La formation à l’éthique professionnelle : focus sur l’éthique de la critique

Autrice: Irène Pereira

Training in critical professional ethics :

focus on the ethics of critic

Résumé : Les cours d’éthique dans les formations professionnelles se sont étendus progressivement à de plus en plus de corps de métiers. Néanmoins, ils n’intègrent pas le plus souvent les approches sociocritiques. C’est pourquoi, nous nous intéresserons dans le cadre de cet article à l’éthique de la critique. La première partie de l’article essaiera de montrer la légitimité à thématiser spécifiquement l’éthique de la critique en la distinguant d’autres courants déjà présents plus régulièrement dans les cursus de formation. La deuxième partie de l’article dégage quelques domaines qui pourraient être abordés dans le cadre des curricula de formation sous l’angle de l’éthique de la critique dont l’une des particularités est de prendre en compte les rapports sociaux au travail.


Abstract: Ethics courses in vocational training have gradually extended to more and more professions. Nevertheless, they most often do not integrate critical approaches. This is why, in the context of this article, we will focus on the ethics of critic. The first part of the article will try to show the legitimacy of specifically thematizing the ethics of critic by distinguishing it from other currents already more commonly present in training courses. The second part of the article identifies some areas that could be addressed in the context of training curricula, from the perspective of the ethics of criticism.

Introduction

De plus en plus de curricula de formation d’adultes comprennent des cours d’éthique professionnelle. C’est le cas, par exemple, des formations médicales (Sicard, 2022), d’enseignants (Desaulniers, Jutras, 2012), d’ingénieurs (Didier, 2018), de travailleurs sociaux (Lamouroux, 2003)… Si on prend le cas de l’éthique professionnelle des enseignants, elle a pris un essor particulier « avec l’idée de la professionnalisation véhiculée par les réformes de l’éducation mises en œuvre dans le monde depuis les années 1990 » (Jutras, 2007, p.35). Néanmoins, il n’est pas évident que la formation à l’éthique professionnelle adopte une perspective sociocritique. En effet, la notion d’éthique paraît impliquer de se tourner vers la responsabilité du sujet agissant au détriment du poids des structures sociales. En outre, il arrive que l’on puisse s’interroger sur la manière dont l’éthique professionnelle peut-être instrumentalisée à des fins d’intérêts économiques des entreprises (Delavoët, Dupui-Castérès, et Benatia, 2011).

L’objet de cet article est donc de se questionner, dans une perspective philosophique, sur ce que peut-être une approche sociocritique en formation à l’éthique professionnelle. Il est courant de s’appuyer en éthique professionnelle sur des théories issues de la philosophie éthique générale. Les perspectives les plus citées sont le déontologisme, l’utilitarisme, le care, et l’éthique des vertus. Néanmoins, les éthiciens Robert Starratt (1991), Langlois (2001) Shapiro et Stefkovich (2016) mentionnent dans leur modèle multidimensionnel en éthique un autre courant : l’éthique de la critique. Comme le précisent Shapiro et Stefkovich : « Outre la théorie critique, l’éthique de la critique est souvent liée à la pédagogie critique (Freire, 1970)1 » (Shapiro, Stefkovich, 2014, p.213). De son côté, Lyse Langlois définit l’éthique de la critique de la manière suivante :

« Ceux et celles qui intègrent cette perspective dans leur démarche cherchent à découvrir les injustices parfois rencontrées dans les relations sociales ou créées par des lois, par la structure d’une organisation ou encore par l’utilisation d’un langage visant à camoufler le vrai problème ou à dominer une relation, bref toute situation pouvant profiter à une personne ou à un groupe au détriment d’autres personnes ou groupes. Le but de cette éthique est de chercher à découvrir si un groupe domine un autre groupe et à essayer de voir comment s’est construit cet état de choses. Et cela dans le but de corriger les injustices. » (Langlois, 2005, p.18).

Il en résulte comme le montre la citation de Langlois que l’éthique de la critique partage avec la pédagogie critique de Paulo Freire de prendre appui sur une lecture de la société en termes de groupes sociaux opprimés et oppresseurs du fait de l’existence de rapports sociaux de domination. Ce qui n’est pas une perspective habituelle en éthique professionnelle.

Néanmoins, les auteurs et autrices, qui défendent le modèle multidimensionnel en éthique, ne développent pas de manière philosophiquement extensive l’éthique de la critique. L’objectif de cet article est donc de s’intéresser de manière plus approfondie à cette approche2. Sur le plan méthodologique, ce travail s’inscrit dans un cadre philosophique qui s’intéresse moins à discuter de manière érudite les auteurs et autrices (méthode herméneutique ou historico-conceptuelle), qu’à discuter des positions philosophiques à partir d’arguments (Wolff (dir), 2001). Il s’agit dès lors d’axer sur la problématisation, la conceptualisation et l’argumentation (Tozzi, 1993) plutôt que sur l’histoire de la philosophie. La première partie de ce texte sera consacrée à montrer la légitimité de s’intéresser à l’éthique de la critique. La deuxième partie sera tournée vers l’exploration de domaines pouvant faire ressortir l’intérêt de l’éthique de la critique en formation professionnelle.

Présentation des principaux courants en éthique professionnelle

La littérature en éthique professionnelle prend appui sur les principaux courants de la philosophie morale. Ces courants ou positions sont habituellement connus des philosophes et des éthiciens. Mais pour aider la lecture de l’article pour les personnes moins familières de ces domaines, nous allons rappeler des définitions de ces courants :

– Le déontologisme : « Disons que, dans une perspective déontologique, il y a des actes à faire et d’autres à ne pas faire, et ce, indépendamment des conséquences envisageables ou prévisibles. Le déontologisme se moque des conséquences. Il entend donc substituer à une posture téléologique (c’est-à-dire attachée à promouvoir une situation jugée préférable) une attitude qui pose la question de savoir ce qui doit être impérativement fait ou évité. » (Prairat, 2013 : 65)

– L’utilitarisme : « La doctrine conséquentialiste la plus connue et la plus importante est indiscutablement l’utilitarisme, dont Mark Timmons a donné la formule générique : « Une action ou une règle d’action est morale si et seulement si elle a pour conséquence une plus forte augmentation du bien-être de la communauté morale considérée que toute action ou règle d’action alternative » (Timmons, 2002 ; cité par Billier, 2010, p. 77). » (Prairat, 2013 : 69)

– L’éthique du care : « l’éthique du care qui entend réserver le terme « éthique » pour les courants de pensée liés au soin et à la sollicitude » (Prairat, 2013 : 51)

– Le vertuisme ou éthique des vertus : «  Le vertuisme fait de l’exercice de la vertu un travail d’accomplissement de soi, souverain bien où se réconcilie la vie heureuse et la perfection morale (vie bonne et vie éthique). (Prairat, 2013 : 70).

Il est admis dans la littérature en philosophie morale que ces courants sont antinomiques et difficilement conciliables. Cela se voit très bien, par exemple, dans les définitions que donne Prairat du déontologisme et de l’utilitarisme. En effet, le déontologisme refuse de prendre en compte les conséquences de l’action, alors que l’utilitarisme base son évaluation morale sur les conséquences de l’action.

1. Quelle place pour l’éthique de la critique ?

Dans la première partie de cet article, nous allons discuter deux modèles en éthique professionnelle – le modèle multidimensionnel en éthique et le cadre éthique quadripartite – de manière à montrer la légitimité de s’intéresser à l’éthique de la critique. L’originalité de ces modèles ne porte pas sur les courants qu’ils développent (à l’exception de l’éthique de la critique), mais dans le fait qu’ils entendent défendre l’idée d’une conception pluraliste du jugement en éthique. Ce qui signifie que la discussion ne porte pas tant sur le contenu des courants – étant donné que ce sont des approches classiques en éthique professionnelle-, mais sur ceux qui devraient avoir leur place dans une formation en éthique professionnelle et leur possible compatibilité entre eux. L’enjeu consiste ici à justifier de faire de l’éthique de la critique un domaine spécifique de recherche en éthique professionnelle.

1.1. Quels courants en éthique professionnelle ?

En philosophie éthique générale, l’utilitarisme apparaît comme l’un des principaux courants de l’éthique avec le déontologisme (Billier, 2014). Or dans leur modèle multidimensionnel en éthique que ce soit Starratt, Langlois ou Shapiro3 ne mentionnent pas l’utilitarisme (Langlois, 2005). Ils distinguent trois courants : l’éthique de la justice (qui semble se rapprocher de ce qu’on appelle généralement le déontologisme), l’éthique de la sollicitude (ou éthique du care) et l’éthique de la critique. Néanmoins, il ne semble pas que ces auteurs fournissent une explication spécifique pour justifier l’absence explicite de l’éthique utilitariste dans leur modèle.

Cela est d’autant plus étonnant que par exemple le cadre éthique quadripartite de Drolet et Ruest (2021) intègre l’utilitarisme. Il se compose de quatre dimensions : le déontologisme, l’utilitarisme, l’éthique des vertus4 et l’axiologie5. On peut donc remarquer qu’en revanche dans le cadre quadripartite, c’est l’éthique de la critique qui a disparu. Pourtant, des dimensions qui semblent être celles prises en charge par l’éthique de la critique sont abordées par les deux autrices soit à travers la notion d’enjeux éthiques (Drolet et Ruest, 2021, p.64-70), soit à travers les « idéologies de la normalité qui portent atteinte aux droits humains » (Drolet et Ruest, 2021, p.132). Pour ces autrices, ce sont les éthiques déontologistes, entre autres celles orientées vers la justice sociale comme celles de Rawls, qui portent une critique sociale de ce type. Il est vrai que l’éthique des droits, qui est une sous-catégorie de déontologisme, défend l’égalité des droits pour tous et toutes. En effet, par exemple, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, l’article premier dispose : « Tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits ».

Néanmoins, il nous semble que plusieurs arguments peuvent être opposés pour justifier de maintenir une distinction entre le déontologisme et l’éthique de la critique :

– Il est possible de noter que proclamer des droits égaux pour tous n’est pas identique au fait de lutter contre les discriminations. En effet, on peut constater que la République française s’est appuyée sur la proclamation des droits de l’homme et du citoyen depuis 1789, mais que la loi de lutte contre les discriminations de 2008 provient d’une transposition du droit européen. Dans le premier cas, il s’agit de proclamer des principes idéaux, dans le second, il s’agit de constater empiriquement des discriminations. D’un côté, le raisonnement est d’ordre exclusivement normatif, dans l’autre il s’agit de s’appuyer à la fois sur des études empiriques et des raisonnements normatifs.

– L’expression « idéologies6 de la normalité » et les catégories utilisées par les autrices – classisme, racisme, sexisme… – appellent également des remarques. La critique des normes renvoie plutôt à des approches foucaldiennes post-structuralistes, comme les théories queer, qu’aux approches déontologistes. En outre, l’éthique déontologiste tend à présupposer une ontologie sociale composée d’individus libres plutôt que l’existence de groupes sociaux comme des « classes sociales ».

– L’action collective contre le classisme, le sexisme, l’hétérosexisme ou encore le racisme (en tant que systèmes sociaux) est plutôt menée par des mouvements sociaux que l’on peut classer dans le radicalisme politique, alors qu’un auteur déontologiste comme Rawls se situe plutôt dans le libéralisme politique. Les acteurs et actrices des mouvements sociaux tendent pour leur part à mobiliser des théories attachées au radicalisme politique : féminisme radical, pédagogies critiques, théories queer, anti-racisme politique, post-marxismes…

– Il est possible de considérer que les positions déontologiques s’appuient sur une critique des discriminations faites à des individus, et non pas à des groupes sociaux. L’éthique de la critique, si on suit Paulo Freire (2021), conduit à prendre le parti des opprimés (en tant que groupe social)7.

Ceux et celles qui sont en désaccord avec la lecture conflictuelle de la société que porte l’éthique de la critique (opposition entre des groupes sociaux opprimés et des groupes sociaux oppresseurs) pourraient affirmer de ce fait l’invalidité d’une telle éthique. Mais, il faut comprendre que nous ne cherchons pas pour l’instant à vérifier la validité de cette position éthique, mais à montrer qu’elle constitue une éthique à part entière dont peuvent se réclamer certains acteurs et actrices du champ social. On peut par exemple considérer que la version du déontologisme de Rawls est plus valide que l’éthique de la critique, tout en admettant qu’il existe des personnes qui nient la conception rawlsienne et se réclament d’une autre approche que l’on peut qualifier d’éthique de la critique. Savoir quelle est la validité théorique de l’éthique de la critique est donc un autre problème. Nous nous intéressons seulement ici au fait de savoir s’il est légitime de chercher à étudier ce courant éthique.

1.2. Des courants antinomiques

Ce qui est surprenant pour un ou une philosophe concernant les deux modèles pluralistes en éthique que nous avons présenté ci-dessus, c’est qu’ils considèrent que le bon jugement en éthique professionnelle nécessite de conjuguer plusieurs courants éthiques. Néanmoins, on peut se demander s’il est toujours possible de faire converger de manière irénique les différents courants de l’éthique dans le jugement en éthique professionnelle. Nous voudrions au contraire défendre l’idée que ces courants peuvent entrer en contradiction les uns avec les autres. Il s’agit ici de souligner que l’éthique de la critique constitue un courant spécifique de l’éthique professionnelle et pas seulement une dimension du jugement éthique dans un modèle pluraliste.

Il est possible de considérer que l’utilitarisme8 permet de modéliser la logique économique libérale et néo-libérale (Laval, 2007). Entre autres, les différentes versions de l’utilitarisme – aussi bien économique que morale – font appel à la notion d’efficacité (Singer, 2018). On retrouve par exemple à l’œuvre dans le nouveau management public (NMP) une recherche d’efficacité à travers la notion d’efficience (Amar, Berthier, 2007). Il s’agirait de rationaliser le fonctionnement des organismes publics en « faisant mieux avec moins ». Néanmoins, il est possible de montrer que cette éthique de l’efficacité peut rentrer en contradiction avec d’autres logiques éthiques.

Ainsi, la notion de « détresse morale » (Poisson et al., 2014), qui a été largement documentée dans les professions d’infirmières , « survient lorsqu’une personne connaît la bonne action à accomplir alors qu’en raison de contraintes institutionnelles, il lui est impossible de la poser » (Jameton, cité par Poisson et al., 2014). De nombreux travaux en éthique professionnelle ont associé l’éthique des professions de la relation à autrui, et en particulier, l’éthique de la profession d’infirmière, à l’éthique du care (Bautzer, 2014). Ici il est donc possible d’interpréter la détresse morale comme pouvant résulter, par exemple, d’un « conflit de valeurs » (Girard, 2009) entre l’éthique du care (des professions infirmières) et l’éthique utilitariste (à l’œuvre dans le NMP).

De même, on peut associer l’éthique de la critique par exemple à l’éthique syndicaliste (Besnard 1990). Si on se réfère par exemple à la charte d’Amiens (1906), texte fondateur du syndicalisme français, il est écrit : « cette déclaration est une reconnaissance de la lutte de classe, qui oppose sur le terrain économique, les travailleurs en révolte contre toutes les formes d’exploitation et d’oppression, tant matérielles que morales, mises en œuvre par la classe capitaliste contre la classe ouvrière ». Dans une telle conception de l’éthique syndicale, dont on voit qu’elle correspond à la conceptualisation que nous avons dégagée de l’éthique de la critique, l’éthique utilitariste de l’entreprise entre en conflit avec les intérêts moraux et matériels des travailleurs tels qu’ils sont appréhendés à travers l’éthique de la critique.

Il est également possible d’estimer qu’il existe des antinomies entre l’éthique du care et l’éthique de la critique. Par exemple, l’éthique du care peut conduire un salarié à ne pas faire grève car il ou elle considère que cela l’amène à délaisser les soins qu’il doit aux patients par exemple ou aux usagers d’un service.

L’objectif de la première partie de cet article a été de montrer pourquoi il nous semble pertinent de consacrer un travail spécifique à l’éthique de la critique. En effet, il nous semble que des acteurs et des actrices du champ social se réclament d’une telle éthique et que celle-ci ne peut pas être confondue avec le déontologisme. En outre, le fait qu’il puisse exister des antinomies entre les différentes logiques éthiques, entre autres avec l’éthique de la critique, nous conduit à essayer de faire de l’éthique de la critique un objet à part entière de la recherche en formation à l’éthique professionnelle qui peut être abordé aussi bien par la philosophie que par la sociologie de l’éthique.

2. Explorer l’éthique de la critique

Démontrer la validité normative de l’éthique de la critique relativement aux autres courants de l’éthique déborde le cadre de cet article et nécessiterait une discussion approfondie des controverses philosophiques possibles avec les autres approches. En outre, il est probable qu’il existe différentes versions de l’éthique de la critique. De ce fait, la deuxième partie de cet article se bornera à présenter des domaines exploratoires concernant une philosophie sociale et une sociologie de l’éthique de la critique pouvant alimenter des curricula de formation en éthique professionnelle.

2.1. Ethique de la critique et rapports sociaux au travail

Pour explorer le champ sur lequel pourrait porter l’éthique de la critique dans la formation professionnelle, il est possible de s’intéresser, entre autres, à deux angles : les relations entre les professionnels et les usagers, et les relations salariales.

Lorsqu’on consulte des ouvrages de formation à l’éthique professionnelle, on peut noter que ceux-ci sont orientés, plus particulièrement, sur la bonne conduite des professionnels relativement aux usagers (ou aux clients). Sur ce plan, on peut mettre en lumière que l’éthique de la critique peut s’intéresser plus particulièrement à la maltraitance institutionnelle et aux discriminations institutionnelles. Pour prendre ce second cas, il est nécessaire de noter que la discrimination institutionnelle (comme la notion de discrimination indirecte) n’est pas nécessairement perceptible lorsqu’on se situe au niveau des relations ou des interactions sociales entre individus. En effet, il est nécessaire d’adopter une approche systémique pour appréhender ces phénomènes. Cela conduit à se demander si des groupes sociaux sont discriminés par rapport à d’autres du fait du fonctionnement de l’institution. En effet, la discrimination systémique (ou institutionnelle) «  n’est généralement pas une action délibérée. Elle est ancrée dans la manière dont les organisations mènent leurs activités quotidiennes en tant que décideurs politiques, employeurs ou prestataires de services. Elle est le produit des systèmes, des structures et des cultures que les organisations ont développées et mis en œuvre dans leur travail »9. De ce fait, une telle approche de l’action éthique dans l’activité professionnelle suppose de prendre en compte le fonctionnement du système social et son impact sur des groupes sociaux. Le ou la professionnelle doit être en capacité d’intégrer dans son raisonnement éthique, non pas uniquement des actions entre individus, mais l’effet des structures sociales sur un groupe social.

L’éthique de la critique peut être étudié dans des positionnements professionnels particuliers tels que la pédagogie critique10 (en ce qui concerne les métiers de l’éducation). Comme, il a été rappelé en introduction, les auteurs et autrices du modèle multidimensionnel en éthique considèrent que la pédagogie critique constitue l’un des domaines où l’éthique de la critique se trouve mobilisée. Mais, on peut également analyser sous l’angle de l’éthique de la critique des courants du travail social tels que l’approche structurelle (Moreau, 1987) ou l’approche anti-oppressive (Lee, Edward Ou Jin, et al., 2017). Ces courants s’intéressent en particulier à la posture éthique que le ou la professionnelle doit adopter auprès des publics qu’il ou elle ont en charge.

Le lien entre la théorie sociale (au croisement de la sociologie et de la philosophie) (Renault, 2018) et l’éthique de la critique apparaît encore plus nettement lorsqu’il s’agit d’aborder la question des relations salariales, délaissée le plus souvent par les curricula de formation en éthique professionnelle. Lorsque les formations à l’éthique professionnelle abordent ces questions, c’est davantage sous l’angle des relations professionnelles entre collègues ou sous celui du leadership éthique des encadrants. La philosophie sociale (Renault 2008) s’est intéressée aux problèmes de harcèlement institutionnel généré par les organisations de travail capitaliste et leurs conséquences sur le plan éthique (conflits de valeur au travail, détresse morale, souffrance éthique…). L’éthique de la critique conduit à explorer plus largement le problème du positionnement professionnel face à des situations de harcèlement institutionnel, à des questions de conditions de travail, de niveau de salaires ou encore de qualité de vie au travail. Ce qui revient à dire que les problèmes bien souvent soulevés par les organisations syndicales deviennent des objets de réflexion pour l’éthique professionnelle. Il ne s’agit plus avant tout de développer les compétences professionnelles qui peuvent être attendues par l’institution ou par l’employeur, telles que des valeurs de loyauté, mais de s’intéresser à la question des rapports sociaux de pouvoir dans le cadre professionnel.

2.2. Les pratiques de résistance éthique au travail.

Un autre aspect sur lequel peut s’orienter la recherche en éthique de la critique, afin de nourrir les curricula de formation, concerne les pratiques de résistance éthique au travail. Nous désirons pour terminer cet article mettre en lumière, ainsi, quelques pistes de recherche concernant ce domaine :

– La dissidence éthique : Nous avons conceptualisé la « dissidence éthique » (Auteur, 2021) comme la capacité à faire entendre une voix divergente y compris lorsqu’on est seul face à un groupe. En effet, on sait que le comportement éthique d’une personne peut être influencé par ce que l’on appelle le « conformisme social ». La question est alors de savoir s’il est possible et comment de développer les capacités de la personne à résister à une situation injuste, alors même, par exemple, qu’elle est isolée dans un groupe qui accepte l’injustice.

– L’alerte éthique : Il est significatif de ce que nous avons essayé de montrer dans cet article que la notion de lanceur d’alerte ne se soit pas tant développé à partir des travaux d’éthiciens que de sociologues. En effet, on doit la notion de « lanceur d’alerte » au sociologue Francis Chateauraynaud. Il existe désormais un statut juridique du lanceur d’alerte. Mais la question de l’alerte éthique, nous semble pouvoir être un objet de réflexion pour l’éthique de la critique dans la mesure où elle peut mettre en conflit l’individu face à des fonctionnements systémiques institutionnalisés comme le silence organisationnel (Cailleba, 2017).

– L’action syndicale : Comme nous avons essayé de le montrer, l’action syndicale peut être également l’objet d’une réflexion pour l’éthique professionnelle pour au moins deux raisons. La première tient au fait que l’on peut considérer que le droit syndical, qui est reconnu au niveau constitutionnel, peut constituer une dimension de la déontologie professionnelle. La deuxième raison tient au fait que les syndicats ont un rôle de défense des intérêts, non seulement matériels, mais aussi moraux des travailleurs.

– La désobéissance éthique : Théorisée par Elisabeth Weissman (2010) et Alain Refalo (2011), la notion de désobéissance éthique s’est elle aussi développée en dehors du champ de la recherche en éthique professionnelle. Alain Refalo définit la désobéissance éthique de la manière suivante : « Nous qualifierons ainsi la désobéissance éthique comme l’action de résistance, personnelle ou collective, de salariés ou de citoyens, qui s’opposent à des lois, des règlements, mais aussi à des injonctions et des normes imposées, au nom de leur éthique professionnelle et citoyenne. » (Refalo, 2011). De ce fait, la désobéissance éthique peut constituer un objet de réflexion pour l’éthique de la critique, en particulier lorsqu’il s’agit de désobéir, dans le cadre professionnel, pour s’opposer à l’oppression systémique que subirait un groupe socialement opprimé.

Conclusion

L’objet de cet article a été d’essayer de montrer la légitimité en éthique professionnelle d’un courant, appelé par certains éthiciens et éthiciennes, « éthique de la critique ». Nous avons souhaité dans un premier temps montrer comme il pouvait être légitime de distinguer cette approche critique d’autres courants de l’éthique professionnelle beaucoup mieux thématisés dans la littérature en éthique professionnelle et en philosophie morale générale. Cela tient au fait que l’éthique de la critique semble plus proche de la philosophie sociale que de la philosophie morale classique. Par ailleurs, la deuxième partie de l’article a mis en lumière quels pouvaient être les domaines d’investigation auxquels peuvent s’intéresser une philosophie sociale de l’éthique et une sociologie de l’éthique de la critique. Il s’agit dès lors de savoir si l’éthique de la critique est en capacité d’identifier de nouveaux domaines de réflexion en éthique professionnelle approches qui pourraient être intégrés aux curricula de formation.

Bibliographie :

Amar, A., Berthier L. 2007. “Le nouveau management public: avantages et limites.” Gestion et management publics. 5: 1-14.

Bautzer, É. 2014. “Care et profession infirmière.” Recherche formation. 76.2 : 93-106.

Besnard P., 1990. L’éthique du syndicalisme. Paris. CNT-RP.

Billier, J-C. 2014. Introduction à l’éthique. Presses Universitaires de France.

Cailleba, P. 2017. “Lanceur d’alerte et silence organisationnel.” Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels 23.56: 309-334.

Delavoët, D-A, Dupui-Castérès A., et Benatia L. 2011. « Valeur de marque et réputation : un enjeu majeur de la nouvelle gouvernance », Sécurité et stratégie, vol. 6, no. 2, 2011, pp. 9-20.

Desaulniers, M-P., and Jutras F. 2012. L’éthique professionnelle en enseignement: fondements et pratiques. Vol. 14. Montréal. Puq.

Didier, C. 2008. Penser l’éthique des ingénieurs. Presses universitaires de France.

Drolet, M-J., et Ruest M. 2021. De l’éthique à l’ergothérapie, 3e édition: Un cadre théorique et une méthode pour soutenir la pratique professionnelle. Montréal. PUQ.

Freire, P. (2013). Pédagogie de l’autonomie. Érès.

Jutras, F. 2007. Le développement de l’éthique professionnelle en enseignement : le cas du Québec. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, 40, 35-52. https://doi.org/10.3917/lsdle.402.0035

Girard, D. 2009. “Conflits de valeurs et souffrance au travail.” Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale 11.2 : 129-138.

Lamoureux, H. 2003. Éthique, travail social et action communautaire. Vol. 10. PUQ.

Langlois, L. 2005. Éthique et dilemmes dans les organisations. Presses Université Laval.

Laval C. 2007. L’Homme économique : Essai sur les racines du néolibéralisme, Paris, Gallimard, coll. « Nrf essais ».

Lee, Edward Ou Jin, et al. 2017. “Promouvoir une perspective anti-oppressive dans la formation en travail social.” Intervention 145 : 7-19.

Moreau M. 1987. “L’approche structurelle en travail social: implications pratiques d’une approche intégrée conflictuelle.” Service social 36.2-3 : 227-247.

Pereira I. 2018. Bréviaire des enseignant-e-s, Vulaines-sur-Seine, Les éditions du Croquant,.

Pereira I. 2019. « L’éthique de la critique : un impératif pour les pédagogies critiques ». Les cahiers de pédagogies radicales.

Pereira I. 2020 a. « Introduction à l’éthique de la critique », Les cahiers de pédagogies radicales.

Pereira I. 2020 b. Manuel critique d’éthique professionnelle, Editions Les cahiers de pédagogies radicales.

Pereira, I. 2021 . “Réification de l’existence et résistance éthique: une perspective en pédagogie critique dans la continuité de Paulo Freire et de bell hooks.” Revista Educação e Cultura Contemporânea 18.55: 62-81.

Pereira I. 2022. « Qu’est-ce qu’un-e opprimé-e ? », Les cahiers de pédagogies radicales.

Plot, F. 2011. Éthique de la vertu et éthique du care : Quelles connexions ? In : Le souci des autres : Éthique et politique du care [en ligne]. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Poisson, Claudiane, et al., 2014, « La détresse morale vécue par les infirmières : état des connaissances », Recherche en soins infirmiers, vol. 117, no. 2. pp. 65-74.

Prairat, E. (2013). La morale du professeur. Presses Universitaires de France.

Refalo A. 2011. « Qu’entend-ton par désobéissance éthique ? », Alternatives non-violentes. URL : https://www.alternatives-non-violentes.org/Revue/Numeros/160_Desobeir_par_ethique_professionnelle/Quentend-On_par_desobeissance_ethique

Renault, E. 2008. Souffrances sociales: Philosophie, psychologie et politique. la Découverte.

Renault, E. 2018. Théorie sociologique, théorie sociale, philosophie sociale: une cartographie critique. Sociologie, 9(1), 43-59.

Sicard, D. 2022. L’éthique médicale et la bioéthique. Paris. Que sais-je.

Singer, P. 2018. L’altruisme efficace. Les Arènes.

Shapiro, J. P., Stefkovich J. A, and Gutierrez K.J. 2014. “Ethical decision making.” Handbook of ethical educational leadership, New York, NY: Routledge.

Shapiro, J. P., and Stefkovich J. A. 2016. Ethical leadership and decision making in education: Applying theoretical perspectives to complex dilemmas. New York, Routledge.

Starratt, Robert J. 1991 . “Building an ethical school: A theory for practice in educational leadership.” Educational administration quarterly. 27.2 : 185-202.

Wolff F . (dir.). 2001. Philosophes en liberté – positions et arguments. Paris. Ellipses.

Weissman, E. 2010. La désobéissance éthique. Paris. Stock.

Tozzi, M. 1993. “Contribution à l’élaboration d’une didactique de l’apprentissage du philosopher.” Revue française de pédagogie : 19-31.

1Paulo Freire revient à plusieurs reprises dans ses textes sur l’importance de l’éthique professionnelle. Cela est en particulier marqué dans son dernier ouvrage publié de son vivant, Pédagogie de l’autonomie (Freire, 2013) et de ses liens avec la pédagogie critique.

2Ce travail vise à présenter une recherche que nous menons depuis quelques années dans le cadre d’un carnet de recherche Hypothèses et qui a donné lieu à plusieurs work in progress  (2019, 2020a, 2020b), ainsi qu’un site Internet : « Enseigner l’éthique professionnelle » – https://lewebpedagogique.com/ethique/

3Ce dernier ajoute au modèle tripartite de Starratt, l’éthique de la profession (que l’on peut rapprocher de ce qu’on appelle généralement la déontologie professionnelle).

4A noter que certains auteurs considèrent l’éthique du care comme un sous-courant de l’éthique des vertus (Plot, 2011).

5Cette notion ne désigne pas à proprement parler un courant en éthique professionnelle, mais une réflexion sur les valeurs.

6Les autrices semblent d’ailleurs ne pas vraiment distinguer entre idéologies et systèmes sociaux d’oppression. En effet, elles définissent les « idéologies de la normalité » comme des « systèmes de croyance et d’oppression ».

7Ce qui pose un certain nombre de difficultés théoriques que nous n’aurons pas l’espace de discuter dans le cadre de cet article  (Auteur, 2022).

8Il existe de très nombreuses variantes de l’utilitarisme. On se référera ici aux travaux de la revue du MAUSS (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales) pour ce qui est des présupposés anthropologiques communs entre utilitarisme économique et utilitarisme morale.

9Conseil de l’Europe, « Discriminations systémiques ». URL : https://www.coe.int/fr/web/interculturalcities/systemic-discrimination

10Darder, A., Baltodano, M., & Torres, R. D. (Eds.). (2003). The critical pedagogy reader (p. 1). New York: RoutledgeFalmer.



Citer ce billet
pedaradicale (2024, 6 mars). La formation à l’éthique professionnelle : focus sur l’éthique de la critique. Les cahiers de pédagogies radicales. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vykz

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search