuxième orientation a deux cibles. L’accusation d’endoctrinement vise le fait que les enseignants profiteraient de leurs cours pour pratiquer un endoctrinement marxiste et communiste en s’appuyant sur la pédagogie de Paulo Freire. Le programme précise « expurger l’école de l’idéologie de Paulo Freire ». La seconde cible concerne l’introduction des études de genre dans le programme scolaire. Cela se matérialise entre autres par les attaques faites par Jair Bolsonaro durant sa campagne à l’égard de l’éducation à la sexualité et en particulier la prévention de l’homophobie à l’école.

L’après élection.

Immédiatement après son élection, Bolsonaro déclare au sujet du futur Ministre de l’Education : « Son profil sera différent de ce qui été fait jusqu’à présent : la ligne de Paulo Freire. Nous voulons quelqu’un avec un bon curriculm scolaire, cherchant des moyens de rétablir l’autorité de l’enseignant dans la classe et de former, enfin de compte, non des « non-militants », tels qu’ils sont aujourd’hui largement formés »3. Peu de temps après, Bolsonaro nomme, à la tête de ce Ministère clef, Ricardo Vélez-Rodriguez, un théologien très conservateur. Ce dernier a été choisi avec l’appui des évangélistes qui se sont opposés à la nomination d’une personnalité plus modérée. Comme Jair Bolsonaro et les députés évangélistes, qui constituent une part importante de l’Assemblée nationale au Brésil, Vélez-Rodriguez est un partisan du projet de l’Ecole sans parti.

Ce mouvement de l’Ecole sans parti veut faire adopter des lois au Brésil qui interdisent aux enseignants de prendre des positions qui soient contraire aux valeurs des familles. Ce sont les deux mêmes axes qui sont visés que dans le projet de Bolsonaro : le soi-disant endoctrinement marxiste et les études de genre. Le projet de loi de l’Ecole sans parti a été rejeté en décembre 2018 par l’Assemblée Nationale. Mais, l’objectif sera sans doute de faire passer une loi allant dans ce sens durant la mandature de Bolsonaro qui commence en janvier 2019. L’objectif de cette loi sera d’imposer la neutralité aux enseignants. La réalité, selon ses opposants, c’est qu’il s’agit d’empêcher les enseignants d’aborder les questions économiques et sociales et concernant les questions de genre, de lutter contre l’homophobie et la transphobie.

1Citation extraite du programme de Jair Bolsonaro – http://www.anped.org.br/sites/default/files/images/programa_bolsonaro.pdf

2Citation extraite du programme de Jair Bolsonaro – http://www.anped.org.br/sites/default/files/images/programa_bolsonaro.pdf


Vous aimerez aussi...