Formation en socio-ethique professionnelle

Auteure: Irène Pereira

La socio-ethique consiste à mettre en lien les questions d’ethique professionnelle avec les conditions sociologiques d’exercice du métier.

Paulo Freire: « L’éthique dont je parle est celle qui se sait confrontée aux manifestations discriminatoires en termes de race, de genre, de classe. C’est pour cette éthique inséparable de la pratique éducative – peu importe si nous travaillons avec des enfants, des jeunes ou des adultes – que nous devons lutter. » (Pédagogie de l’autonomie)

La pédagogie articule des choix de finalités éthiques (appuyés sur des valeurs) et des moyens (appuyés sur des travaux issues de la recherche).

Objectifs de formation:

a) apprendre à analyser sociologiquement le contexte d’exercice du métier

b) apprendre à repérer les problèmes éthiques et à raisonner de manière éthique dans le cadre juridique en vigueur

c) apprendre à utiliser les connaissances issues de la recherche pour répondre à un problème professionnel.

– 1) Cas pratique: choisir une situation-problème professionnelle que vous avez vécue et qui vous semble impliquer une réflexion éthique.  

– 2) Formuler le problème professionnel qui s’est posé à vous sous la forme d’un dilemme éthique (formulation de deux options opposées qui semblent également justes)

– 3) Déterminer les connaissances nécessaires pour analyser le cas: 

– Analyser les dimensions sociologiques de la situation professionnelle (en vous référant à la sociologie de l’éducation (concernant: les inégalités sociales, le genre…) en citant des travaux sociologiques précis).

– Rappeler le cadre juridique et les textes institutionnels

 -4)  Faire une analyse de la situation sur le plan éthique (en vous appuyant sur des références en philosophie et éthique de l’éducation vous clarifierez le débat éthique (valeurs en opposition))

-5)  Justifier éthiquement votre choix pédagogique à partir de ce qui précède

et Proposer des pistes d’action en accord avec votre choix pour faire face à cette situation

Exemples de situations choisies: 

Dans ma classe, il y a des élèves qui ont un très bon niveau et qui terminent très vite. Mais, il y a aussi des élèves en difficulté scolaire qui auraient besoin que je passe du temps avec eux pour les aider. Le problème, c’est que lorsque je veux prendre du temps pour les aider, il y a des élèves qui ont terminé et qui me sollicitent. Les élèves qui sont en avance s’ennuient si je ne les « alimentent » pas.

Dans ma classe, j’ai quelques élèves garçons qui me posent des problèmes de gestion de classe. Pour mieux réussir à gérer la classe, je leur accorde plus d’attention. Pourtant, je sens bien qu’en même temps, cela n’est pas très juste car je suis moins présente pour des élèves qui ont plus besoin de moi. Je me sens prise dans un dilemme.

Dans ma classe de maternelle, j’ai des élèves allophones. Dois-je chercher à communiquer avec eux dans leur langue ? Est-ce que cela ne risque pas de retarder leur apprentissage du français ? Ou dois-je partir du principe que nous sommes dans l’école de la République française et que je dois uniquement parler français ?

Organisation de la séance de formation:

– Chaque groupe d’étudiants (3-4 étudiants) choisi une situation à traiter qui leur semble poser un problème éthique (objectif: distinguer éthique et déontologie) – 10 minutes.

– A chaque étape de la démarche d’analyse du cas pratique, les étudiants sont invités à réfléchir en groupe.

– En grand groupe: à chaque étape, chaque groupe est invité à expliquer les éléments qu’il a établie.

Annexe:

Les principaux courants de l’éthique en éducation

 

Nom des courants Explication des courants
Les éthiques déontologiques : Elles considèrent que l’être humain doit soumettre son action à des principes absolus qui ne doivent pas être enfreints quelque soit les circonstances.
– L’humanisme personnaliste L’humanisme personnaliste met en avant l’existence de principes moraux absolus que doivent respecter les êtres humains. Le principe principal est la « sacralité de la personne » humaine. Cela signifie que l’on ne peut pas par exemple vendre une personne ou même le corps humain (ex : organes) car l’être humain a une valeur inestimable en soi, il n’a pas de prix. La finalité de l’éducation est le respect de la personne humaine. (Exemple : Kant)
– Ethique de la discussion L’éthique de la discussion considère que les règles de l’éthique peuvent être élaborées par une discussion collective rationnelle. (ex : Habermas)
– Ethique des valeurs L’action de l’enseignant doit être orienté en fonction de valeurs. Ces valeurs peuvent être des valeurs individuelles ou imposées par un cadre politique comme les valeurs de la république (liberté, égalité, fraternité, laicité…). Ces valeurs peuvent néanmoins entrer en contradiction les unes avec les autres : il peut donc être nécessaire de les hiérarchisés ou de les concilier entre elles. (Ex : Weber)
Les éthiques conséquentialistes : Elles considèrent qu’il s’agit de tenir compte des conséquences des actions, et non pas de se limiter à des principes absolus.
Ethique utilitariste L’éthique utilitariste considère que les décisions prises doivent être mesuré à l’aune de leur utilité pour le bonheur commun (défini comme un optimum entre les plaisirs et les peines). Elle accorde une importance primordiale à l’efficacité. (Exemple : Bentham)
Ethique pragmatique Elle accorde une importance particulière à la situation. Il s’agit d’adapter les règles générales au cas particulier. Elle se fonde sur la notion d’équité. (ex : Aristote)
Autres courants d’éthique :
Ethique de la critique L’éthique de la critique met en avant l’existence d’inégalités sociales et de discriminations sociales. Elle considère que la priorité doit être d’orienter l’action des enseignants vers la justice sociale (ex : Paulo Freire)
Ethique du care L’éthique du care met en avant l’importance des relations de bienveillance à l’égard d’autrui. Elle considère que la relation à autrui doit être orientée vers le soin à autrui (ex : Giligan)
Ethique des vertus L’éthique des vertus essaie de déterminer qu’elles sont les principales valeurs que doivent mettre en œuvre les enseignants dans leur action : sens de la justice, bienveillance, tact… (ex : Prairat)

Couples conceptuels:

Egalité/Equité; Bienveillance/Exigence; Universel/Diversité, Efficacité/Dignité de la personne; Bien-être individuel/Justice sociale; Forme/Contenu.


Vous aimerez aussi...