Ce que la pensée critique n’est pas.

Auteure: Irène Pereira
Quelle est la différence entre « pensée critique » et « pédagogie critique » ?
(petite auto-défense contre le néolibéralisme)

La rupture entre la pédagogie critique et la pédagogie entrepreneuriale néolibérale apparaît de manière radicale dans la conception que recouvre la pensée critique.

Parmi les « soft skills » qui peuvent être nécessaire à la formation de l’entrepreneur néolibéral figure la pensée critique. La conception de la pensée critique qui est développée dans le monde de l’entreprise néo-libérale, nous est donné par les tests de pensée critique utilisés lors de de recrutement de cadres dans les entreprises. D’où proviennent ces tests ? La formation à la pensée critique (Critical Thinking) en Amérique du Nord est issue d’une tradition qui s’inscrit dans différents courants qui sont en particulier la philosophie analytique, la logique non-formelle et la psychologie cognitive. Les cognitivistes ont élaborés en particulier des référentiels de pensée critique et des tests permettant d’évaluer les compétences acquises en pensée critique (Boisvert, 2000). Il s’agit en particulier d’entraîner les apprenants à maîtriser des habiletés formelles au raisonnement logique. Mais au sein de la pensée critique, une dimension est mise en avant plus particulièrement par la pédagogie entrepreneuriale : la résolution de problème (problem-solving). Il est évident qu’un entrepreneur doit en particulier faire preuve d’une pensée critique et créative lui permettant de résoudre adéquatement les problèmes qui se présentent à lui.

Néanmoins, les pédagogues critiques n’adhèrent pas à une telle conception de la pensée critique (McLaren, 2014). Ils prétendent certes former la pensée critique, mais absolument pas de la même manière. Ils reprochent au Critical Thinking d’incarner une conception de la pensée critique dominée par la rationalité instrumentale et son corollaire en éducation le behavorisme . Il s’agit en effet d’entraîner les élèves par la répétition d’exercices à développer des habiletés formelles de raisonnement. Or pour les pédagogues critiques, il faut au contraire, pour former l’esprit critique des élèves, contextualiser les savoirs en les mettant en lien avec l’environnement social. La notion de critique renvoie dans ce cas à la critique des inégalités sociales et à l’analyse de leurs conditions sociales de production. Pour cela, les pédagogues critiques ne s’appuient pas sur l’entraînement de compétences standardisées, mais sur la discussion de « connaissances puissantes » (Mayo, 2015) qui sont des savoirs critiques issus des sciences sociales. On comprend bien qu’une telle conception de ce qu’est la pensée critique n’est guère en adéquation avec la formation de l’entrepreneur néolibéral.

Mais la divergence sur ce qu’est la pensée critique ne s’arrête pas là. Elle porte également sur le problem-solving. Les pédagogues critiques ne considèrent pas que leur rôle soit de former les élèves à la stratégie de résolution de problème, mais à la problématisation (problem-posing). Les pédagogues critiques considèrent que former l’esprit critique des élèves consiste en effet à les inciter à interroger les conditions de possibilité même de la question et non pas à trouver des solutions pour améliorer le système néo-libéral (Steinbach, 2016). Cette position provient également de la théorie critique. En effet un auteur comme Robert Cox (2010) considère que le rôle de la théorie critique n’est pas d’aider à la résolution des problèmes, mais consiste à interroger le cadre des problèmes lui-même afin de favoriser une transformation de la réalité.

Les pédagogues critiques se montrent ainsi critiques vis-à-vis du tournant néolibéral pris par les systèmes éducatifs et l’accroissement des inégalités sociales qui en résulte. Pour autant, comme l’affirme Freire (Shor et Freire, 1986) ou Libâneo (1998), ils admettent qu’il s’agit également de préparer les élèves au monde professionnel. Mais comme le précise Freire (Shor et Freire, 1986), ils mènent cette mission en l’accompagnant d’un regard critique à l’égard des exigences professionnelles telles qu’elles se formulent dans le cadre de l’économie néolibérale. C’est qu’en effet, les pédagogues critiques considèrent que leur rôle consiste à mener une action de résistance contre-hégémonique au sein des établissements publics dans lesquels ils enseignent (Giroux, 1985). Il s’agit de produire un discours qui se présente à contre-courant de celui de l’idéologie néo-libérale.

Néanmoins, après avoir montré comment les pédagogues critiques s’opposent à la pédagogie entrepreneuriale néolibérale, il s’agit de s’interroger sur la forme que peut prendre une éducation à entreprendre alternative au néo-libéralisme selon la pédagogie critique.

Exemple de test de pensée critique utilisée par les entreprises lors de recrutements:

https://www.ecpa.fr/uploaded/file/ecpa_rapport_cta.pdf

 

Extrait de: « Pédagogie entrepreneuriale et néolibéralisme: une approche par la pédagogie critique », Skholé, février 2018. URL: http://skhole.fr/pedagogie-entrepreneuriale-et-neoliberalisme-par-irene-pereira


Vous aimerez aussi...